Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Anthropologie de l’écriture

Béatrice Fraenkel
p. 623-625

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Béatrice Fraenkel, directrice d’études

Auteur, scripteur, signataire : qui écrit ?

1Dans la perspective à long terme qui est la nôtre, celle de l’étude des relations entre l’écriture et l’action, nous avons choisi de commencer notre séminaire en traitant d’une notion centrale, celle d’auteur. Notre objectif était d’intégrer cette notion au paradigme formé par les concepts d’agent, d’acteur et d’actant, ce qui suppose de soustraire la notion d’auteur à l’attraction exercée par son prototype moderne, l’écrivain. Le séminaire s’est donc ouvert par une manœuvre presque stratégique qui cherchait, dans le dépaysement provoqué par deux enquêtes, un point de départ relevant à la fois de la déconstruction et de la reconstruction de la notion d’auteur.

2La première enquête porte sur l’analyse étymologique du terme « auteur » et plus exactement du terme latin « auctor » ; la seconde est une enquête lexicographique menée sur les définitions du terme dans un corpus représentatif des dictionnaires français monolingues du XVIe au XXe siècle.

3L’analyse étymologique induit deux types de réflexions, l’une portant sur les significations spécifiques portées par la racine -AUG, l’autre sur la nature générique du terme auctor en tant que nom d’agent, formé par le suffixe -tor. L’analyse de la racine -AUG proposée par Benveniste dans Le vocabulaire des institutions indo-européennes (Paris 1969), est d’emblée polémique puisqu’elle prend le contre-pied de la vulgate savante qui fait de l’idée d’« augmenter » l’étymon du terme « auteur ». La position de Benveniste a été confrontée aux travaux de Dumézil qui s’est, lui aussi, intéressé à la racine AUG- dans son analyse du terme « Augur » (1957). La lecture attentive et comparative des deux maîtres fait apparaître une forte opposition dans l’interprétation des données. Pour Benveniste, l’aucfor est un personnage revêtu d’une certaine majesté, il suggère la mise en œuvre d’une force sémiotique, clairement performative. Le personnage du législateur en est un bon représentant. Pour Dumézil, la force créatrice désignée par la racine -AUG était une force guerrière qui a dégénéré en force symbolique, indirecte et mineure. L’augur latin en témoigne qui n’est plus capable de convoquer par lui-même la protection des dieux et se contente de lire les signes qu’ils daignent adresser aux hommes.

4Le second volet de l’analyse du terme « auctor » portait sur le suffixe -tor dont Benveniste a largement rendu compte dans son ouvrage Noms d’agent et Noms d’action en indo-européen, (Paris, 1948). Il s’agit au départ de rendre compte de la différence entre deux types de noms d’agents en grec ancien, un groupe formé avec le suffixe -tor et un autre avec le suffixe -ter. Benveniste démontre que ces deux groupes correspondent à deux façons d’envisager l’individu dans l’action, soit comme auteur d’un acte, soit comme agent d’une action. Le terme auteur apparaît, au terme de cette démonstration, comme un terme générique et comme une catégorie de pensée à valeur anthropologique.

5L’analyse étymologique nous a finalement entraîné vers des questions relevant d’une théorie de l’action : l’auteur, quelle que soit la nature de la force qui l’habite (force sémiotique ou force guerrière), serait défini par un acte (qu’on lui impute, qu’il revendique, dont il est le possesseur). Dès lors, et parallèlement au couple agent/auteur, associé par Benveniste aux paires être/avoir, inaccompli/accompli, la relation acte/auteur s’impose. Or, la notion d’acte apparaît largement problématique. L’acte suppose achèvement, fermeture, et attribution pour être dégagé du processus de l’action. C’est par le recours à des marques sémiotiques (signature, sceau) et discursives (formules spécifiques, organisation rhétorique) ou à une mise en intrigue (Ricœur), à l’aide d’objets ou de récits, que les actes prennent consistance qu’il s’agisse d’actes de langage ou d’actes en général, exceptionnels, héroïques ou criminels.

6Une lecture sélective de l’Éthique à Nicomaque nous a été utile pour articuler à la tradition savante et à ses concepts principaux en particulier ceux de praxis et de poièsis les résultats de l’analyse étymologique. C’est en repérant dans le texte d’Aristote les occurrences du personnage du législateur, évoqué par Benveniste et en considérant le législateur comme auteur dont l’action relève de la praxis et de la poièsis que nous avons achevé la première partie du séminaire. L’acte d’écrire la loi est tout à la fois un acte exceptionnel, un acte de langage (praxis), et un acte de fabrication (poièsis).

7La deuxième partie était centrée sur une analyse lexicologique portant sur l’évolution du terme « auteur » dans les principaux dictionnaires de langue française couvrant la longue période qui sépare le Dictionarium Françoi-latin (1539) de Robert Estienne de la dernière édition du dictionnaire de l’Académie française (1994). On a pu mettre en évidence l’importance dans le temps de l’énoncé définitoire suivant : « auteur : celui qui est la cause première de quelque chose », énoncé d’une remarquable stabilité. La notion de « cause première » devait être élucidée : c’est en nous appuyant sur l’ouvrage de Minnis A.J., Medieval theory of authorship (Londres, 1984) que nous avons pu situer le point de départ de la théorie de l’auteur comme cause efficiente, attestée au XIIIe siècle dans les prologues aux commentaires de la Bible. La question de la place des auteurs humains dans l’écriture des livres saints relève tout autant d’une théorie plus générale de la personne humaine que d’une tentative de penser une forme de coopération entre les hommes et Dieu. Le séminaire s’est terminé par une séance consacrée à la notion de « dictée divine » qui sera reprise et développée en 2003-2004.

8Parallèlement au séminaire, nous avons animé un atelier de lecture pour doctorants sur le Phèdre de Platon et le commentaire qu’en a fait J. Derrida (« La pharmacie de Platon », 1968).

9Nous avons eu l’occasion d’exposer une partie de nos travaux sur la notion d’auteur lors d’une conférence intitulée « Auteur, un mot fossile : la leçon de Benveniste » à la Journée d’étude « Agent, acteur, auteur : des notions en débat », organisée par le réseau « Langage et Travail » (École polytechnique amphi Stourdzé, janvier 2002) et d’organiser un débat plus large dans ce cadre (mai 2002 et novembre 2002) lors de deux journées portant sur les notions d’actant et de sujet ainsi qu’en répondant à l’invitation de F. Leimdorfer et C. Dubar (mai 2003) au laboratoire Printemps de l’Université de St-Quentin-en-Yvelines. Invitée à l’Université de Laval (Canada) par D. Vincent pour animer un Séminaire de recherche, en septembre 2002, sur les écrits d’action, nous avons présenté la question de l’auteur du point de vue de l’action collective. Nous avons discuté la problématique plus générale de la performativité de l’écrit lors d’une journée d’étude à l’EHESS (28 mai 2003 « Quand écrire c’est faire » journée organisée par C. Jouhaud et R. Chartier) et d’une conférence organisée par l’AREHESS le 5 mars 2003. Enfin, la transformation annoncée des actes juridiques liée à l’adoption de la signature électronique en France a été l’occasion d’une conférence à la Bibliothèque d’Alexandrie (colloque Écritures et calligraphies du monde, avril 2003) et d’une présentation au séminaire de C. Licoppe à France Télécom (juin 2003).

Publications

  • Les écrits de septembre, New York 2001, Paris, Textuel, 2002.
  • « Auteur », « signature », « support d’écriture », « polygraphie », dans Dictionnaire d’analyse du discours, sous la dir. de P. Charaudeau et D. Maingueneau, Paris, Le Seuil, 2002.
  • Avec D. Pontille, « L’écrit juridique à l’épreuve de la signature électronique : approche pragmatique », Langage et société, 104, 2003, p. 83-123.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Fraenkel, « Anthropologie de l’écriture », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 623-625.

Référence électronique

Béatrice Fraenkel, « Anthropologie de l’écriture », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16536

Haut de page

Auteur

Béatrice Fraenkel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals