Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Poétiques et politiques

Philippe Roger
p. 626-627

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Philippe Roger, directeur d’études

Le discours d’hostilité (II) : querelles littéraires, guerre des auteurs

1La question de l’hostilité littéraire a été reprise cette année autour de deux axes : les querelles littéraires et leur évolution de l’Âge classique au début du XXe siècle, d’une part ; d’autre part, ce que Louis-Sébastien Mercier a appelé « la guerre des auteurs ». Il a paru intéressant de croiser ces deux approches trop souvent isolées, soit que l’histoire littéraire se consacre à la seule analyse de querelles littéraires particulières (Anciens et Modernes, Querelle des Bouffons, Querelle des Philosophes, etc.), soit que la sociologie s’attache à décrire les stratégies d’individus ou de groupes définis selon leur position dans le « champ littéraire » plus que par les propositions et innovations formelles dont ils sont porteurs.

2La majeure partie du séminaire a été consacrée à la période charnière qui s’étend des années 1780 aux années 1830, période d’émergence de la Littérature au sens moderne, on le sait ; mais aussi période particulièrement riche en textes qui réfléchissent le statut de l’écrivain et réfléchissent sur les divers aspects de cette métamorphose : effervescence et perturbation dans la République des lettres ; rêve déçu d’un front ou « faisceau » des écrivains ; conscience accrue des effets politiques des rivalités littéraires. Témoin et protagoniste de cette mutation, Mercier est ici central, non seulement par le commentaire qu’il en donne, mais aussi comme figure exemplaire des contradictions qui se font jour après la Terreur. Naguère justifiée comme rançon de l’émulation et prix à payer pour le choc fécond des idées, la « guerre des auteurs » est perçue désormais comme doublement funeste puisqu’elle a divisé les gens de lettres, mais aussi affûté les rhétoriques révolutionnaires de délégitimation violente, voire d’élimination de l’adversaire politique. L’apologie de l’écrit propre aux Lumières se fait moins assurée : Mercier comme Louvet se prononcent contre la « liberté illimitée de la presse », le premier allant même jusqu’à déplorer « l’invention du papier ». La tribune journalistique, si valorisée au début de la Révolution, est revisitée (par Desmoulins, Louvet, Mercier) comme une école de démagogie et de logomachie fatale à la République. Ces révisions post-thermidoriennes préparent, par-delà les antagonismes idéologiques, le sombre constat balzacien dressé notamment dans Les Illusions perdues : prises dans la circulation générale de la marchandise, les valeurs littéraires sont désormais redistribuées selon une « cote » socio-économique qui consacre l’inversion des hiérarchies antérieures (la poésie invendable étant reléguée au bas de l’échelle, tandis que triomphe impudemment le journalisme honni mais craint).

3À l’âge des Querelles succède l’ère des “Écoles” et des “procès” qui rythment leur succession, d’une génération littéraire à l’autre. C’est sur l’émergence de cette notion de « génération littéraire » et sur la naissance polémique du « maître à penser » à la française, que s’est achevé le travail de l’année : les médaillons académiques de Barbey d’Aurevilly (1863) font ici transition entre la satire des faux « grands hommes » héritée de Rivarol (Le Petit Almanach de nos Grands Hommes, 1788) et la dénonciation Idéologique des mauvais bergers chez Bourget (Le Disciple, 1889) et Barrès (Les Déracinés, 1897).

Publications

  • « Sade y la Revolucion : El Mito y la Historia », Barcarola, 61-62, août 2002, p. 209-217.
  • « Barthes en spirales », R/B. Roland Barthes, catalogue de l’exposition « Barthes », sous la dir. de M. Alphand et N. Léger, Le Seuil-IMEC-Centre Pompidou, 2002, p. 41-46.
  • « Don DeLillo : la terreur et la pitié », Critique, 375-376, sept.-oct. 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Roger, « Poétiques et politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 626-627.

Référence électronique

Philippe Roger, « Poétiques et politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16537

Haut de page

Auteur

Philippe Roger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals