Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoire et théorie de la musique

Esteban Buch et Emmanuel Pedler
p. 627-629

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Esteban Buch, maître de conférences

Musique et politique au XXe siècle

1Le séminaire a été consacré à l’analyse de la critique des premiers concerts d’Arnold Schoenberg, à partir d’un corpus issu des archives de presse de l’Arnold Schoenberg Center de Vienne et de celles du fonds Alban Berg de la Bibliothèque nationale autrichienne. Ces documents nous ont permis d’étudier la critique musicale viennoise entre la création du sextuor Die verklärte Nacht le 18 mars 1902, et le Skandalkonzert du 31 mars 1913, dans la perspective d’une histoire des évaluations des œuvres de l’École de Vienne. La démarche consistait à articuler l’analyse textuelle des critiques, conçue dans une perspective pragmatique, avec une analyse musicale des œuvres susceptible de cerner le degré de pertinence des éléments descriptifs retenus, ou non, par ces premiers exégètes. Ce travail impliquait se pencher sur l’historicité de nos propres outils analytiques, du moment que ceux-ci résultent le plus souvent d’une tradition herméneutique ayant intégré le statut canonique des œuvres dont il s’agissait ici de comprendre l’émergence. La première réception des œuvres atonales, en janvier 1910, s’est avérée particulièrement intéressante pour comprendre le rôle de la critique hostile comme instance productrice de discours voués à persister dans l’historiographie, que ce soit comme base d’une argumentation négative (par exemple le caractère prétendument non naturel de toute « sortie » du système tonal) ou comme signalement originaire d’un caractère transgresseur – moyennant dans ce dernier cas une oblitération de l’évaluation négative. Aussi, la reconstitution détaillée des scandales, dont celui qui le 21 décembre 1908 marque la création du Deuxième quatuor op. 10, a permis de concevoir l’émergence de l’avant-garde musicale comme résultant de la crise simultanée de deux types de règles caractéristiques des pratiques musicales traditionnelles : une transgression de lois musicales, avec l’abandon de la tonalité ; et une transgression de normes sociales, avec l’abandon des codes de comportement dans la salle de concert. Ces deux types d’écarts convergent dans les métaphores politiques employées par les critiques les plus agressifs – des « bruits de démocrates » aux « attentats terroristes » – qui, en cherchant à stigmatiser ces musiques nouvelles, en font des manifestations exemplaires de la modernité. D’où une thèse centrale : c’est la critique hostile qui aura le plus contribué à définir le statut d’Arnold Schoenberg dans l’histoire de l’art musical, à savoir, celui du grand révolutionnaire de la musique du XXe siècle.

Publications

  • The Bomarzo Affair – Opera, perversión y dictadura, Buenos Aires, Adriana Hidalgo, 2003, 240 p.
  • Beethoven’s Ninth – A Political history, trad. R. Miller, Chicago et Londres, The University of Chicago Press, 2003, 327 p.
  • « Parcours et paradoxes de l’hymne européen », dans Figures d’Europe. Images and myths of Europe, sous la dir. de L. Passerini, Bruxelles, P.I.E./ Peter Lang, 2003, p. 87-98.
  • « Variaciones sobre música y violencia », Milpalabras, 4, 2003, p. 7-10.
  • « Ginastera y Nono : encuentros y variantes », Revista del Instituto superior de música de la Universidad nacional del Litoral, 9, 2002, p. 62-85.

Emmanuel Pedler et Esteban Buch, maîtres de conférences

Sociologies de la musique

2Ce séminaire mensuel à deux voix était consacré à une relecture critique de certains textes d’auteurs classiques ayant pris la musique comme objet privilégié de leurs recherches : Sociologie de la musique de Max Weber, Introduction à la sociologie de la musique de Theodor W. Adorno, La mémoire collective chez les musiciens de Maurice Halbwachs, Mozart – Sociologie d’un génie de Norbert Elias. En outre, la dernière séance a permis de parcourir à nouveaux frais des textes de Pierre Bourdieu qui, bien que non consacrés spécifiquement à la musique, de La distinction à Les règles de l’art, soulèvent des questions importantes pour l’étude de cette dernière. En interrogeant ces auteurs, notamment à la lumière d’autres textes produits en date plus récente dans des perspectives méthodologiques comparables, il s’agissait de s’interroger, à terme, sur la spécificité éventuelle d’une sociologie de la musique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esteban Buch et Emmanuel Pedler, « Histoire et théorie de la musique », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 627-629.

Référence électronique

Esteban Buch et Emmanuel Pedler, « Histoire et théorie de la musique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16539

Haut de page

Auteurs

Esteban Buch

Articles du même auteur

Emmanuel Pedler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals