Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Séminaire interdisciplinaire sur le Monde chinois

Yves Chevrier et Françoise Sabban
p. 699-702

Texte intégral

Séminaire collectif sous la responsabilité d’Yves Chevrier et Françoise Sabban, directeurs d’études

1Après deux séances consacrées aux pratiques de recherche liées à l’Internet (J. Nivard et T. Pairault), le séminaire a poursuivi la démarche thématique, pluridisciplinaire et pluriculturelle qui est devenue la sienne. Trois modules se sont succédé. Le premier s’est organisé autour des représentations, des recompositions et de la fonction heuristique de l’espace dans la recherche sur le monde chinois, en reprenant une piste ouverte au commencement du séminaire, il y a deux ans, par P. Gentelle. Présentant l’enquête d’une équipe de géographes sur les grands hôtels en Asie, T. Sanjuan (Paris-I) a montré comment, de l’époque des concessions à la renaissance actuelle en passant par l’ère communiste, les « palaces » ont modelé la géographie urbaine mais aussi les pratiques sociales et l’imaginaire de la ville. Historien du Shanghai moderne et de ses univers ouvriers, A. Roux (INaLCO) s’est demandé s’il est possible de repérer un « espace » politique dans le Shanghai du XXe siècle à partir d’une approche spatialisée des pratiques protestataires du mouvement social (itinéraire des manifestations, occupation de lieux symboliques, cartographie des émeutes). En économiste attentif à la redistribution des activités de production et d’échange, à la répartition des noeuds de ces activités et à l’évolution des structures (y compris politiques) qui relient ces nœuds dans le monde chinois et en Asie orientale, F. Gipouloux (CNRS) a présenté une typologie des grands centres urbains de cette région du monde en s’interrogeant sur la facture et sur les effets des recompositions spatiales déterminées par l’économie. Pendant l’ère maoïste, c’est le politique qui dictait la répartition et la structuration des productions et des hommes sur le continent chinois. La séparation entre villes et campagnes devint l’un des traits dominants du régime. À partir de son enquête quantitative sur les migrations organisées (l’envoi des « jeunes instruits » dans les zones rurales), M. Bonnin a rattaché la domination communiste et les résistances qu’elle a suscitées à la construction d’un espace intérieur territorialisé.

2En liaison avec la réflexion conduite à l’EHESS sur les Aires culturelles, le séminaire a ensuite renoué avec son interrogation de l’an dernier sur la question des « périmètres » du monde chinois : frontières politiques, sociales et culturelles, mais aussi définitions identitaires ou scientifiques, pertinence des approches et des catégories – particulières, c’est-à-dire sinocentrées, régionales (la Chine appartient-elle à une aire asiatique plus large ?), ou générales. En analysant le dessin et le dessein des jardins impériaux au cœur de la politique des frontières de l’empereur Qianlong, P. Foret a repéré à travers une esthétique paysagère un imaginaire spatial de l’empire. La thématique des limites s’est ainsi trouvée croisée avec celle de l’espace dans un séminaire qui a fait la transition avec le module précédent. Le suivant, en revanche, s’est tourné vers le problème de la construction historico-culturelle des catégories : que signifie celle de « bourgeoisie urbaine » pour l’histoire pré-moderne et moderne de la Chine, de la Corée et du Japon ? (M. Cartier, A. Delissen, G. Carré).

3En soulignant, au-delà de la terminologie, l’importance et le risque des glissements contextuels inhérents aux traductions littérales, ce questionnement nous renvoyait à l’une des dimensions fondamentales du Monde chinois qui n’ont pas encore été abordées par le séminaire : le rôle du texte et de la référence au texte. Nous en avons fait la matière d’un troisième module qui a permis de repérer quelques-unes des grandes lignes de la question. Tout d’abord, la piste du texte conduit aux questions de l’écriture, du corpus canonique et de la transmission, du fait que le texte ne se confond ni avec l’écrit, ni avec le canon (tout écrit ne forme pas un texte, tout texte n’est pas canonique). J. Lévi (CNRS) a choisi d’aborder cette problématique non point en contraste avec la riche thématique du rituel (notamment religieux), ou à partir d’une histoire de la formation des canons, mais en remarquant que la société chinoise ancienne a construit ses références textuelles canoniques au cours d’une histoire longue marquée par les interventions du pouvoir, et dans un contexte large au sein duquel des pratiques et des savoirs non écrits et non « textualisés » ont pu être valorisés et codifiés à l’égal du texte. Celui-ci n’imposerait sa suprématie qu’à la fin de l’Antiquité, à la fois comme vecteur de la transmission des savoirs encyclopédiques et d’une orthodoxie. L’importance de la question de la transmission a été mise en lumière par F. Zimmermann à partir du monde indien : l’attachement du pandit à ses textes ne se conçoit (et ne se pratique) qu’en relation avec la fonction et la valeur supérieures accordées à la parole dans l’apprentissage, la transmission et la culture des traditions. V. Alleton a souligné la position marginale du traducteur dans la culture chinoise en regard de celle de l’interprète, intégré dès l’origine dans l’appareil d’État. L’exception des traductions bouddhistes (IIIe-Xe siècles) avait abouti à la constitution, à côté du canon confucéen, d’un « autre » canon qui imprégna idéologiquement la société chinoise mais ne fut jamais intégré à l’ensemble des textes d’enseignement de la lecture et de l’écriture constitutifs de l’identité lettrée. Ces traductions bouddhiques ont légitimé comme dignes d’accéder à l’écrit des genres populaires, tels que le conte, les récits merveilleux, le théâtre, supports d’une langue vernaculaire qui n’accédera à un statut officiel que dans les premières décennies du XXe siècle. En fin (provisoire) de parcours, J. Thoraval a lu des textes afin de rappeler qu’ils sont aussi nos sources, en même temps qu’il reprenait la question des glissements contextuels et du risque du passage d’une langue à l’autre (autre facette de l’épineux problème des traductions). L’exemple choisi a été celui de la réception et de l’influence du kantisme à partir de Liang Qichao, alors que s’invente au long du XXe siècle, dans le contexte d’une Chine mondialisée par la référence à l’Occident, un nouveau type de savoir, et de texte : la philosophie chinoise, dont un philosophe néo-confucianiste comme Mou Zongsan doute cependant qu’elle puisse s’enfermer dans une référence au logos, en oubliant la référence au cœur/esprit qui fut thématisée par la longue tradition textuelle chinoise. Texte, logos, non-texte, non-logos : la carte se précise, y compris dans la dimension historique, mais il faudra la compléter, notamment à partir de la structure, de la place et de la fonction des textes historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevrier et Françoise Sabban, « Séminaire interdisciplinaire sur le Monde chinois », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 699-702.

Référence électronique

Yves Chevrier et Françoise Sabban, « Séminaire interdisciplinaire sur le Monde chinois », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16603

Haut de page

Auteurs

Yves Chevrier

Articles du même auteur

Françoise Sabban

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals