Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Archéologie

La construction et la réparation des édifices religieux dans la France médiévale, d’après les sources historiques et les témoignages archéologiques

Denis Cailleaux
p. 724-725

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Denis Cailleaux, maître de conférences à l’Université de Bourgogne

1Les conférences, présentées à Lyon et à Paris, ont permis d’aborder la question du rôle du commanditaire dans la construction des églises médiévales et d’examiner sa contribution à la conception et à la réalisation de l’édifice.

2À Paris, ont été présentés divers exemples de chantiers « séculiers » – églises cathédrales, collégiales et paroissiales – pour lesquelles il apparaît qu’à partir de la fin du XIIIe siècle le financement des travaux est principalement assuré par les quêtes liées à la présentation des reliques et aux legs particuliers. Pour les cathédrales et les collégiales, le collège des chanoines est le « donneur d’ordres », concepteur du projet initial qui est interprété et réalisé par un maître de l’œuvre. Pour les paroissiales, le rôle des laïcs, par l’intermédiaire des fabriques, paraît prépondérant. La communauté paroissiale assume les frais de construction ou de réparation de l’église, engage le maître-maçon et les ouvriers bâtisseurs et, probablement, élabore l’avant-projet de l’édifice.

3À Lyon, ce sont les chantiers du monde monastique qui ont été observés. On a pu constater que si le plan des monastères et les formes architecturales sont communs à la plupart des ordres religieux, les modes de financement et de réalisation peuvent varier sensiblement. Ainsi, les moines cisterciens sont probablement les seuls à concevoir et à bâtir de leurs mains leurs bâtiments, alors que les bénédictins ou les religieux mendiants faisaient appel à des ouvriers salariés. Le financement des travaux est également différent selon les ordres. Les bénéfices du domaine foncier sont probablement à l’origine des fonds nécessaires aux cisterciens pour leurs chantiers, alors que les bénédictins emploient plutôt l’argent issus de leurs droits seigneuriaux et que les franciscains misent sur la générosité des fidèles.

4Il ressort des exemples étudiés que si les constructions religieuses des XIIIe-XVe siècles sont souvent similaires dans leur forme, elles ont souvent été réalisées selon des procédures différentes. Ainsi, le monde canonial élabore des projets qui sont mis en œuvre par des bâtisseurs laïcs ; certains ordres religieux sont à la fois concepteurs et réalisateurs de leurs édifices quand d’autres, au même moment, s’en remettent totalement à des artisans salariés qui proposent les plans du bâtiment et procèdent à sa construction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Cailleaux, « La construction et la réparation des édifices religieux dans la France médiévale, d’après les sources historiques et les témoignages archéologiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 724-725.

Référence électronique

Denis Cailleaux, « La construction et la réparation des édifices religieux dans la France médiévale, d’après les sources historiques et les témoignages archéologiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16625

Haut de page

Auteur

Denis Cailleaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals