Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Europe centrale et orientale

Le roman d’Alexandre

Jean-Pierre Arrignon
p. 747-748

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Arrignon, professeur à l’Université d’Artois

1L’année a été consacrée à l’étude du Roman d’Alexandre du Pseudo-Callisthènes, connu sous le nom d’Alexandria dans sa version slave.

2L’analyse de la tradition manuscrite depuis l’Antiquité tardive jusqu’au XVIe siècle a constitué une part importante de notre travail. C’est en effet au cours du IIIe siècle de notre ère que s’organisent les éléments de la vie et de la légende d’Alexandre que romanciers et historiens rassemblent pour nourrir leurs œuvres respectives. Ce constat est évidemment important ; il n’y a pas de différences de nature dans la documentation qu’utilisent historiens et romanciers. Puis nous avons suivi la copie des manuscrits tant dans les espaces byzantin, roumain, bulgare, serbe et russe. Ce travail difficile n’a pu être mené à bien que par la participation active des étudiants, grecs, bulgares et roumains de l’École qui ont suivi ce séminaire. Il convient de leur rendre cet hommage. Deux périodes décisives sont alors clairement apparues : la première, au ixe siècle, dans l’empire byzantin, marque un tournant décisif. Les éléments chrétiens entrent désormais dans le roman sous la forme de citations bibliques qui placent Alexandre dans la lignée des rois bibliques ; l’autre, au XIVe siècle qui marque l’entrée du roman d’Alexandre dans l’espace slavon. Dans ce monde, le roman tient une place spécifique. Il est l’archétype de l’histoire et de la géographie universelle. En se présentant comme des héritiers légitimes de la tradition byzantine, les Serbes et plus encore les Russes se placent dans le plan divin de la création de l’Homme par Dieu. Ainsi, les peuples slaves, entrés les derniers dans la communauté des États chrétiens se trouvent placés à leur tour dans le plan divin de la Création. Dans cette perspective, il convenait naturellement de christianiser Alexandre. Deux méthodes sont employées ; l’une vise à présenter Alexandre comme inspiré des Prophètes et des rois bibliques dont il est le continuateur, comme les grands-princes de Moscovie sont présentés comme inspirés de Dieu dans leur lutte contre les Tatars et le rassemblement de la « terre russe ». Dés lors les Russes sont les héritiers de la tradition culturelle, religieuse et politique de l’empire byzantin. C’est par eux que se poursuit l’oikouménè byzantine. C’est autour de cette thématique que se crée à la fois un vocabulaire particulier, une logosphère pour reprendre les vocables de R. Debray et des formes de représentation, une vidéosphère que nous voudrions l’an prochain répertorier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Arrignon, « Le roman d’Alexandre », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 747-748.

Référence électronique

Jean-Pierre Arrignon, « Le roman d’Alexandre », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16657

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals