Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Construction d’un objet anthropologique : développement, humanitaire, ONG et globalisation

Bernard Hours
p. 751-752

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Bernard Hours, directeur de recherche à l’IRD

1L’enseignement a porté sur la place et la nature des ONG dans le processus de globalisation contemporain. Dix séances se sont tenues. Lors de l’introduction et de la présentation de la bibliographie sur le sujet la nature de l’approche développée a été précisée : à savoir une analyse idéologique de la gestion de l’altérité depuis la seconde moitié du XXe siècle. Celle-ci s’opère à partir des notions de développement, humanitaire, ONG, globalisation, conçues comme des représentations cohérentes de l’Autre dans les rapports Nord-Sud dont la géométrie évolue. L’histoire du développement comme croyance occidentale, à partir des travaux de G. Rist, a permis de situer l’émergence des ONG durant la période tiers-mondiste (1960-1985) et d’étudier les articulations qui lient post ou néo colonialisme.

2L’irruption de l’action humanitaire d’urgence met en scène un autre type d’organisations porteuses d’une vision anti-totalitaire, souvent ultra libérale, annonciatrice de la fin de la guerre froide. Du développement comme pédagogie et aspiration, à l’humanitaire comme prothèse et ingérence au nom des droits s’opère une mutation majeure de la perception de l’Autre dont les principaux caractères ont été analysés dans le cadre de la mise en place d’une globalisation progressive dont la nature est interrogée à partir de l’affirmation d’une relative spécificité observée et décrite.

3Les ONG y occupent une place de médiation et de transfert entre des normes et valeurs locales et des normes globales résultant d’une certaine unification du monde à évaluer dans différents champs, économiques, politiques, sociaux, technologiques, moraux.

4Dans ce contexte le développement tend à se réduire à la lutte contre la pauvreté, celle-ci se présentant comme une pathologie économique, face à la normalité représentée par le capitalisme et l’économie de marché.

5L’idéologie humanitaire se présente alors comme une entreprise occidentale de normalisation morale réalisée au nom des divers droits, attribués non plus à des sujets de l’histoire mais à des exemplaires de l’espèce humaine. Cette normalisation, planétaire dans sa diffusion et globale dans sa mise en œuvre de principes uniques, peut se lire comme un rapport de domination et une tentative d’éradication de l’altérité. Elle fait référence à un marché unique de biens, de droits, de normes et de règles invoquant une société civile mondiale largement virtuelle, malgré l’Organisation mondiale du commerce, ou le Tribunal pénal international.

6Ainsi peut se construire une approche de la globalisation fondée non pas sur le postulat de sa spécificité mais sur une lecture convergente des normes dans tous les champs abordés à partir de la question de la gestion de l’altérité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Construction d’un objet anthropologique : développement, humanitaire, ONG et globalisation », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 751-752.

Référence électronique

Bernard Hours, « Construction d’un objet anthropologique : développement, humanitaire, ONG et globalisation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16661

Haut de page

Auteur

Bernard Hours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals