Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Sociologie

Sociologie de la personne malade

Philippe Bataille
p. 764-765

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Philippe Bataille, maître de conférences à l’Université de Lille-III

1Le séminaire a situé la sociologie du sujet dans l’ensemble théorique déjà existant en sociologie de la santé. Le retour sur les paradigmes historiques, tels le fonctionnalisme, l’interactionnisme ou l’ethnométhodologie, a permis de rappeler les héritages, les prolongements, et aussi les ruptures en matière d’hypothèses ou de méthodes.

2L’échange avec les étudiants lors de ce premier volant d’interventions a eu le souci de les aider à se situer dans la littérature sociologique.

3L’attention s’est ensuite concentrée sur l’hypothèse majeure de la sociologie du sujet qui interroge les principes constitutifs de l’identité de malade, sans séparer l’expérience vécue de la maladie et des soins de celle de la vie sociale et psychologique. L’arrêt prolongé sur une recherche publiée en cours d’année universitaire portant sur le vécu de la pathologie cancer a toutefois permis de dégager de nouveaux axes de réflexion sur lesquels les étudiants ont été invités à réfléchir.

4Le séminaire a mis en évidence qu’il ne suffit pas de s’arrêter sur l’expérience hospitalière, ou médicale en général, ni même sociale et psychologique, pour comprendre le vécu d’une maladie grave. Il faut également interroger les ordres culturels et politiques. La notion d’acteur malade prend alors tout son sens, faisant déplacer le regard du sociologue sur l’analyse de la dynamique des associations de malades.

5Ce faisant, il ne s’agit pas seulement de réanimer la figure éteinte du malade dans la relation médicale ou l’organisation sanitaire, par exemple en recourant de manière appuyée à la notion de rôle ou en interrogeant la demande de droits du malade, mais de saisir l’ambition culturelle d’une parole de malade, dont on suppose ici qu’elle interroge l’ensemble des ordres sociaux, dénonçant des rapports de domination ou des discriminations bien au-delà du champ sanitaire.

6L’acteur malade, de fait construit sur les fondements d’une expérience subjective, trouve ainsi sa place dans un outillage théorique et méthodologique nouveau qui ouvre des voies elles aussi nouvelles, tant dans le champ de la santé que celui de la sociologie du sujet.

7Dans une dernière partie le séminaire a concentré son attention sur la recherche des voies de passage entre l’expérience individuelle de la maladie et du soin et l’engagement personnel dans des actions collectives. Cela suppose évidemment une meilleure connaissance des logiques d’action qui motive ce sujet individuel, et nécessite une analyse des dynamiques associatives à l’œuvre. Dans ce temps de la réflexion, une attention toute particulière a été portée aux résistances du milieu médical et hospitalier qui craint souvent l’émergence de cette parole de malade qui trouve déjà ses relais dans le champ associatif. Sur ce point le séminaire a notamment reçu la docteure Véronique Fournier, responsable du Centre d’éthique clinique installé à l’hôpital Cochin qui développe une activité d’aide à la décision médicale dans les situations de tensions ou de conflits éthiques.

8Le séminaire a enfin eu le souci de promouvoir de nouveaux objets de recherche sur la base de la problématique qui s’exposait en cours d’année. Ont ainsi été interrogées de manière prospective les conditions générales de la formation des médecins ou la toujours difficile gestion de la mort dans les organisations sanitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bataille, « Sociologie de la personne malade », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 764-765.

Référence électronique

Philippe Bataille, « Sociologie de la personne malade », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16676

Haut de page

Auteur

Philippe Bataille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals