Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

Anthropologie visuelle de l’Asie du Sud

Denis Vidal
p. 776

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Denis Vidal, chargé de recherche à l’IRD

1Les séances de l’année ont été organisées autour de deux thèmes principaux.

2Une première série de conférences qui se situait directement dans la continuité de celles que j’avais données l’an dernier a été consacrée à l’étude de la culture visuelle de Delhi. J’ai d’abord présenté les enjeux méthodologiques de ce type de recherches par rapport à ce qui se fait actuellement dans l’anthropologie visuelle de l’Inde, en insistant, en particulier, sur les apports et les limites de l’œuvre d’Alfred Gell dans la perspective qui était la mienne. J’ai alors présenté la manière dont pouvait s’aborder une recherche anthropologique sur les différentes dimensions de l’architecture actuelle de Delhi, en s’appuyant sur l’expérience de ses habitants mais aussi sur les témoignages d’architectes et d’urbanistes qui travaillent dans la ville. Puis, dans un second temps, en m’appuyant plus spécifiquement sur mon expérience de terrain, j’ai mis d’avantage l’accent sur des éléments de l’environnement urbain et sur des pratiques visuelles, rarement étudiées jusqu’alors dans le contexte indien. Tel est le cas, par exemple, en ce qui concerne la manière dont les marchandises sont présentées dans la ville ; ou encore en ce qui concerne des formes de compétence professionnelle qui impliquent des pratiques visuelles spécifiques. Leur prise en considération permet d’aborder sous un angle plus anthropologique certaines des questions posées par l’étude de la culture visuelle en Inde, aujourd’hui.

3Le second thème de cette année correspondait à un autre aspect des recherches que je mène dans le domaine visuel. Contrairement, en effet, à de nombreuses idées préconçues à ce sujet, il existe de nombreux cas en Inde où la culture visuelle prêtée à des groupes ethniques ou sociaux particuliers trouve ses origines dans des cultures ou parmi des artistes qui n’appartiennent pas aux groupes en question. L’objectif de cette seconde série de séances a été ainsi d’en étudier les conséquences à différents niveaux d’analyse et sur la base de plusieurs études de cas. Je me suis intéressé, en particulier, aux nombreuses données ethnographiques dont on dispose dans le contexte indien sur la manière dont toute une série d’artistes et d’artisans gravitent auprès de milieux sociaux et culturels donnés et parviennent à en capter les demandes ou à en créer de nouvelles, sans toutefois véritablement s’y intégrer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Vidal, « Anthropologie visuelle de l’Asie du Sud », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 776.

Référence électronique

Denis Vidal, « Anthropologie visuelle de l’Asie du Sud », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16697

Haut de page

Auteur

Denis Vidal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals