Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

Le pouvoir en Chine : pratiques et représentations

Jean Lévi
p. 777-778

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean Lévi, directeur de recherche au CNRS

1La pétition de principe de la primauté du non-être sur l’être est centrale dans la pensée chinoise ; elle déborde le cadre philosophique pour influer sur les domaines les plus divers, mais elle a eu surtout des répercussions dans le champ du politique, car c’est à travers ce postulat que furent pensés en Chine les modes de la domination. Cette conception, bien qu’admise par tous les courants, fut d’abord théorisée par les taoïstes. Nous nous sommes donc d’abord concentrés sur l’étude du Zhuangzi en partant d’un mythe cosmogonique pour arriver à des scènes de cour. De façon ramassée, allusive, par les références à des récits contenus dans le texte de façon méta-textuelle, s’égrènent les étapes ponctuant la fragmentation de la totalité. La conscience du séparé inaugure le règne de la violence et de la domination. Le mouvement est celui d’une descente ; la fable décrit une perte, perte de l’intériorité, perte de la totalité, perte de l’absolu aussi. Le récit se fait le témoin du déploiement de l’être à partir du rien et de l’être vers la fragmentation en objets. Mais il est possible d’esquisser le mouvement inverse, de partir du désordre inhérent au monde du séparé, où il est nécessaire, pour sa survie, de recourir à des stratégies ou des stratagèmes, et remontant vers la source de toute réalité, d’atteindre au fondement de l’Être – c’est-à-dire le non-Être – dont la manifestation psychique privilégiée est la confusion. L’apologue de la révolte des singes forme comme un diptyque avec la mort de Chaos.

2Dans un second temps, il s’est agi de mettre en rapport les formes de l’exercice de la souveraineté avec cette forme de transcendance propre à la vacuité ou au néant. L’accent a été mis sur la place paradoxale occupée par le souverain, et l’aporie de son rapport à la bureaucratie. En effet l’autorité du Prince est tout à la fois formidable et fragile. Son isolement – marque de sa transcendance – le rend très vulnérable. De cette faiblesse foncière les théoriciens du pouvoir absolutiste et centralisé des IVe-IIe siècles av. J.-C. ont été conscients. Mais en dépit des techniques imaginées pour y remédier, bien souvent le prince ne fut qu’un jouet entre les mains de son entourage.

3En outre, le caractère absolu du pouvoir impérial constitue un frein et une limite à sa puissance même. L’administration mandarinale, comme tout corps constitué, a tendance à s’ériger en pouvoir séparé et à défier l’autorité du Prince, voire à le soumettre à sa propre loi, en sorte que le Souverain, pour se défendre, doit instaurer une administration spéciale, en dehors des lois ordinaires, qui lui assure le contrôle sur ses agents. Entre les deux formes de transcendance – celle de l’administration et celle de celui qui la dirige mais qui ne peut exercer son autorité qu’à travers elle –, se creuse une béance d’où surgissent toutes les causes de désordres et de chaos. Paradoxalement la faille qui fragilise l’édifice est provoquée par le dispositif même qui doit consolider le pouvoir souverain. En effet l’art de la manipulation, shu, exercé par le prince le défend contre les empiètements possibles de ses subordonnés à qui il délègue le pouvoir de légiférer, et qui détiennent eux la légalité fa, caractérisée par son caractère régulier, universel et publique, face au caractère secret, illégal et privé des techniques de contrôle. Mais en tant qu’artifice et expédient l’art du Maître est source permanente de distorsion de la loi et sape le cours régulier de l’administration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Lévi, « Le pouvoir en Chine : pratiques et représentations », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 777-778.

Référence électronique

Jean Lévi, « Le pouvoir en Chine : pratiques et représentations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16698

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals