Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Économie

Commerce international et développement

Francesco Maletto
p. 782-784

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Francesco Maletto

1Le séminaire a exposé comment le commerce International et le développement sont déterminés grâce aux interrelations qui existent entre l’augmentation des échanges internationaux et l’accroissement de l’emploi des facteurs de la production dans le processus de la production.

2De telle manière, l’analyse a été faite à des niveaux d’interconnexions qui existent entre production, emploi, revenu et assets comme proxies des niveaux de l’actualité économique des entreprises multinationales.

3C’est pour cette raison que l’examen, qui a été fait pendant la durée du cours, n’a pas eu comme objet exclusif l’impact que le commerce international aurait en augmentant ou en baissant les discordances existant entre les pays développés et les pays en voie de développement.

4Pourtant, on a pu souligner comment, en effet, dans le processus actuel de la réalisation du procédé de la globalisation de l’économie à l’intérieur d’une même zone économique, il y a de sensibles différences au niveau de la rétribution d’un même facteur de production. Donc, on assiste à une différenciation dans la distribution des niveaux de la richesse hétérogène, dans la rémunération d’un même facteur de production (travail spécialisé ou non) entre secteurs de la production (travail spécialisé ou non), entre secteurs de productions (innovatrices ou non) et entre les zones économiques dans leur ensemble. Par conséquent, l’impact que le commerce a sur le développement est déterminé, en prévalence, en relation au niveau du chômage qui s’est enregistré dans un système économique donné.

5A été passée en revue la théorie pure du commerce international qui, d’une autre manière, désigne à travers le modèle de Heckescher-Olin-Samuelson des variations relativement précises sur les cours des prix des facteurs de la production. On a remarqué combien le premier aspect est donc lié au second, et le débat thématique et empirique a tendance à se focaliser sur l’usage approprié du théorème de Stopper-Samuelson (pour l’analyse des phénomènes Learner, 1994, Krugman, 1995).

6Donc, même si la relation entre les flux commerciaux et la rémunération des facteurs de la production est d’importance notoire et d’intérêt théorique incontestable, on a constaté qu’il est plus opportun que, dans le contexte économique actuel, l’attention soit posée sur une relation différente, celle entre l’emploi et le commerce international.

7Pour cela, on a souligné que traditionnellement les théoriciens du commerce international ont dédié peu d’attention aux problèmes de l’emploi. En conséquence de quoi, le monde de la théorie pure du commerce extérieur est structuré selon les canons de l’équilibre général, les prix bougent de manière à rééquilibrer les marchés, la solution d’équilibre est Pareto optimal à moins que le modèle ne soit dérangé par la présence de déformations du type d’allocations, et à l’ouverture des marchés correspond une augmentation du bien-être social due aux possibilités de franchir, avec la consommation, la frontière des possibilités de production. Les éventuelles déformations de type d’allocations, dues à une information non exacte, des cours du marché, provoqueront une sous-utilisation des ressources afin de mettre en relation avec des limitations des échanges. Donc l’éventualité d’un coût social, à savoir le chômage, n’est plus prise en considération.

8L’objectif du cours a été aussi de fournir une particularité adéquate sur les analyses des relations existant entre le commerce international et l’emploi, une proposition faite presque exclusivement par des économistes hétérodoxes, comme Joan Robison et Nicolas Kaldor. En ce qui concerne la théorie élaborée par J. Robison, on a souligné comment un tel économiste, non seulement après avoir mis en relief, bien avant Abba Lern, le rôle de la condition d’élasticité dans le milieu des effets des politiques de change à propos du solde commercial, a forgé le terme « Begga my neighour », pour indiquer ces politiques qui font retomber sur les partenaires internationaux les coûts d’un déséquilibre national. En suivant l’analyse faite par J. Robison, on a souligné comment « normalement » une amélioration dans le solde de la balance des paiements amène, par le biais des investissements, à une croissance de l’emploi.

9Une telle croissance est le résultat d’un double effet : l’augmentation dans la production des industries exportatrices, et de celles qui sont en concurrence avec les importations, aura « normalement » un effet primaire positif sur l’emploi. En outre l’augmentation de la production de tels secteurs aura un effet multiplicatif sur le revenu, lequel mènera à un effet secondaire sur l’emploi.

10Tandis que le signe positif de l’effet secondaire est donné pour sûr, l’effet primaire dépendra des valeurs de l’élasticité de la demande de l’offre et des instruments utilisés pour obtenir une amélioration dans le solde commercial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francesco Maletto, « Commerce international et développement », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 782-784.

Référence électronique

Francesco Maletto, « Commerce international et développement », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16706

Haut de page

Auteur

Francesco Maletto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals