Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études transdisciplinaires, sociologie, anthropologie, histoire

Claude Fischler et Saadi Lahlou
p. 804-806

Texte intégral

Claude Fischler, directeur de recherche au CNRS et Saadi Lahlou, EDF R&D

Le paysage alimentaire français : acteurs, institutions, représentations, une approche interdisciplinaire

1Le séminaire s’est déroulé, comme l’année précédente, en deux séries de séances alternées. La première série visait à construire la représentation du champ à travers une analyse critique de la vue subjective qu’en ont les principaux acteurs eux-mêmes. Continuant la série de « grands témoins » entamée l’année précédente, nous avons invité plusieurs personnes ayant été des acteurs majeurs dans le domaine de l’alimentation d’un point de vue scientifique ou institutionnel, en leur demandant de décrire les enjeux du champ de leur point de vue d’acteur. C’était pour eux l’occasion d’une réflexion très large : le contexte universitaire et pédagogique, la maîtrise qui leur était laissée de la situation (à la différence d’une situation d’entretien où l’on est interrogé par le chercheur), leur position très avancée dans leur carrière, voire pour certains leur retraite (au moins officielle et le plus souvent partielle) leur permettaient une liberté de parole réelle. Leur vision était souvent présentée avec humour et les vues de nos insiders sur leur milieu et les situations qu’ils avaient rencontrées manifestaient une capacité réflexive fortement aiguisée par leurs propres besoins stratégiques.

2Ces acteurs, dont le niveau académique est au moins égal à celui des chercheurs qui étudient le milieu en question, disposent évidemment des mêmes capacités d’explicitation tout en bénéficiant d’un accès bien plus direct aux phénomènes et à leur propre vécu. Ce dispositif, dans lequel l’acteur-expert procède à une réflexion sur sa propre pratique dans une présentation d’une heure environ, suivie d’une discussion avec des protagonistes qui ont bien pratiqué le champ et connaissent depuis longtemps l’acteur, s’est révélé particulièrement efficace pour illustrer certains thèmes de façon particulièrement éclairante. Certains, bien connus, furent néanmoins illustrés concrètement de manière éclatante, notamment le rôle réifiant des institutions, le jeu des forces économiques couplé avec l’utilisation de systèmes de justification relevant d’autres logiques. D’autres étaient plus inattendus ou prenaient un relief particulier. La situation constante d’information imparfaite dans laquelle sont les acteurs au moment de la prise de décision (H. Simon), situation que tend à oublier le chercheur qui vient après coup, comme d’ailleurs les acteurs eux-mêmes qui tendent assez vite à rationaliser. Les stratégies d’expansion institutionnelle ou de prise de positions-clés dans tel ou tel système de décision étaient également expliquées, parfois dans le détail des circuits d’influence et de nomination, par exemple dans certaines institutions internationales. On voyait ainsi apparaître des situations dans lesquelles des logiques institutionnelles et des logiques d’acteurs s’imbriquent et où certains individus représentent, au sens fort du terme, les institutions, réalisant des compromis sociaux qui engagent bien plus qu’eux-mêmes, en ménageant les intérêts des diverses entités en présence. Le récit vécu des conditions institutionnelles de la recherche action, vécu par des acteurs qui ont occupé tour à tour des positions de recherche ou de commandite, a fourni des éclairages crus mais rafraîchissants sur les contraintes de la production du savoir et de la vérité institutionnels. Sans pour autant nier les forces sociologiques et économiques à l’œuvre, les exposés et les discussions qui les ont suivis ont montré de manière très vivante comment ces forces s’incarnent dans les acteurs, et comment ceux-ci les agissent, les assument, se les représentent.

3Le dispositif d’explicitation mis en place, qui met l’acteur-expert en position de chercheur discutant avec ses pairs sur une pratique avec laquelle il vient de prendre ses distances, nous paraît, au delà de la question du paysage alimentaire français, un dispositif heuristique et pédagogique intéressant. Certains séminaires de cette série ont été consacrés à une analyse de ces expériences et à leur mise en perspective systémique pour la compréhension du système alimentaire français. L’un des intérêts de l’exercice est que ces acteurs ont, chacun, occupé, à des époques diverses, des positions institutionnelles différentes (et souvent plusieurs « casquettes » en même temps) qui leur donnent un recul et une compréhension approfondie du système ; ils peuvent donc porter des jugements informés et critiques sur les tentatives de modélisation des animateurs du séminaire.

4Les intervenants sollicités cette année ont été notamment Pascale Pynson, ex-directrice de l’environnement du groupe Danone, Gérard Pascal, directeur scientifique à l’INRA et président du principal comité d’experts en sécurité alimentaire de l’Union européenne, Laurent Grisel, ex-responsable de la Confédération du cadre de vie, organisation de défense des consommateurs, et enfin Jacques Grondin, directeur de recherche en sciences sociales au CHUL, Québec.

5L’autre série de séminaires, d’une approche plus directement pédagogique et pratique à la fois, en lien avec les recherches en cours des doctorants, s’est donné pour objectif de l’année la déconstruction minutieuse de deux produits de l’industrie agro-alimentaire. L’idée est d’examiner les objets circulants du système, et d’y retrouver, réifiées, les traces des compromis entre acteurs, d’une part ; et celles des états antérieurs du système d’autre part, tant il est vrai que les produits matériels sont porteurs d’une hystérésis technique, juridique, voire esthétique. À travers telle bouteille d’eau minérale ou tel produit laitier industriel, il s’agissait d’explorer non seulement la sémiotique et la symbolique choisie ou portée, les connotations diverses, la communication et la publicité mais aussi les questions très pratiques de technique, de fabrication, de réglementation, d’étiquetage, de conditionnement, de logistique, etc. L’eau minérale, en effet, c’est aussi sa bouteille, verre ou plastique ; outre la source, il y a la ou les usines, la logistique de la distribution, la sécurité sanitaire, le marketing et la publicité, les relations de l’industriel avec la distribution, les consommateurs et leurs organisations, etc. Au moyen d’une division du travail en fonction des compétences particulières ou des centres d’intérêt des participants au séminaire, on a pu mettre en lumière à partir de ces cas pratiques la complexité des stratégies, des enjeux, l’entrelacs d’intervenants et d’acteurs de l’agro-alimentaire impliqués.

6Contrairement au travail du préhistorien, voire de l’anthropologue, qui ne dispose en général que d’indices limités pour comprendre la forme à partir de la culture et fait le chemin de reconstruire cette dernière à partir des objets, une approche contemporaine de l’objet et la possibilité qu’elle donne de creuser et de tester la validité des hypothèses par des recherches complémentaires, dans la bibliographie, sur le Net ou auprès des acteurs eux-mêmes, est un exercice aussi instructif que fécond, mais aussi plus facile et qui est compatible avec les contraintes temporelles d’une série de séminaires. Cette déconstruction des artefacts socio-techniques avait donc également pour objectif d’entraîner les doctorants à produire, au format de la présentation académique, une analyse critique de matériel empirique, et de relier l’analyse systémique aux objets du quotidien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Fischler et Saadi Lahlou, « Centre d’études transdisciplinaires, sociologie, anthropologie, histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 804-806.

Référence électronique

Claude Fischler et Saadi Lahlou, « Centre d’études transdisciplinaires, sociologie, anthropologie, histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16717

Haut de page

Auteurs

Claude Fischler

Articles du même auteur

Saadi Lahlou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals