Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Méthodes et techniques des sciences sociales

Archives et sciences sociales

Éric Brian, Jean Jamin, Jean-Philippe Mazaud, Morgane Labbé, Pap Ndiaye et Vincent Duclert
p. 131-132

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Séminaire collectif sous la responsabilité d’Éric Brian, Jean Jamin, directeurs d’études
Morgane Labbé, Pap Ndiaye, maîtres de conférences
Vincent Duclert, professeur agrégé

Expériences III

1La première séance de l’année a porté sur le rôle et l’importance des archives dans l’édition. Animée par Vincent Duclert et Jean Jamin, elle a donné successivement la parole à Jacques Revel qui a longtemps co-dirigé la collection « Archives » de Julliard/Gallimard, puis à Hugues Pradier qui dirige actuellement la collection « La Pléiade » chez Gallimard. Cette double analyse de l’objet archives saisi par le processus d’édition scientifique a montré comment la mise à disposition critique des sources historiques ou littéraires débouche sur la constitution d’un savoir tout à fait essentiel dans le processus de recherche et d’écriture.

2Présidée par André Grelon, la deuxième séance a été consacrée aux « Archives des institutions scientifiques ». Paul-André Rosental présenta les archives de l’Ined à partir des deux questions centrales, d’une part la question des limites des archives de ces institutions, et d’autre part, la contribution des archives administratives à l’histoire des sciences. Avec les archives du pôle scientifique de Nancy, Françoise Birck (GREE) témoignait d’une tout autre configuration institutionnelle, celle régionale de l’histoire des relations entre les écoles d’ingénieurs et les industries. L’intervention de Vincent Duclert traitait des archives de la politique de la recherche, à partir du cas de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique instituée en 1958-1961 par le général de Gaulle et son Premier ministre Michel Debré. Les archives sont ici exploitées pour étudier les jeux des acteurs à travers les institutions scientifiques et politiques, et elles sont complétées par les témoignages dans une perspective d’histoire orale.

3La séance suivante, présidée par Morgane Labbé, interrogeait les rapports entre archives et sciences sociales à partir de la criminologie, soit un ensemble archivistique vaste combinant pratiques administratives et activités scientifiques. Peter Becker (IUE) montra comment furent réorganisées les archives de la police en Prusse au XIXe siècle pour construire, à partir de critères savants, l’image du criminel comme déviant. Gérard Noiriel approchant l’histoire de l’immigration à partir de la question de l’identification, montrait l’importance de l’archive comme preuve écrite, inscrite dans des relations de pouvoir. Philippe Artières (CNRS) présenta le fonds Lacassagne, qui regroupe la documentation personnelle de ce savant fait archiviste, qui recueillit systématiquement les écritures des prisonniers.

4Alain Boureau présida la séance sur « Le regard des médiévistes ». Yann Potin (École nationale des Chartes) intervint sur « le trésor des chartes » et l’imaginaire politique que cristallisa ce fond archivistique aussi monumental qu’obsolète. À partir des archives des procès politico-religieux menés sous le règne de P. Le Bel, Alain Provost (Université d’Arras) discuta la question des stratégies d’écriture et des différentes mises en ordre, en série et en récit, des documents d’archives.

5Dans une dernière séance consacrée aux « Archives des philosophes et de la philosophie », introduite par Pierre Judet de la Combe, c’est de nouveau le rapport de l’œuvre aux textes qui fut interrogée. Face à des œuvres sans archives, comme dans le cas de la philosophie grecque, l’historien se réfère à des archives fictionnelles et passe de l’unicité de l’œuvre à la multiplicité des textes. C’est dans cette perspective que Dinah Ribard parla d’archives investies dans la pensée et invitait à rechercher les archives de la philosophie dans les traces produites par le travail de la philosophie. À l’écart d’une histoire philosophique de la philosophie, Jean-Louis Fabiani distingua deux manières d’envisager les archives de la philosophie : à travers la manière dont la philosophie a organisé ses archives, l’historien peut étudier comment cette discipline constitue sa propre mémoire. La démarche du sociologue des sciences recourt en revanche à des archives extérieures au corpus de textes, pour rendre compte des conditions de production de ces textes. Les archives Poincaré décrites par Laurent Rollet (Université de Nancy) rassemblent quant à elles une grande diversité de documents, qui s’avèrent indispensables à la compréhension de l’œuvre et à la trajectoire du célèbre philosophe.

Jean-Philippe Mazaud, professeur agrégé

La notion d’institution dans les sciences sociales

6Compte rendu non communiqué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Brian, Jean Jamin, Jean-Philippe Mazaud, Morgane Labbé, Pap Ndiaye et Vincent Duclert, « Archives et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 131-132.

Référence électronique

Éric Brian, Jean Jamin, Jean-Philippe Mazaud, Morgane Labbé, Pap Ndiaye et Vincent Duclert, « Archives et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16764

Haut de page

Auteurs

Éric Brian

Articles du même auteur

Jean Jamin

Articles du même auteur

Jean-Philippe Mazaud

Morgane Labbé

Articles du même auteur

Pap Ndiaye

Articles du même auteur

Vincent Duclert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals