Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Géographie

Géographie arctique

Jean Malaurie
p. 135-138

Entrées d’index

Index thématique :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

Jean Malaurie, directeur d’études

Anthropogéographie arctique

1L’enseignement est, dans l’esprit de l’École, résolument interdisciplinaire. L’esprit de spécialité, avec les cloisonnements intellectuels et humains qui en découlent, est un des malheurs de nos universités. Se souvenir du jugement sévère de Lucien Febvre, et qui inspirait nos séminaires : « Pas une concession à l’esprit de spécialité, qui est l’esprit de mort dans l’état actuel du travail humain [...] tel est mon but, dès l’origine, dès la première petite note rédigée à la diable, en octobre 1932, qui est le germe de l’Encyclopédie [...] par là, l’unité de l’esprit humain, l’unité de l’inquiétude humaine devant l’inconnu sera rendue sensible à tous : cette unité que masque le pullulement des petites disciplines jalouses de leur autonomie et se raccrochant désespérément, elles aussi, à une autarcie aussi vaine dans le domaine intellectuel, et aussi funeste que dans le domaine économique ».

2Le séminaire de Jean Malaurie s’est attaché, au cours de deux conférences, concernant les sociétés arctiques en conditions extrêmes, essentiellement à la notion de lieu dans un temps long, dans un temps très long puisqu’il recourt à l’étude des structures physiques des hautes latitudes, qui orientent et conditionnent si profondément la vie animale (magnétisme, géomagnétisme, courants marins, climat) et humaine. Le séminaire s’est attaché à des problèmes de paléoanthropologie, d’ethnologie de terrain, et particulièrement à la notion de transfert dans le dialogue entre l’observateur et l’observé. Il s’est attaché à réfléchir sur la pensée de Prokop Divisch qui, dans sa Magia Naturalis (1765), évoque une Naturgeist. Le séminaire a abordé également l’étude des autonomies inuit, fragiles et incertaines, en Alaska, en Nunavut et Nunavik, au Groenland et en Sibérie du nord-est, du fait d’un néocolonialisme mal maîtrisé.

3Alexandra Richter (docteur à l’Université Paris-IV), a exposé les grandes lignes de sa thèse qui porte sur la philosophie de la nature chez Goethe : « L’anthropologie contemporaine à l’école de Goethe, naturaliste et écrivain » ; Dominique Sewane (docteur à l’École pratique des hautes études, sciences religieuses) : « Anthropologie de la voix et de l’écoute, chez les Batãmmariba, Togo » : « À la question du nom se rattachent les problèmes les plus importants de la mythologie, du culte des morts, du droit de propriété » reconnaissait Marcel Mauss dès 1905. Le vrai nom d’une personne, tenu secret, joue un rôle fondamental dans la vie rituelle d’une société qui, comme celle des Batãmmariba, privilégie le domaine acoustique, L’air et la terre : dimension bachelardienne de l’univers des Batãmmariba. Les ouvrages de Gaston Bachelard sur les éléments fondamentaux – air, terre, eau, pierre – sont l’expression la plus fidèle du mode de ces modes de pensée. Lors de l’initiation des garçons, le grand Serpent femelle et souterrain retrouve sa parenté avec la Terre Mère. Le culte du Serpent est l’un des plus anciens rites agraires de l’humanité. Le territoire des Batãmmariba étudié par Dominique Sewane, notamment dans son livre Le souffle du mort (Plon, collection Terre humaine, 2003), vient d’être reconnu comme un des sites du Patrimoine de l’humanité par l’Unesco ; Kudsi Erguner, célèbre poète soufi, spécialiste de Djâl-Aldîn Rûmi : Les paraboles du Soufisme. Les métaphores et les images poétiques dans la poésie soufie : le son du ney, la flûte sacrée de roseau du Soufi, a le pouvoir de révéler le visage de l’Autre, auquel aspire un être humain, et qui est son être véritable. Ainsi le ney est le double de l’homme. Pendant le concert spirituel qu’est le sama, les auditeurs à l’écoute du ney sont conviés à un voyage de l’âme ; Jean-Luc Chappey (maître de conférences à l’Université de Clermont-Ferrand), « La Société des Observateurs de l’homme » (1799-1804). Les instructions de Joseph-Marie de Gérando. Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages (1800) : rappelle la véritable origine de l’anthropologie française autour de cette « Société des observateurs de l’homme » trop longtemps méconnue ; Hélène Salaün de Kertanguy (psychologue clinicienne-chercheur, maître de conférences associé à l’Université Paris-X) : Tentations entre la modernité et la tradition : comment penser et vivre l’interculturalité, rencontre avec les tribus d’Adivasi (Inde), et les peuples mongols, commentaires de tests Rorschach réalisés par Jean Malaurie en 1950-1951, avec les Inuit de Thulé, et en août-septembre 1990, avec les Esquimaux d’Asie et les Tchouktches de Tchoukotka. Lors de rencontres répétées avec des familles nomades, sédentarisées et urbanisées, le travail du psychologue-chercheur occidental se construit à partir d’outils pédagogiques mais aussi à partir de récits vrais et simples ; Serge Wasersztrum (membre de la Société internationale de l’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse), 1 – De l’examen des esprits à l’esprit de l’examen 2 – Huarte, Darwin, Broca et l’Inconscient, autour des problématiques riches et complexes du transfert et du magnétisme, il faut rappeler le rôle de Franz Anton Mesmer, de Puysegur, de Charles de Villers et les découvertes de Paul Broca qui ouvrent les voies, de façon volontaire et involontaire, à l’inconscient, au transfert et à l’œuvre de Sigmund Freud ; Stéphane Breton (maître de conférences), Celui qui regarde fait partie du spectacle. Ethnographie et cinéma documentaire, son film novateur, sur sa fonction d’enquêteur chez les Papous, bat en brèche nombre d’idées reçues sur la vérité en ethnologie au cours d’enquêtes sur le terrain, rappelant que l’observation sincère et véritable commence au moment où l’autochtone voit en l’ethnologue non l’enquêteur mais l’ami ; Thibault Martin (professeur de sociologie amérindienne à l’Université de Winnipeg, Manitoba, Canada), dans une étude interdisciplinaire dans l’esprit du Centre d’études arctiques où il a été chercheur, s’attache aux problèmes graves que posent les autonomies accordées aux Inuit et Indiens dans un esprit trop souvent néocolonial.

4Le séminaire s’est achevé par une présentation de quatre films : Les derniers rois de Thulé (Jean Malaurie), Syndrome Tchoukotka (A. Pavlovitch, Leninfilm, Léningrad, 1990), Les noces de Palo (Knud Rasmussen), Portrait de V. Stefansson (X, Toronto). Rosa Rut Thorisdottir (Université d’Akureyri, Islande, Stefanson Arctic Institute), qui poursuit une thèse sous la direction de Pascal Dibie (Université Paris-VI), sur les neufs films concernant les Inuit de Jean Malaurie (1968-1980), participa particulièrement à cette séance, au cours de laquelle Jean Malaurie a rappelé l’exemplarité du film de Knud Rasmussen, Les noces de Palo (1933), d’une importance au moins égale à Nanuk (Robert Flaherty, 1922) dans la filmologie arctique.

5Il est rappelé l’activité croissante du Fonds polaire Jean Malaurie, dirigé par Sylvie Devers (Bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle, 38, rue Geoffroy Saint-Hilaire, Paris Ve, tél. 01 40 79 36 47, devers@mnhn.fr). Il dispose de trente mille livres, vingt mille tirés à part informatisés et se propose d’ouvrir les archives polaires (manuscrits, photos, documents audio) jusqu’alors inexistantes en France.

6Une exposition sur la collaboration fraternelle des géographes français et russes pour la découverte de la Sibérie, de Pierre le Grand à l’Académie polaire d’État a été inaugurée à l’Académie polaire d’État à Saint-Pétersbourg pour le tricentenaire de la ville en juillet 2003, en présence du ministre de l’Éducation russe, de l’ambassadeur de France et de Jean Malaurie, et sera représentée en octobre 2004 au Muséum. Cette exposition est l’expression d’une collaboration étroite entre le Centre d’études arctiques et l’Académie polaire d’État à Saint-Pétersbourg.

Publications

  • De la pierre à l’homme, coll. Les grands heures, deux disques, 2 h 24, I Inuit, II Terre Humaine, coordination Th. Salviat, INA Radio France, 2004.
  • « Kuujjuak (Fort-Chimo) 1970 », Études socio-économiques, Inter-Nord, 20, juin 2003, CNRS/Economica, p. 305-327.
  • Avec J. Rousseau, dir., postface « Observations sur la coopération franco-québécoise dans le Nouveau-Québec, 1958-1968 », dans Du Nouveau-Québec à Nunavik, en coopération avec le Centre d’études arctiques (EHESS/CNRS), postface II, p. 497-506, préface de Th. Martin, Économica (« Polaires »), 2004.
  • « À la recherche de la Moby Dick Inuit. L’allée des baleines », Bulletin de la Société de géographie de Marseille, XCV, nouv. série, 2002-2003, p. 45-58.
  • « Carnets d’une culture Inuit disparue », dans Ces merveilleux carnets de voyage, F. A. Ouahab, sélection du Reader’s Digest, Paris, 2004, p. 184-186.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Malaurie, « Géographie arctique », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 135-138.

Référence électronique

Jean Malaurie, « Géographie arctique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16768

Haut de page

Auteur

Jean Malaurie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals