Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Archéologie

Cultures, technologies et échanges de la pré et protohistoire en Méditerranée

François Briois
p. 150-152

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

François Briois, maître de conférences

La néolithisation autour de la Méditerranée

1Dans la continuité du séminaire de l’année passée, la réflexion sur le processus de néolithisation a été poursuivie sous divers éclairages à partir d’aires géographiques clés de l’aire méditerranéenne. Le sujet a été introduit cette année par une conférence de Karoline Mazurié de Kéroualin (Université de Genève) qui a dressé un bilan général sur la genèse et la diffusion de l’agriculture en Europe. L’émergence des premières sociétés néolithiques est un phénomène complexe et nuancé ayant fait l’objet de débats variés et parfois contradictoires : vision évolutionniste et diffusionniste de la révolution néolithique depuis le Proche-Orient vers le continent européen (G. Childe) ; théorie sur les mouvements colonisateurs, développée notamment par B. Bréa, et thèses autochtonistes pour le domaine méditerranéen. La dichotomie trop marquée entre le modèle de colonisation et d’expansion démographique vers le monde danubien et le modèle de diffusion des techniques et d’acculturation vers le monde méditerranéen a longtemps conditionné la recherche et influence encore l’interprétation de la première néolithisation européenne. Colonisation et diffusion par acculturation jouent de toute évidence concomitamment dans l’apparition des sociétés agro-pastorales en Europe et la progression induit des rythmes différents dans le temps et dans l’espace (théorie de l’arythmie de J. Guilaine).

2La mer et les grands axes fluviaux ont joué un rôle important à la fois dans la diffusion des nouvelles économies agro-pastorales et dans le jeu des échanges, l’acquisition de ressources ou la conquête de nouveaux territoires. La conquête très précoce de certaines îles de Méditerranée témoigne d’une maîtrise de la mer bien avant le Néolithique et les premiers déplacements impliquant des embarcations d’envergure, capables de transporter des animaux imposants comme des bœufs, sont attestés à partir de la fin du IXe millénaire à Chypre et au VIe millénaire à Malte par les restes fauniques. L’obsidienne est également un excellent marqueur des circulations maritimes et atteste de relations à longue distance qui ont pu s’organiser de proche en proche par les îles et le long de plusieurs voies continentales. Diverses expérimentations, dont la plus récente (Monxylon) a été réalisée en Méditerranée par une équipe tchèque de l’Université de Hradec Kralové, ont permis de tester plusieurs modalités de navigation et les vitesses de déplacement en tenant compte des paramètres physiques du milieu maritime. La vitesse de progression journalière avec des embarcations primitives, utilisant à la fois les vents et les courants, peut être relativement rapide et participe à la réflexion sur la question de l’expansion géographique des premières communautés paysannes en différents points de la Méditerranée.

3D’autres séances ont été consacrées au Proche-Orient, et à Chypre où nous développons des travaux depuis plusieurs années avec J. Guilaine (Collège de France). Nous avons Invité à ce titre J.-D. Vigne, (Muséum de Paris) qui a présenté un large panorama sur les premières domestications animales de Méditerranée orientale et sur les questions posées par les restes découverts dans le premier Néolithique de Chypre par rapport à l’état actuel des données sur le continent.

4La question de l’évolution des outillages lithiques, qui est une des principales sources de production matérielle du Néolithique précéramique, a également été au cœur de la réflexion. Nous y avons consacré un colloque international, co-organisé avec D. Binder (Cepam, Valbonne) et L. Astruc (Arscan, Nanterre) qui s’est déroulé à Fréjus en mars 2003.

5L’approche a été élargie au domaine nord-est africain, qui constitue une région clé entre le Levant sud et le désert saharien où nous avons commencé plusieurs travaux dans le cadre des programmes de recherche du Centre d’anthropologie de Toulouse en collaboration avec B. Midant-Reynes.

6Plusieurs éclairages ont également été donnés sur la néolithisation en Europe occidentale : question des relations nord-sud entre les communautés méditerranéennes et les groupes culturels du nord de la France par C. Manen ; néolithisation et acculturation en Italie du Nord par Thomas Perrin ; néolithisation en Catalogne espagnole par P. Villasca et E. Edo (Université de Barcelone).

Publications

  • « Nature et évolution des industries lithiques de Shillourokambos », dans Le Néolithique de Chypre, sous la dir. de J. Guilaine et A. Le Brun, Bulletin de correspondance hellénique, supplément 43, École française d’Athènes, 2003, p. 121-133.
  • Avec V. Léa, « Productions lithiques autochtones et identité du Chasséen », dans Temps et espaces culturels, IVe Rencontres méridionales de Préhistoire récente, sous la dir. de J. Gasco, X. Gutherz, P. A. de Labriffe, Nîmes, octobre 2000, Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, 15, 2003, p. 135-142.
  • Avec M. Barbaza, « L’industrie de pierre taillée de Torre Sabea », dans Torre Sabea un établissement du néolithique ancien en Salento, sous la dir. de J. Guilaine, G. Cremonesi, École française de Rome, 2003, p. 109-129.
  • Avec Th. Perrin, « L’outillage de pierre », dans Les Vautes (Saint-Gély du Fesc, Hérault) et la fin du Néolithique en Languedoc oriental, sous la dir. de J. Guilaine, G. Escallon, Toulouse, Archives d’écologie préhistorique, 2003, p. 63-76.
  • Avec Th. Perrin, « Les industries lithiques : gîtologie, économie de la matière première, comparaisons régionales », ibid., p. 275-278.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Briois, « Cultures, technologies et échanges de la pré et protohistoire en Méditerranée », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 150-152.

Référence électronique

François Briois, « Cultures, technologies et échanges de la pré et protohistoire en Méditerranée », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16776

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals