Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Archéologie

Histoire et archéologie médiévales

Jean-Michel Poisson
p. 153-154

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Michel Poisson, maître de conférences

L’habitat rural au Moyen Âge

1De très nombreuses recherches récentes en France et en Europe ont permis de renouveler en grande partie les acquis archéologiques concernant l’habitat rural de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. Du point de vue méthodologique, le recours à des fouilles en aire ouverte sur de vastes étendues – souvent plusieurs hectares – dans le cadre d’opérations préventives liées à de grands travaux d’aménagement, s’est révélé particulièrement adapté à la mise en évidence des éléments caractéristiques pour cette époque : traces de constructions en matériaux légers et de structures en creux, ensembles faiblement concentrés sur de grandes surfaces. La physionomie des formes précoces d’agglomérations rurales commence ainsi à se dessiner de façon plus précise, et des modèles peuvent être proposés à partir d’un ensemble abondant de données archéologiques, pour apprécier les conditions et les modalités de la genèse du village médiéval.

2À partir de l’examen de plusieurs enquêtes ayant fait l’objet de publications détaillées, ont été abordées les thématiques propres à la structuration du peuplement rural et son évolution dans le cadre de micro-régions soumises à des recherches archéologiques intensives et multiformes, comme la Vaunage, autour de Lunel-Viel en Languedoc, la région de Mondeville-Trainecourt en Normandie, ou celle de Perti-Finale en Ligurie. L’accent a été mis sur la nature des transformations qui s’opèrent dans des établissements ruraux de natures très diverses (vici, sanctuaires ruraux, villae, fermes, mansiones, etc.) pour se transformer, ou non, en formes embryonnaires d’agglomérations rurales, au cours d’une période qui va des IIIe-IVe siècles jusqu’aux VIIe-VIIIe siècles. Parmi les éléments structurants de ces formes nouvelles d’organisation du peuplement rural, le rôle de l’église et du cimetière apparaît fondamental. À ce sujet, il faut faire une place centrale au phénomène des « cimetières habités » qu’une conjonction de sources textuelles et archéologiques permet de mettre en évidence de manière assez détaillée, et qui illustre avec force les rapports étroits entre le monde des morts et celui des vivants dans l’organisation de l’habitat rural et le vécu quotidien des populations. De plus, les exemples fournis par des sites comme Rigny-Ussé en Touraine permettent d’apprécier le rôle des nécropoles elles-mêmes dans l’attraction et la fixation des agglomérations rurales naissantes, au même titre que les édifices de culte.

3Les bourgs ecclésiaux, ainsi définis pour distinguer les villages nés d’une concentration auprès d’un pôle religieux, de ceux qui ont un château comme élément structurant (bourgs castraux), ont fait l’objet d’un examen à partir de plusieurs enquêtes portant principalement sur la France méridionale. On s’est attaché en premier lieu à caractériser les « sauvetés », à partir des éléments juridiques et religieux qui caractérisent le périmètre entourant un lieu de culte et dans lequel la population rurale trouve de manière réelle ou symbolique une protection face à la violence des temps ou à l’emprise seigneuriale. En second lieu, avec les celleres (étudiées par P. Bonnassie et A. Catafau), on a examiné les caractères matériels de ces regroupements in circuitu ecclesie de cellules d’habitations et de réserves, selon des formes régulières qui constituent un modèle récurrent de village jusqu’à la fin du Moyen Âge.

4Deux communications ont été faites au séminaire : A. Querrien a présenté la résidence aristocratique rurale de Montbaron (Levroux, Indre), XIIe-début XIIIe siècle, fouille archéologique dont elle vient d’assurer la publication, et M.-O. Rousset est intervenue à propos de l’apport de l’étude de l’évolution du peuplement en Syrie centrale (Ve-XIIIe siècle). Ces exposés ont fourni d’utiles points de comparaison.

Publications

  • Avec J. De Meulemeester, Le château des comtes d’Albon, berceau du Dauphiné, Cahier du Patrimoine, 37, Namur, Ministère de la région wallonne, 2004, 40 p.
  • Avec J.-J. Schwien, dir., Le bois dans le château de pierre au Moyen Âge, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises (« Série Architecture », 2), 2003, 448 p.
  • « Le palais des papes d’Avignon : structures défensives et références symboliques », Le palais dans la ville, Lyon, Presses Universitaires de Lyon (« Collection d’histoire et d’archéologie médiévales », 13), 2004, p. 213-228.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 153-154.

Référence électronique

Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16778

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Poisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals