Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Archéologie

Histoire et archéologie médiévales : espaces, habitat et société dans les pays de la Méditerranée occidentale

Étienne Hubert
p. 156-157

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Étienne Hubert, directeur d’études

Espaces, territoires et peuplement dans l’Occident méditerranéen au Moyen Âge

1Dans le prolongement des séances des années précédentes, le séminaire a cherché à analyser, en confrontant sources écrites et documentation archéologique, les mécanismes variés de la recomposition territoriale qu’induit la redistribution du peuplement dans des villages perchés et fortifiés entre le Xe et le XIIe siècle.

2Après une présentation historiographique générale du thème du séminaire, visant à définir les modèles divergents qui opposent souvent historiens des textes et archéologues notamment sur la chronologie du processus de regroupement de la population rurale, on s’est attaché à analyser les modalités de la formation des villages fortifiés à partir des textes et de l’archéologie. Si les mots castellum et castrum apparaissent dans la documentation écrite principalement dans la première moitié du Xe siècle et se multiplient par la suite, attestant l’ampleur du phénomène en cours, les sources d’archives ne permettent pas, le plus souvent, de connaître les circonstances ni l’époque de leur fondation, pas davantage que la consistance matérielle des établissements. Un type de document, les chartes de peuplement, présente en revanche l’intérêt de définir les modalités de l’« incastellamento ». L’essentiel du séminaire a été ainsi consacré cette année à l’étude détaillée de plusieurs chartes concernant l’Italie centrale entre le milieu du Xe siècle et les premières décennies du XIIe siècle, qui ont été traduites et commentées tout au long de l’année. Déjà connus des historiens grâce aux travaux de Pierre Toubert, ces documents ont fait l’objet d’une nouvelle lecture. D’une manière générale, les actes qui lient seigneurs ecclésiastiques et seigneurs laïcs en vue de la fondation d’un établissement fortifié et de la réorganisation des anciens terroirs dans la perspective d’un accroissement des revenus agricoles ne permettent pas d’établir à coup sûr qu’ils ont abouti à la formation d’un village fortifié : le regroupement des hommes (congregatio hominum) ne fait pas toujours partie intégrante des projets mentionnés dans les actes. Au reste, quelques dossiers historiques et archéologiques laissent à penser que, dans une première phase tout au moins, le castellum ne définit pas encore une structure de peuplement rural groupé à l’intérieur d’un périmètre défensif, mais bien un château dont une des fonctions principales était de servir de centre de contrôle et de gestion de la propriété foncière autant que de lieu du prélèvement seigneurial. D’autres exemples, textuels et archéologiques, montrent en revanche la formation graduelle d’habitats groupés à partir du XIe siècle : des conventions, qui lient un groupe seigneurial à une population rurale déjà en partie concentrée autour d’un noyau fortifié et visent à encadrer le processus tout en lui donnant une vigueur accrue, trouvent leur correspondant sur le terrain comme le montre la fouille de plusieurs sites villageois.

3Des dossiers concernant d’autres régions ont été présentés afin de compléter et de critiquer le tableau dessiné au cours de l’année : Laurent Schneider (chargé de recherche au CNRS) a présenté ses recherches sur l’habitat de hauteur dans la Gaule du Sud-Est entre le Ve et le IXe siècle ; Florent Hautefeuille, les résultats de la fouille du site de Flaugnac (Lot) qu’il dirige et de leur apport à la connaissance des hiérarchies sociales et juridiques villageoises ; Vincent Buccio (allocataire-moniteur et doctorant à l’Université Lyon-II), ses recherches sur les relations entre l’homme et l’espace dans le Dauphiné médiéval, et Nicolas Payraud (doctorant à l’Université Lyon-II), ses travaux en cours sur les châteaux, l’espace et la société en Dauphiné et en Savoie aux XIVe et XVe siècles. Les dernières séances du séminaire ont été consacrées à la présentation et à la discussion de travaux d’étudiants inscrits en diplôme de l’École et en DEA.

Publications

  • « Boccace et la campagne romaine. Notes sur la troisième nouvelle de la cinquième journée du Décaméron », dans Liber largitorius. Études d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, D. Barthélémy et J.-M. Martin (éd.), Genève, Droz (EPHE, Sciences historiques et philologiques, V – Hautes Études médiévales et modernes, 84), 2003, p. 239-258.
  • « La région romaine au Moyen Âge », « La campagne romaine pendant le haut Moyen Âge », « Les paysages médiévaux et modernes de la campagne romaine : “castelli” e “casali” », « De l’Antiquité au Moyen Âge », « Rome, nouvelle Jérusalem », « Espace urbain et population (XIe-XIVe siècle) », « Pouvoir pontifical et pouvoir communal », « Demeures aristocratiques et militarisation du paysage urbain », « Reconstitution de Rome vers 1300 », dans Rome, 2 700 ans d’histoire, J.-Fr. Coulais et B. Marin (éd.), Paris, Belin (« Terre des villes », 5), CD-ROM, 2003.
  • « La construction de la ville. Sur l’urbanisation dans l’Italie médiévale », Annales. Histoire, Sciences sociales, janvier-février 2004, 1, p. 109-139.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Hubert, « Histoire et archéologie médiévales : espaces, habitat et société dans les pays de la Méditerranée occidentale », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 156-157.

Référence électronique

Étienne Hubert, « Histoire et archéologie médiévales : espaces, habitat et société dans les pays de la Méditerranée occidentale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16780

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals