Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours

Elikia M’bokolo
p. 201-203

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études

Fondateurs, résistants, héros, pères de la nation : la fabrication des grands hommes dans l’Afrique moderne

1Dans le prolongement des travaux menés l’année dernière et consacrés à Kwame Nkrumah (1909-1972), on a élargi l’enquête à deux autres figures « héroïques » dont l’itinéraire, étroitement associé à l’élaboration de l’idéologie panafricaine et à l’émancipation africaine, a croisé celui de Nkrumah, George Padmore (1902-1959) et Cyril L. R. James (1901-1989). Le rapprochement entre Nkrumah et ces deux révolutionnaires issus de Trinidad a d’abord permis de suivre, de manière précise, les lieux, les moments et les conditions de formation, pendant les années 1930 et 1940, d’un groupe se réclamant d’une identité « noire » transatlantique. Il a également servi à examiner les relations embrouillées entre cette génération d’intellectuels « noirs » et le mouvement communiste international : de la séduction au compagnonnage, du compagnonnage à l’adhésion, de l’adhésion à la rupture, toutes les postures qu’ils assument se rencontrent aussi bien chez un « stalinien » (Padmore) que chez un « trotskiste » (James) : la rupture, consommée par Padmore (Pan-Africanism or communism ? The comming struggle for Africa, 1956), a posé la question, qui traverse toute l’histoire de l’Afrique moderne, de la singularité et de l’autonomie des dynamiques qui l’animent à l’intérieur de processus par ailleurs universels. Enfin, ce rapprochement a introduit à la comparaison entre les « héros » de l’Afrique contemporaine et les « héros » des Amériques noires : entrés activement en politique pendant les années 1930, les trois fondateurs du panafricanisme « révolutionnaire », ont en commun d’avoir pris fait et cause pour l’empereur d’Éthiopie Haïlé Sélassié, victime de l’agression de l’Italie fasciste, en même temps qu’ils découvraient, grâce au talent combiné de C. L. R. James et de l’acteur noir américain Paul Robeson, la geste de Toussaint L’Ouverture et des jacobins noirs d’Haïti. Ces recherches, qui donnent un éclairage nouveau à l’histoire intellectuelle et politique du panafricanisme, ont été présentées dans plusieurs rencontres scientifiques, en particulier à Accra (« Canonical works and continuing innovation in African arts and humanities », septembre 2003) et à Dakar (Intellectuals, nationalism and the Pan-African ideal, décembre 2003).

2Plutôt que d’entrer tout de suite dans l’étude comparée des processus d’héroïsation en Afrique et en Haïti et dans la confrontation directe des héros, on a commencé, cette année, par repérer et analyser les moments où l’histoire intellectuelle et politique d’Haïti a rencontré celle de l’Afrique et vice versa. Je me suis longuement arrêté sur un moment clé, les années 1880, pendant lesquelles Haïti a continué à faire l’objet d’assauts assidus, à la fois racistes et (néo)colonialistes, de la part de publicistes et idéologues d’Amérique du Nord et d’Europe, tandis que l’Afrique, au seuil des grands partages coloniaux, (re)commençait à subir le même sort. La convergence de ces deux assauts donne une tonalité particulière à cette décennie 1880 qui me semble occuper une place centrale, très largement méconnue, dans l’histoire intellectuelle d’Haïti et de l’Afrique noire. On s’est arrêté sur quelques œuvres majeures produites à cette époque et inaugurant une démarche inédite : plutôt que de répondre au racisme par le racisme, comme ce sera les cas dans le pannégrisme et, peut-être, dans la négritude, ces œuvres ont délibérément opté pour l’anti-racisme et pour la défense de l’égalité des races humaines (Anténor Firmin, 1885). Mais ce nouvel antiracisme était très différent de l’antiracisme professé par l’humanitarisme anti-esclavagiste. Celui-ci s’accommoda de l’idée selon laquelle les « Noirs » ou, de manière plus restrictive, les Africains, quoique égaux des autres hommes, leur étaient inférieurs dans le degré de civilisation et avaient besoin d’être aidés pour avancer dans la civilisation, c’est-à-dire d’être colonisés. Le nouvel antiracisme inauguré pendant les années 1880 était en même temps anticolonialiste, antiimpérialiste (quoique non hostile à la « civilisation occidentale ») et dédié à l’unification de l’Afrique. Cette approche renouvelle entièrement l’histoire du panafricanisme et appelle à des travaux de microhistoire destinés à saisir, dans leur élaboration et dans leurs cheminements, ces postures de rupture dont toutes les retombées restent difficiles à évaluer.

3Le séminaire a reçu des conférenciers extérieurs : François Pouillon, Uoldolul Chelati Dirar (Université d’Asmara, Université de Bologne) ; Joana Pereira Leite (Université technique de Lisbonne) ; Esi Sutherland-Addy (Université du Ghana, Legon, Accra).

Publications

  • « Césaire, penseur du politique », dans Césaire et nous. Une rencontre entre l’Afrique et les Amériques au XXIe siècle, sous la dir. de M.-K. Tshitenge Lubabu, Paris, Cauris Éditions, 2003, p. 92-101.
  • « Le visage changeant du racisme », dans Où vont les valeurs ?, sous la dir. de J. Bindé, Paris, Éditions de l’Unesco/Albin Michel, 2004, p. 119-122.
  • « Le bâtisseur d’empire. Louis Gustave Binger dans l’enfer vert de la forêt ivoirienne », dans Aventuriers du monde. Les grands explorateurs français au temps des premiers photographes, 1866-1914, P. Fournier et S. De Sivry, Paris, L’Iconoclaste, 2003, p. 124-139.
  • Préface de Musiques populaires : usages sociaux et sentiments d’appartenance, sous la dir. de G. Bonacci et S. Fila-Bakabadio, Paris, EHESS, Centre d’études africaines, 2003, p. 5-8.
  • Préface de Pour une histoire de l’Afrique. Douze parcours, sous la dir. de M.-R. Turano et P. Vandepitte, Lecce, Italie, Argo, 2003, p. i-iv.
  • « Traites et esclavages », dans L’Afrique, Les Rendez-vous de l’Histoire, Blois 2003, Nantes, Éditions Pleins Feux, 2004, p. 27-66.
  • Conseiller scientifique de White king, Red rubber, Black death, documentaire réalisé par P. Bate, BBC, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 201-203.

Référence électronique

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16819

Haut de page

Auteur

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals