Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire sociale de l’Amérique du Nord

François Weil et Nancy Cott
p. 214-216

Texte intégral

François Weil, directeur d’études

Migrants et migrations de France aux Amériques

1Le séminaire, qui s’est tenu à partir du mois de janvier 2004 (le directeur d’études était invité à l’automne 2003 sur la chaire Andrew W. Mellon à l’Université Tulane de la Nouvelle-Orléans, où il a animé un séminaire de recherche sur l’histoire de la Louisiane française du XVIIIe au XXe siècle et organisé une série de colloques et de conférences), a permis de reprendre à nouveaux frais un ensemble de dossiers traitant de l’émigration de France depuis le milieu du XVIIIe siècle, dans le cadre de la préparation d’un ouvrage sur le sujet. À partir d’analyses de l’émigration vers Saint Domingue puis des circulations migratoires dans l’espace atlantique franco-américain des années 1790-1810, on s’est interrogé sur le poids des traditions migratoires dans l’émigration qui se développe au lendemain des guerres de la Révolution et de l’Empire, en partant de l’hypothèse que les migrants des années 1820 faisaient fond sur un héritage migratoire vers les Amériques vieux de deux siècles, mais qui avait connu une particulière intensité après 1760. Un deuxième ensemble de séances a été consacré, d’une part aux savoirs du XIXe siècle en matière d’émigration française et aux débats que le phénomène provoquait, d’autre part aux savoirs des migrants eux-mêmes, tels qu’ils apparaissent dans leurs écrits, notamment leurs lettres. Un troisième ensemble de séances a traité des circulations migratoires du XIXe siècle dans leur double dimension qualitative et quantitative, en tentant d’une part de les inscrire dans l’historiographie européenne des choix de départs afin de chercher à démêler les motivations et les pratiques d’émigration, et d’autre part dans une histoire non moins européenne, mais aussi très française, de la spécialisation régionale. Enfin, un dernier ensemble de séances a traité du départ lui-même, abordé dans la perspective d’une histoire administrative de l’émigration, et aussi du point de vue d’une histoire matérielle du voyage transatlantique.

Nancy Cott, professeure à l’Université Harvard, directrice d’études associée

Histoire du genre

2Le séminaire a été consacré à une approche de l’histoire des États-Unis dans laquelle le genre avait une importance à la fois conceptuelle et substantielle. Le séminaire a été centré sur les années 1890-1960, période traditionnellement associée avec l’émergence de la modernité et l’arrivée du modernisme dans les modes de vie et les arts. L’histoire du genre (ou une histoire « gendered ») accorde que les êtres humains ne sont pas des individus neutres ; ils existent en tant qu’hommes ou femmes, bien que cette opposition binaire soit toujours filtrée par les perceptions qu’on en a. Parler de genre, c’est parler de sens, de quelque chose qui implique nécessairement une interprétation. Les manières nombreuses et différentes par lesquelles l’existence du masculin et du féminin est représentée dans les relations sociales, les croyances, les pratiques et les institutions – voilà ce qu’est le « genre », qui n’est donc pas constant, mais plutôt historique par définition, c’est-à-dire propre à un lieu et à un moment. Le projet du séminaire était donc d’analyser la formation du genre à l’époque de l’émergence et du développement de la modernité au XXe siècle.

3Les questions liées à la manière dont importe le genre, et à son importance, devraient s’appliquer également aux femmes et aux hommes, à vrai dire à toutes les entreprises humaines, qu’elles soient dominées par les femmes ou les hommes, dans la mesure où les hommes ne relèvent pas moins d’une histoire du genre que les femmes, et ne participent pas moins à l’ordre de genre qui est ainsi institué. Par conséquent, le séminaire a mis l’accent sur des thèmes comme le mariage, la masculinité, l’immigration, la citoyenneté, les conflits culturels, la publicité, la sexualité, les innovations en matière de protection sociale, le front et l’arrière durant la Seconde Guerre mondiale, les réorganisations de la masculinité et de la féminité dans l’après-guerre, le mouvement des droits civiques et la vie privée durant la guerre froide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Weil et Nancy Cott, « Histoire sociale de l’Amérique du Nord », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 214-216.

Référence électronique

François Weil et Nancy Cott, « Histoire sociale de l’Amérique du Nord », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16832

Haut de page

Auteurs

François Weil

Articles du même auteur

Nancy Cott

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals