Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Pouvoir et société en République populaire de Chine

Michel Bonnin
p. 229-231

Texte intégral

Michel Bonnin, maître de conférences

Les métamorphoses du totalitarisme

1Cette année, trois mouvements importants de l’époque maoïste ont d’abord été étudiés sous l’angle du rapport entre pouvoir et société : le mouvement anti-droitier, la Révolution culturelle et le mouvement d’envoi des « jeunes instruits » à la campagne. À partir de l’exemple de la génération des gardes rouges et des jeunes instruits, une réflexion générale sur l’importance particulière du phénomène générationnel en Chine contemporaine a été entreprise. En se référant aux avancées décisives faites par Dilthey et Mannheim dans la définition du concept de génération, on a montré l’absence de rigueur scientifique dont font preuve ces spécialistes qui n’hésitent pas à ranger dans la génération de la Révolution culturelle l’actuel secrétaire général du parti, Hu Jintao, ou des écrivains formés dans les années 1950.

2Concernant le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne, certaines des conclusions de l’ouvrage que je viens de terminer ont été présentées. En m’appuyant sur des statistiques encore très peu utilisées, j’ai montré que les justifications de ce mouvement fondées sur la pure rationalité économique (généralement avancées par les spécialistes anglo-saxons et par certains Chinois) ne pouvaient être retenues comme essentielles. J’ai insisté au contraire sur la priorité des motivations politiques et idéologiques dans l’action de Mao à cette époque, action contre laquelle ses collègues « gestionnaires » ne pouvaient s’opposer que de façon détournée et très limitée. J’ai montré cependant que les conséquences du mouvement avaient en grande partie été inverses de celles désirées par le Grand Timonier, notamment en ce qui concerne la mentalité de la jeune génération. Celle-ci s’est non seulement détournée des valeurs maoïstes qui lui avaient été inculquées dans son enfance, mais, après la mort de Mao, elle a activement et victorieusement résisté au mouvement, ce qui a permis son interruption en 1980 et le retour en ville de l’immense majorité des jeunes instruits (j’ai également présenté ces conclusions lors d’une conférence internationale qui s’est tenue à Hong Kong en janvier 2004).

3Suivant le fil du déroulement historique, le séminaire a abordé le grand tournant des réformes de Deng Xiaoping. Nous avons vu qu’il n’avait été possible que grâce à une certaine interaction entre le pouvoir et la société, qu’illustre bien la contemporanéité du mouvement du Mur de la démocratie et du fameux troisième plénum du onzième Comité central.

4La dernière partie du cours a été consacrée à des aspects importants de la situation chinoise depuis la répression du 4 juin 1989 jusqu’à nos jours. Jean-Philippe Béja, invité au séminaire, a montré qu’à partir de cette date, la collaboration entre les intellectuels et une fraction « dubcekienne » du parti était devenue impossible du fait de l’élimination de celle-ci. En conséquence, les embryons de société civile apparus dans les années 1980 grâce à certaines protections ont disparu et le mouvement démocratique est aujourd’hui réduit à des personnalités et à des tendances relativement isolées, tandis que nombre d’intellectuels acceptent de se taire ou de respecter certaines zones interdites, en échange d’un progrès substantiel dans leur niveau de vie.

5Un exposé a été consacré à l’émergence du droit comme facteur d’institutionnalisation des rapports entre l’État et la société. Tout en constatant des évolutions importantes comme le développement spectaculaire du corpus des lois et la tendance de plus en plus forte des citoyens à recourir à la justice pour défendre leurs droits, il est apparu qu’une évolution vers un État de droit était peu probable à court ou moyen terme, le pouvoir politique maintenant une conception très utilitariste de la loi et n’acceptant toujours aucune limite à son action. À l’occasion d’un exposé consacré au rôle des ONG dans le développement rural au Vietnam, une comparaison avec la situation chinoise a été esquissée.

6Finalement, dans la suite de l’intervention que j’ai faite sur ce sujet au premier congrès du réseau Asie (Paris, 24-25 septembre 2003), la question de la nature du régime chinois actuel a été abordée. L’accent a été mis sur la remarquable capacité d’adaptation dont a fait preuve le parti en maintenant son monopole politique absolu tout en présidant à l’évolution du pays vers une économie de marché.

7Dans le cadre du séminaire interdisciplinaire organisé par le Centre Chine pour compléter la formation des étudiants de DEA, j’ai présenté une intervention intitulée « Les migrations organisées dans la Chine maoïste ». J’y ai montré que le bilan de ces immenses déplacements forcés de population était loin d’être positif au regard de leurs coûts financiers, sociaux et environnementaux et en comparaison avec les migrations spontanées, pourtant désignées à l’époque sous l’expression péjorative de « déplacements aveugles ».

Publications

  • « Comment définir le régime politique chinois aujourd’hui », dans La Chine aujourd’hui, Paris, Odile Jacob (« Université de tous les savoirs »), 2003, p. 219-243.
  • Génération perdue. Le mouvement d’envoi des jeunes instruits à la campagne en Chine (1968-1980), paris, Éditions de l’EHESS (« Civilisations et sociétés »), 2004, 496 p. + 16 p. hors texte.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bonnin, « Pouvoir et société en République populaire de Chine », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 229-231.

Référence électronique

Michel Bonnin, « Pouvoir et société en République populaire de Chine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16839

Haut de page

Auteur

Michel Bonnin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals