Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Littératures de l’Insulinde

Henri Chambert-Loir
p. 245-247

Texte intégral

Henri Chambert-Loir, directeur d’études à l’EFEO

Les sources de la modernité

1Dans ce premier volet d’un séminaire consacré à l’émergence de la modernité dans le monde malais à partir de l’introduction de l’islam, on a choisi de concentrer l’attention sur un texte malais du XVIe siècle, L’Histoire des rois de Malaka (Sejarah Melayu). Il s’agit sans doute du texte le plus célèbre de la littérature malaise, mais dont les nombreux commentaires sont loin d’avoir épuisé le sens. Le séminaire a été animé en collaboration avec Claude Guillot, dans le but d’aborder ce texte dans une double perspective, littéraire et historique.

2La Sejarah Melayu n’a rien d’une chronique, ni d’un rapport circonstancié sur la société de l’époque. L’approche généralement adoptée jusqu’à présent, qui consiste à repérer dans le texte, d’une part des faits authentifiés par des sources extérieures, d’autre part des éléments empruntés à d’autres textes littéraires malais, n’a fourni aucun modèle satisfaisant d’interprétation du texte dans son ensemble. On a testé à notre tour la valeur d’authenticité du texte en comparant les informations qu’il contient sur un sujet donné (la composition de la société, la présence de communautés étrangères, ou les rapports avec l’empire javanais de Majapahit, par exemple) avec les informations, toujours plus précises et plus systématiques, que nous livrent les sources portugaises du début du XVIe siècle. Il est clair que certains faits majeurs de l’histoire de Malaka ne sont pas mentionnés : rien de véridique sur les rapports avec l’Inde, le Siam et la Chine ; aucune information sur le commerce, dans cet emporium qui lui doit sa fortune ; aucune cérémonie d’intronisation ou de funérailles, dans un texte aussi préoccupé de protocole. Certains épisodes sont loin de la réalité, voire inventés de toutes pièces. Il n’y a donc pas seulement distorsion, volontaire ou non, et inévitable dans tout livre d’histoire, de la réalité passée, mais création délibérée d’une réalité nouvelle.

3Le texte se présente comme un fourmillement d’anecdotes, dont il n’est pas toujours aisé de déterminer la valeur factuelle, légendaire ou mythique, dont certaines paraissent étonnamment futiles, et dont l’ordonnancement ne semble procéder d’aucune stratégie narrative évidente. Après un préambule de caractère mythique destiné à assurer la légitimité de la dynastie, la seule logique apparente du récit est la chronologie ; encore demeure-t-elle assez vague, puisque le texte ne contient pas une seule date. Ce texte, en fait, plus qu’une relation des événements du passé, est une démonstration : celle de l’adéquation à des normes, à des modèles, qui sont d’ordre mythologique, historique et littéraire. On se trouve dans une culture où ce qui est emprunté ou imité a plus de valeur que ce qui est original. Les épisodes de la Sejarah Melayu ne sont pas la consignation d’événements tels qu’ils se sont produits, mais leur traduction littéraire. Pour les interpréter, il est nécessaire de prêter attention à des indices contenus dans le texte lui-même : échos, prédictions, indices prémonitoires et généalogies.

4Les généalogies ne sont pas forcément plus authentiques que les événements relatés, mais elles contribuent grandement à structurer le texte en réunissant pratiquement la totalité des personnages dans un réseau d’alliances très dense et complexe. Elles n’ont donc pas seulement pour fonction de relier le passé au présent selon une ligne continue ; elles créent également un réseau stable, immuable de personnages, indépendant des anecdotes qui les concernent. Celles-ci ne sont jamais authentiques ou véridiques au sens de l’historiographie occidentale ; elles n’en sont pas moins significatives. Elles démontrent, de façon implicite, symbolique ou métaphorique, la relation de cause à effet qui est le mécanisme de l’histoire. La Sejarah Melayu, en somme, donne du sens à l’histoire en inventant cette cause sous une forme littérairement acceptable.

Publications

  • Kerajaan Bima dalam Sastra dan Sejarah (Le royaume de Bima dans la littérature et dans l’histoire), Naskah dan Dokumen Nusantara, 19, Jakarta, EFEO – Kepustakaan Populer Gramedia, 2004, 416 p.
  • Avec M.-F. Dupoizat, « Les jarres de Bornéo d’après un texte malais », Archipel, 66, 2003, p. 113-160.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Chambert-Loir, « Littératures de l’Insulinde », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 245-247.

Référence électronique

Henri Chambert-Loir, « Littératures de l’Insulinde », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16849

Haut de page

Auteur

Henri Chambert-Loir

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals