Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe-XXe siècle)

Gérard Béaur
p. 253-255

Texte intégral

Gérard Béaur, directeur d’études

Propriété, stratégies, changements

1L’objectif poursuivi par ce séminaire est de réfléchir dans le temps – long, au moins depuis le XVe siècle, voire en-deçà, et de manière comparative, à l’échelle internationale, sur les nouveaux fondements de l’histoire économique et sociale des campagnes. Ce travail critique et prospectif implique à la fois de revenir à nouveaux frais sur des thématiques anciennes et de définir des orientations de recherches novatrices. Quatre axes majeurs ont structuré cet espace de confrontation et d’investigation : la production, la politique de l’État, les contrats et le système de propriété ou de location de la terre.

2Pour sortir des approches macroéconomiques qui ont permis d’avancer dans notre connaissance des processus de croissance mais qui semblent avoir en grande partie épuisé leurs effets, les participants à ce séminaire préconisent depuis plusieurs années l’utilisation des comptabilités d’exploitation et plus généralement des données microéconomiques. Un colloque a été organisé avec cette intention en décembre 2003. Gérard Béaur et Jean-Michel Chevet se sont chargé d’en exposer la richesse, insistant sur l’usage que l’on peut en faire pour évaluer aussi bien la productivité que les coûts de production et pour faire émerger les spécialisations mises en œuvre par les exploitants. Christian Dessureault (Université de Montréal) a emprunté cette voie avec une autre documentation. Il a montré tout ce que l’on pouvait tirer des recensements et des inventaires québecois en prenant l’exemple de deux paroisses en 1861. Danilo Gasparini a décrit à partir d’une grande variété de sources les étapes de la diffusion d’une plante révolutionnaire dans les campagnes de Vénétie entre le XVIe et le XVIIIe siècle : le maïs.

3La question de l’État a fait une entrée remarquée dans les préoccupations des participants à ce séminaire. Rita Aldenhoff-Hübinger (Université de Francfort-sur-l’Oder) a développé une thèse originale qui éclaire d’un nouveau jour les rapports commerciaux et douaniers franco-allemands entre 1880 et 1940. Elle soutient l’idée que les contraintes tarifaires élevées alors sur les importations de produits agricoles préfigurent la Politique agricole commune telle qu’elle a été définie il y a un demi-siècle. L’exemple de la Turquie au XIXe siècle, tel qu’il a été développé par Alp Yucel Kaya (doctorant) présente une autre facette de l’action de l’État engagé dans une tentative de modernisation des structures agraires. Ce sont les réformes du Tanzimat à visées fiscales, statistiques et économiques qui sont ici décrites dans une région test, celle d’Izmir.

4La thématique des contrats a représenté une autre orientation forte de ce séminaire. Dès la première séance, Gérard Béaur a tracé un bilan de l’ouvrage dont il a assuré tout dernièrement l’édition avec Mathieu Arnoux et Anne Varet-Vitu et qui reprend les trente-six contributions d’un colloque consacré aux contrats agraires de l’Antiquité à nos jours. Ce recueil ne se contente pas de dresser un état des formes diverses prises par les contrats d’amodiation du sol, il montre que derrière la diversité des solutions adoptées par les acteurs sociaux, se retrouvent en filigrane les impératifs économiques et sociaux qui orientent leurs choix. Jonathan Liebowitz a illustré ce propos, sous-jacent dans l’exposé de D. Gasparini, en effectuant une comparaison entre les incidences des contrats de métayage et de fermage à partir de deux zones-témoins, choisies dans l’ouest de la France et dans les zones de grande cuture au XIXe siècle.

5Le système de propriété et les droits afférents ont largement accaparé l’attention et ont fait l’objet de plusieurs séances. Richard Hoyle (Université de Reading) a montré la diversité des formes de copyhold dans l’Angleterre des XVIe-XVIIIe siècles et a révélé l’âpreté des conflits autour des obligations et des droits des tenanciers tels qu’ils se donnent à voir dans les actes de la Chancellerie. Rosa Congost (Université de Girone) a analysé au cours de deux séances les modes de « propriété » au cours du XIXe siècle dans la Catalogne rurale, tels qu’ils figurent dans l’historiographie, et les débats auxquels ils donnent naissance. Elle a conclu à la persistance d’un droit de propriété imparfait et à sa compatibilité avec le développement d’un mode de production capitaliste. En une autre séance, Maria-Teresa Perez-Picazo (Université de Murcie) a rappelé l’élaboration des décrets de privatisation de la terre dans l’Espagne du milieu du XIXe siècle et en a mesuré l’impact en termes de structure agraire, de marché foncier et de degré de spécialisation des exploitations. Enfin, Paul Servais (Université de Louvain-la-Neuve) a marqué la diversité des stratégies familiales, telles qu’elles se donnent à lire dans les actes notariés en croisant dans trois zones (région de Liège, Hesbaye, Ardennes) circulation de la propriété, formes de crédit et transmissions des exploitations au cours du cycle de vie.

Publications

  • Avec Ch. Duhamelle, R. Prass, J. Schlumbohm, dir., Les sociétés rurales en Allemagne et en France (XVIIIe-XlXe siècles), Rennes, Association d’histoire des sociétés rurales, Bibliothèque d’histoire rurale, 8, 2004, 303 p.
  • « Die Wege eines aggiornamento. Geschichte der ländlichen Wirtschaftsund Sozialgeschichte in Frankreich vom 16. bis zum 18. Jahrhundert », Jahrbuch für Geschichte des ländlichen Raumes, Agrargeschichte schreiben. Traditionen und Innovationen im internationalen Vergleich, 2004, p. 154-173.
  • « Marchés fonciers et rapports familiaux dans l’Europe du XVIIIe siècle », dans Il mercato della terra, Acti delle 35 « Settimane di Studi » e altri Convegni, Istituto Internazionale di Storia Economica « F. Datini », S. Cavaciocchi (a cura di), Prato, Le Monnier, 2004, p. 985-1001.
  • « L’histoire économique de la Révolution n’est pas terminée », dans La Révolution française au carrefour des recherches, sous la dir. de M. Lapied et Ch. Peyrard, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, p. 21-44.
  • « Des sols contre de la terre. L’argent dans les transactions foncières au XVIIIe siècle », dans L’argent des campagnes. Échanges, monnaie, crédit dans la France rurale d’Ancien Régime, Paris, Publications du CHEFF, 2003, p. 171-183.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 253-255.

Référence électronique

Gérard Béaur, « Histoire économique et sociale des campagnes (XVIIe-XXe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16855

Haut de page

Auteur

Gérard Béaur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals