Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Administrer les « ressources naturelles » (XIXe-XXe siècles)

Alice Ingold
p. 269-271

Texte intégral

Alice Ingold, maître de conférences

Savoirs, territoires et pouvoirs

1Cette première année de séminaire a permis de poser les jalons pour une histoire politique et sociale des « ressources naturelles ». L’identification des ressources d’un territoire recouvre un triple processus qu’on propose d’analyser de façon conjointe : elle désigne un certain découpage de la nature, qui s’appuie à la fois sur des savoirs scientifiques et sur la mobilisation et la transformation d’outils juridiques, elle implique la connaissance d’un territoire par le moyen d’une mesure et souvent d’une cartographie, elle signe aussi de nouvelles réglementations d’accès à ces ressources et implique la reconnaissance des acteurs légitimes à participer à leur mise en valeur. Le séminaire s’est donc porté sur la construction simultanée d’objets de savoirs, de territoires et d’acteurs, qu’engage la mise en œuvre d’une politique des ressources, et la part que prennent ces opérations dans la construction des États aux XIXe et XXe siècles.

2Dans la première partie de l’année, on a proposé une analyse des discours sur les rapports hommes, pouvoirs et territoires, qui sont développés au moment de la construction des États, et qui soutiennent la valorisation des usages locaux et d’un régime local de gestion des ressources. Cette analyse s’est notamment appuyée sur la lecture du Lombard Carlo Cattaneo. L’étude de son texte La ville comme principe idéal des histoires italiennes (1858) a été l’occasion de s’Interroger sur la mobilisation et la redéfinition des notions de ville et de territoire dans plusieurs champs disciplinaires ou pratiques au cours de la seconde moitié du XIXe siècle (économie politique, science historique renouvelée, sciences sociales émergentes, pratique administrative). Marco Meriggi (Université Frédéric-II, Naples) a apporté une contribution à cette première étape d’une réflexion sur la place de la catégorie urbaine dans une reformulation de la question nationale.

3Dans la seconde partie de l’année, l’enquête a porté sur les entreprises d’inventaire et de cartographie des ressources naturelles dans différents pays européens au cours des dernières décennies du XIXe siècle (Italie, France, Belgique). Après une première analyse de la place de l’acte cartographique dans la construction nationale, nous nous sommes intéressés, à partir du cas italien, au moment cartographique comme laboratoire pour saisir les procédures de qualification des ressources (et les impensés de cette catégorie). Le moment cartographique nous retient en ce qu’il participe à un projet plus vaste d’encadrement et de réforme des droits sur les ressources naturelles par l’État central. On a observé les conflits de légitimité que pose le maintien ou la réforme des institutions locales de gestion des eaux, à partir d’un dossier urbain (Milan, XIXe). La disparition de ces corporations et l’exclusion progressive des propriétaires sont l’occasion d’interroger l’élaboration, conflictuelle, de la notion de communauté et celle de représentativité dans le cadre communal. Dans l’espace rural, comment la mise en place de l’État national modifie-t-elle l’existence et le fonctionnement de structures collectives locales qui gèrent traditionnellement les ressources ? Cette question a notamment été envisagée à partir de la place accordée au « terrain » au moment de la réalisation de la Carte hydrographique d’Italie. Dans l’acte cartographique se joue une redéfinition de la catégorie du bien public et de la propriété, qui suscite un débat juridique dense à la charnière entre les XIXe et XXe siècles. On s’est intéressé à l’usage du passé et plus particulièrement de l’antique pour appuyer une étatisation des eaux au lendemain de la Première Guerre mondiale et sous le régime fasciste.

4J’ai eu l’occasion de présenter ces analyses, dans le champ des études urbaines et dans celui des études environnementales et du territoire, au cours de colloques dans les universités de Catane (« Les savoirs de la ville »), Aix-en-Provence (« Paysage et conflictualité »), Naples (Environmental History), Amiens (« Sciences de gouvernement ») et dans la filière de l’École « Territoires, espaces, société » (journée « Cartographie ») ainsi que dans des séminaires doctoraux des universités de Nancy, Paris-X (« La ville et ses enjeux sous le fascisme ») et à l’École française de Rome. En mai 2004, j’ai organisé une journée d’études sur « Découper le territoire : sources, modalités, fonctions ». Cette journée poursuit le travail d’un groupe de recherche avec Julien Dubouloz (CNRS, École française de Rome), Catherine Saliou (Université de Poitiers, CNRS-IRAA) et Jean-Pierre Van Staëvel (Paris-IV), né au sein de l’École française de Rome et réunissant des historiens de toutes les périodes, de l’Antiquité à l’âge contemporain, ainsi que des archéologues, des juristes et historiens du droit sur le thème « Droits du sol, modes d’appropriation et conflits d’usage dans les cités du monde méditerranéen de l’Antiquité à l’époque contemporaine ». La journée portait sur la construction des catégories servant à désigner l’espace et sur la dynamique de ces taxinomies juridiques, dynamique à la fois géographique et historique. Comment une taxinomie impériale ou coloniale s’articule-t-elle avec ce qui apparaît, ou ce qui est défini, comme une taxinomie « autochtone » ? Dans ces dynamiques se pose aussi la question de la référence au passé, qui n’engage pas seulement les espaces (leur destination, leurs usages) mais aussi plus largement les communautés sociales et politiques.

Publications

  • Négocier la ville. Projet urbain, société et fascisme à Milan, Paris, Éditions de l’EHESS, Bibliothèque des écoles françaises d’Athènes et de Rome, 316, 2003, 422 p.
  • « Proprietari, inquilini e commissioni di conciliazione a Milano (1910-1922) », Quaderni storici, 2003, 113, p. 437-451.
  • « Les territoires de l’Unité : la ville, entre historiographie française du Risorgimento et historie urbaine », Rassegna storica del Risorgimento, XC, 2, 2003, p. 275-292.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alice Ingold, « Administrer les « ressources naturelles » (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 269-271.

Référence électronique

Alice Ingold, « Administrer les « ressources naturelles » (XIXe-XXe siècles) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16863

Haut de page

Auteur

Alice Ingold

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals