Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Travail et Industrie dans l’Europe préindustrielle

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin
p. 271-273

Texte intégral

Mathieu Arnoux, directeur d’études et Jacques Bottin, directeur de recherche au CNRS

Territoires industriels et réseaux marchands en Europe (XIIIe-XVIIe siècle)

1Le vaste champ de recherche évoqué par un titre volontairement excessif n’a évidemment pas été complètement exploré au cours de l’année, mais les trois parties du séminaire ont permis de dégager des perspectives pour une enquête globale sur les liens entre production et marché dans l’Europe préindustrielle. Dans une première partie, c’est un espace spécifique, la Manche, et l’ensemble exceptionnel des sources fiscales anglaises qui ont servi de test : la lecture d’un ensemble de Port-Books de Londres et Southampton a permis de mettre en lumière la complexité d’un commerce maritime qui associe sans cesse des trafics interrégionaux à courte ou moyenne distance et des échanges internationaux mettant en relation les ports anglais avec les régions de la Méditerranée et de la Baltique. Le choix d’une comparaison de longue durée (XIVe-XVIIe siècle), malgré l’évolution des pratiques fiscales et administratives anglaises, a permis de montrer la continuité dans le temps d’une ensemble de courant d’échanges déjà extrêmement important dès les années 1400. Le recours aux sources notariales continentales (notariats de La Rochelle, Rouen, Bordeaux) a permis dans un second temps de souligner l’importance des réseaux marchands couvrant l’ensemble de l’espace Atlantique-Manche-mer du Nord, dont les rôles douaniers ne rendent que faiblement compte. Grâce à la mise en regard des actes privés et des archives publiques la tension constante entre les logiques territoriales des États et la capacité de réorientation du marché international apparaissait en pleine lumière. C’est sur ce fond problématique que se sont situées les séances suivantes. L’étude du fonctionnement du marché des céréales a permis de poser le problème de l’articulation du marché interrégional et international avec les foyers de consommation. Ont été présentées dans leurs grandes lignes les structures d’approvisionnement de Paris (C. Bourlet, CNRS-IRHT) et de Florence à la fin du Moyen Âge ; dans un second temps, l’étude de la transcription comptable d’achats méditerranéens (Lisbonne, Rome et Venise) de céréales sur le marché de Middelbourg à la fin du XVIe siècle a permis de rentrer dans le détail des transactions et d’analyser les systèmes de paiements internationaux propres à ce type de marché. L’évolution profonde du marché international des subsistances apparaissait de manière frappante à travers la transformation des pratiques négociantes. Le lien entre production industrielle et marché, qui avait déjà fait l’objet de plusieurs séances en 2002-2003, a ensuite été étudié, à nouveau à partir d’exemples tirés de la production textile, lainière et toilière. La présentation par I. Vérité (CNRS-IHMC) de plusieurs inventaires après des décès parisiens a mis en lumière de façon nouvelle l’étonnante complexité des réseaux parisiens de la draperie, tandis que l’étude menée par D. Gasparini (professeur invité) et M. Scherman (doctorant, Paris-VII) sur les structures d’approvisionnement en laine de la Terre Ferme vénitienne, et en particulier sur leurs liens avec les réseaux de transhumance, permettait de donner l’exemple de la construction d’une région industrielle articulée de manière différenciée sur les marchés internationaux des matières premières et des produits textiles. Les dernières séances du séminaire ont été consacrées à l’introduction de diverses sources commerciales (correspondances, comptabilités, manuels) en vue d’une enquête plus approfondie lors des séances du séminaire 2004-2005, qui reprendra les questions évoquées cette année à partir de sources documentaires de nature essentiellement commerciale.

Publications

Mathieu Arnoux

  • Avec G. Béaur et A. Varet-Vitu (éd.), « Exploiter la terre. Les contrats agraires de l’Antiquité à nos jours », Bibliothèque d’Histoire rurale, 7, Caen, 2003.
  • Avec P. Monnet (éd.), Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, Rome, Collection de l’École française de Rome, 325, 2004, 412 p.
  • « Economia medievale e nascita dell’impresa », Annali di storia dell’impresa, 14, 2003, p. 349-354.
  • « Remarques sur les fonctions économiques de la communauté paroissiale (Normandie, XIIe-XIIIe siècles) », dans Liber largitorius. Études d’histoire médiévale offertes à Pierre Toubert par ses élèves, D. Barthélemy et J.-M. Martin (éd.), Paris, 2003, p. 413-430.
  • Avec J. Bottin, « De la généalogie à l’histoire. Le cartulaire-chronique du vicomte de Blosseville (1472-1481) », Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, 62, 1994-1997, paru en 2003, p. 9-48.
  • « Les acteurs d’un processus industriel : drapiers et ouvriers de la draperie entre Rouen et Paris (XIVe-XVIe siècles) », dans Le technicien dans la cité en Europe occidentale, 1250-1650, M. Arnoux et P. Monnet (éd.), Rome, Collection de l’École française de Rome, 325, 2004, p. 347-386.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et Industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 271-273.

Référence électronique

Mathieu Arnoux et Jacques Bottin, « Travail et Industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16865

Haut de page

Auteurs

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Jacques Bottin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals