Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la famille

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Raffaella Sarti, Mary-Louise Nagata et Mario Boleda
p. 280-282

Texte intégral

Antoinette Fauve-Chamoux, maître de conférences
Marie-Pierre Arrizabalaga, maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise
Raffaella Sarti et Mary-Louise Nagata avec Mario Boleda, professeur à l’Université nationale de Salta (Argentine)

Familles, mariages et domesticités : modèles historiques comparés (XVIe-XXe siècle)

1En début d’année, les co-responsables du séminaire ont exposé l’état d’avancement du projet européen consacré au rôle socioéconomique du service domestique et à la formation de l’identité européenne (voir www.servantproject.com). Lucia Carle (Maison des sciences de l’Homme) a présenté l’histoire des familles d’une communauté des Langhe italiennes depuis le XVIe siècle et son dernier livre (Pezzolo, Valle Uzzone, La storia, l’identita, il territorio, Valle della scienza, Castelletto Uzzone, 2003). Étudiant les successions, reconstituant les rapports de pouvoir et la mobilité sociale dans la communauté, elle a expliqué, sur la longue durée, les rapports sociaux et le pouvoir de dynasties familiales à l’échelle régionale, jusqu’à aujourd’hui. Ludmilla Fialova, professeur de démographie à l’Université Charles de Prague, à partir des recensements réalisés depuis 1930, a évoqué l’influence de la transition démographique sur la structure des ménages en République tchèque, et lié les changements à la fois avec la législation, le marché du travail et les politiques de l’emploi. Elle met en évidence toutes les conséquences de la chute du communisme sur les modèles de cohabitation, le mariage et la vie familiale, pour aboutir à une géographie historique des comportements depuis le XVIIIe siècle. Marie-Pierre Arrizabalaga, maître de conférences associée au Centre de recherches historiques de l’École, a traité des femmes, du pouvoir et de la maison pour le cas basque français au XIXe siècle, montrant comment les familles ont fait face aux dispositions du Code civil de 1804. Rose Duroux, professeur à l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand, a fait revivre les conditions de vie des femmes de migrants en Auvergne, à travers les émouvantes correspondances qu’elles adressaient à leur mari, parti pour de longs mois en Espagne, le plus souvent à Madrid : occuper le vide laissé par l’absent oblige les épouses à sortir des conditions habituelles de dépendance ; cette analyse approfondit notre connaissance de la vie paysanne et des rapports dans le couple en milieu de famille-souche. Isidro Dubert, professeur à l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, renouvelle la lecture historique de la géographie des structures familiales en Espagne entre 1752 et 1860. Son regard historique permet de remettre en question les affirmations réitérées des anthropologues qui ont insisté sur l’existence d’un net contraste nord-sud en Espagne en matière familiale durant l’Ancien Régime, un contraste qui résulterait de la prétendue stabilité spatiale montrée par les règles de la formation de la famille engendrées par les différents régimes matrimoniaux et héréditaires. Fatiha Loualich, chargée de cours à l’Université d’Alger, reconstruit des itinéraires de familles et de biens à Alger au XVIIIe siècle. Elle s’attache tout particulièrement aux relations de parente et d’alliance et à la transmission du patrimoine des femmes d’une génération à l’autre. Elle montre en même temps l’évolution des pratiques juridiques. À travers le parcours des biens mobiliers et fonciers, elle saisit les rapports sociaux et familiaux et essaie de comprendre l’articulation entre une société et son territoire.

2Raffaella Sarti, professeur à l’Université d’Urbino et chercheur associée au CRH, partant des traités sur la vie quotidienne des domestiques au XIXe siècle, explique comment les discours sur la rationalisation du travail domestique et le taylorisme « chez soi » se situent entre utopie et réalité. Elle s’appuie sur les statistiques disponibles en France, Allemagne, Italie et Belgique pour montrer que le service domestique n’est pas en voie de disparition, bien au contraire, et qu’il s’appuie maintenant sur des réseaux de recrutement à longue distance, des filières en grande partie clandestines. En Italie, le Parlement a permis heureusement en 2002 de régulariser la situation de 350 000 travailleurs domestiques. Le travail des femmes et le vieillissement de la population, dans toute l’Europe, justifient en partie ce recours massif à une main-d’œuvre étrangère. L’équipement des foyers en appareils ménagers n’a pas fait disparaître le recours aux aides ménagères et le besoin en personnel de soin et de garde pour les enfants et les personnes âgées. Claudie Campagne-Ibarcq a étudié les conditions matérielles des serviteurs domestiques, hommes et femmes, à Venise pendant la Renaissance, à partir de travaux publiés récemment et fait des parallèlles intéressants avec ce que l’on sait de la situation à Florence par l’étude du Catasto de 1427. Elle s’appuie aussi sur une abondante iconographie pour insister sur l’écart entre la représentation de cette catégorie sociale et la réalité de l’époque, telle qu’elle peut apparaître à travers les travaux de sociologie historique. Béatrice Craig, professeur à l’Université d’Ottawa, construit des modèles de fécondité par âge des femmes pour les familles du patronat du Nord au XIXe siècle, démontant les hypothèses de Bonnie Smith sur une surfécondité supposée des bourgeoises du Nord. Ce monde catholique de l’industrie textile et du négoce pratique, en fait, un malthusianisme sous la forme d’une contraception d’arrêt fort efficace, qui réduit l’âge à la dernière maternité. Enfin Mary-Louise Nagata a exposé les modalités traditionnelles du divorce au Japon depuis le XVIIe siècle et montré les grands changements de mentalité intervenus depuis le début du XXe siècle en matière d’alliance matrimoniale et de formation de la famille. Elle a insisté sur les trois grands modèles qui partagent historiquement le Japon : un nord-est montagneux où domine la famille-souche, un Japon central plus urbain et un Japon du sud-ouest au mariage toujours plus tardif.

Publications

Antoinette Fauve-Chamoux

  • « In Memoriam Tamara K. Hareven, 1937-2002 », Annales de démographie historique, 2003, 1, p. 169-172.
  • « Le rôle des femmes dans la transmission des biens en France : XVIIIe-XIXe siècles », dans Famille et marché, XVIe-XXe siècle, sous la dir. de Ch. Dessureault, J. A. Dickinson et J. Goy, Sillery, Septentrion, 2003, p. 245-260.
  • « Patterns of leaving “house” in a XIXth c. stem-family society », dans Leaving Home in Western and Eastern societies, XVIth-XXth c, F. van Poppel, M. Oris and J. Lee (éd.), Berne, Peter Lang, 2003, p. 200-220.
  • « Transmission des biens, pouvoirs familiaux et rôle des femmes en France, avant et après le Code Civil (1804) », dans Mélanges offerts à A. Wyczanski, Pologne, Université de Bialystok, 2004, p. 323-330.
  • « Transmission des biens, pouvoirs familiaux et rôle des femmes en France : XVIIIe-XIXe siècles », dans Les sociétés rurales en Allemagne et en France (XVIIIe-XIXe siècles), G. Beaur, Ch. Duhamelle, R. Prass et J. Schlumbohm (éd.), Rennes, Association d’Histoire des sociétés rurales, Bibliothèque d’Histoire rurale, 8, 2004, p. 141-156.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Raffaella Sarti, Mary-Louise Nagata et Mario Boleda, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 280-282.

Référence électronique

Antoinette Fauve-Chamoux, Marie-Pierre Arrizabalaga, Raffaella Sarti, Mary-Louise Nagata et Mario Boleda, « Histoire de la famille », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16869

Haut de page

Auteurs

Antoinette Fauve-Chamoux

Articles du même auteur

Marie-Pierre Arrizabalaga

Articles du même auteur

Raffaella Sarti

Articles du même auteur

Mary-Louise Nagata

Articles du même auteur

Mario Boleda

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals