Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de l’action et des rationalités pratiques au XXe siècle (industrie, politique et sciences humaines)

Yves Cohen
p. 285-288

Texte intégral

Yves Cohen, directeur d’études

Analyse des pratiques en histoire industrielle et du gouvernement (France et Russie au XXe siècle)

1Au cours de ce premier séminaire complet de direction d’études, le travail continué sur l’histoire du commandement et de l’autorité a conduit à des interrogations inattendues. Nous sommes partis de la variété des pratiques, pratiques matérielles, spatiales, discursives, formelles... pour mesurer les acquis du linguistic turn et en même temps son dépassement (à partir de textes de Foucault, de Joan Scott et de Paul Ricœur). La mise en œuvre de cette réflexion a été menée par l’étude de différents supports historiques d’une autorité qu’on peut tout à fait dire distribuée sans même avoir besoin d’un recours aux propositions de la distributed action : elle se distribue dans la présence, dans les actes appropriés de la personne en présence, dans les textes, dans les images, dans la matière organisée (technique, architecturale, urbaine...), dans les créations formelles... Une nouvelle fois, des acteurs qui mêlent une activité pratique de commandement et une réflexion sur l’autorité, Staline et Henri Fayol, ont été examinés dans le détail de leurs actes. L’attention a été portée sur la construction de la subjectivité dans ces actes mêmes d’autorité et de réflexion : la notion de co-construction de soi-même et de la bureaucratie a été élaborée pour rendre compte de façon à la fois réaliste et théorique de phénomènes majeurs du XXe siècle face auxquels les sciences sociales nous laissent jusqu’ici dans une opposition frontale et complètement naturalisée entre personne et bureaucratie. La chose a été élaborée également sur la base de l’expérience de chefs moyens d’une entreprise soviétique et non pas seulement des grands chefs : on a étudié comment les sténogrammes de réunion permettaient de saisir non seulement les divers engagements dans l’action mais leur évolution au cours des années 1930. Non moins que les textes présentés, les invités de cette année ont permis de rebondir et de relancer l’ensemble de ces questionnements. Ce fut le cas de l’Intervention de Cédric Durand sur les hiérarchies dans le mouvement altermondialiste, de Paolo Napoli et de Jakob Vogel sur l’histoire longue de l’administration, de Serguei Jouravlev sur la gestion des ouvriers dans une usine soviétique, de Brigitte Studer et de Malte Griesse sur les pratiques de soi sous le communisme, d’Andrea Graziosi, de Tamara Kondratieva et de Maddalena Carli sur des grands chefs, Brejnev vu par les témoignages, Staline par sa dispensation de nourriture, Mussolini par ses photographies, de Miriam Levin sur les notions de « contrôle » et de « control » et de Bruno Karsenti sur la revisite de l’histoire philosophique de l’autorité sur l’exemple de Bonald.

2Deux aspects ont engagé dans des développements inédits. Le premier est relatif à la continuité de l’autorité. Les recherches sur la pratique théorique et administrative d’Henri Fayol, directeur général de Commentry-Fourchambault et Decazeville pendant trente ans et auteur en 1916 d’un best-seller mondial sur l’administration scientifique, ont montré son souci non pas seulement de construire des édifices administratifs et formels, mais d’établir leur continuité. Cette continuité de l’autorité, fondée d’abord sur la suppléance, vient garantir une autre continuité, celle, matérielle, de la production. Ce couplage particulier vient fonder l’ordre industriel en ce qu’il a de propre. Il s’ajoute, au cours du XIXe siècle, à d’autres couplages entre autorité continue et processus pratique rencontrés en particulier dans le fonctionnement des nations et celui de l’armée sur le champ de bataille. En ce moment de tremblement de l’ordre industriel, la question de l’autorité continue se pose dans de nouveaux termes à propos des systèmes mondiaux d’information électronique. Le second aspect est relatif à la contribution à l’autorité de la matière organisée par la technique. Le texte écrit est consubstantiel à ce qu’est l’autorité dans les contrées occidentales marquées par la culture latine. Il est loin d’être le seul appui non humain de l’autorité. La fiabilité d’un soubassement matériel à l’autorité est certainement une contribution majeure à la composition de l’autorité distribuée. La fiabilité institutionnelle est certes importante, mais elle ne saurait tenir sans fiabilité matérielle, comme ce peut être montré sur le cas de l’édification de l’industrie soviétique : celle-ci a été constamment incapable de surmonter une arythmie consubstantielle, tandis qu’elle visait dans les intentions de ses auteurs à liquider définitivement l’anarchie et l’irrationalité du capitalisme. Si l’autorité continue de Fayol permet de garantir la continuité de la production, l’arythmie industrielle constante fragilise l’autorité d’un régime censé reposer sur l’économie.

2. L’entreprise et l’organisation : histoires, acteurs et pratiques de travail au regard de plusieurs disciplines

3Ce groupe, créé en 1996 et initialement appelé « Lectures en histoire de l’organisation », a désormais pris le nom de « Pratiques, Travail, Organisation » (PraTO). Depuis 2003, Cédric Lomba (CR2, CSU-CNRS) participe pleinement à sa coordination. Le groupe étudie le travail et les entreprises, à différentes échelles géographiques et historiques. Il est devenu un espace de confrontation de chercheurs, enseignants-chercheurs, directeurs d’études, post-doctorants et doctorants relevant de plusieurs disciplines (histoire, sociologie, économie, gestion, anthropologie). Plutôt que de placer la focale sur les modes d’organisation formels, les membres du groupe privilégient l’analyse des pratiques d’acteurs sociaux, de différents statuts, en situation dans leurs environnements humain, matériel, spatial, référentiel, institutionnel, etc. De ce point de vue, les organisations ne sont pas considérées comme des entités abstraites mais comme le produit d’un travail particulier : le travail d’organiser. L’autre particularité du groupe est d’inscrire systématiquement les enquêtes dans des perspectives temporelles, quels que soient les champs disciplinaires d’origine. Il s’agit ainsi de souligner les processus d’évolution, linéaires ou non, des pratiques d’acteurs dans les univers hiérarchisés que sont les entreprises et les organisations.

4Le groupe organise un séminaire mensuel où les membres exposent leurs travaux, finalisés ou partiels, ou des textes repères de sciences sociales (par exemple, sur l’état de la new accounting history, les liens entre l’œuvre de Michel Foucault et la gestion, ou sur les recherches de Michel de Certeau), ou des documents de recherche (relevés d’enquête filmés, images, plans, archives de l’action). En outre, le groupe invite régulièrement des chercheurs pour discuter leurs travaux (par exemple, depuis 2000, Anni Borzeix et Béatrice Fraenkel sur la pragmatique de l’écrit dans le travail, François Vatin sur le concept de fluidité, Paul Duiguid sur l’invention du concept de « communauté de pratiques » dans le laboratoire de R&D de Rank-Xerox, ou François Hartog, Jean-Pierre Briand et Jean-Michel Chapoulie sur les rapports passé-présent dans les sciences sociales en 2003-2004). Deux documents coordonnés font état des résultats d’enquête des membres du groupe : les actes du colloque, organisé par le groupe à la Cité des Sciences et de l’Industrie (Paris), janvier 2000, publié dans : « Organiser et s’organiser. Histoire, sociologie, gestion » (coordonné par Yves Cohen), Cahiers du Centre de recherches historiques, n° 25, octobre 2000, 156 p. ; le dossier « Les classifications en pratiques » (coordonné par Cédric Lomba et Jean-Philippe Mazaud, Sociétés contemporaines, septembre 2004).

5Depuis quelques mois, le groupe a décidé d’articuler davantage les recherches menées en son sein. Ainsi, PraTO est à l’origine d’une proposition de spécialité (Travail, Techniques et Sociétés) pour le master de l’École, et ses membres proposent d’y coordonner trois séminaires. En outre, poursuivant nos investigations épistémologiques, nous approfondirons durant les deux prochaines années les rapports passé-présent, histoire-ethnographie du travail à partir de nos diverses pratiques et terrains de recherche (un colloque est programmé à terme). Cette thématique nous permettra de préciser les spécificités de nos démarches et les échanges entre les disciplines représentées.

6Ce groupe illustre une pratique continue d’interdisciplinarité apte à circuler à travers les frontières géographiques et entre différents points de vue sociaux sans perdre son fondement d’analyse empirique ni renoncer à une ambition théorique.

Publications

  • « La technique, son contexte et le travail : que nous dit la conception de la 201 Peugeot ? », dans Autour de l’industrie, histoire et patrimoine. Mélanges offerts à Denis Woronoff, sous la dir. de J.-F. Belhoste, S. Benoît, S. Chassagne et Ph. Mioche, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2004, p. 425-448.
  • « Administration, politique et techniques : Réflexions sur la matérialité des pratiques administratives dans la Russie stalinienne (1922-1940) », Cahiers du monde russe, 44, 2-3, 2003, p. 269-307.
  • « Une histoire de pratique : les usines Peugeot, la Première Guerre mondiale et l’action d’un organisateur, Ernest Mattern », Les Cahiers de RECITS, 2, janv. 2002-juin 2003, p. 31-42.
  • « The Soviet Fordson. Between the politics of Stalin and the philosophy of Ford, 1924-1932 », dans Ford, 1903-2003. The European history, sous la dir. de H. Bonin, Y. Lung et S. Tolliday, Paris, Plage, 2003, p. 531-558.
  • « Une histoire pragmatique de l’autorité : quelques propositions », La Lettre de l’AREHESS, 31, sept.-déc. 2003, p. 24-28.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Cohen, « Histoire de l’action et des rationalités pratiques au XXe siècle (industrie, politique et sciences humaines) », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 285-288.

Référence électronique

Yves Cohen, « Histoire de l’action et des rationalités pratiques au XXe siècle (industrie, politique et sciences humaines) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16872

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals