Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire intellectuelle de l’Europe moderne

Jean-Pierre Cavaillé
p. 305-307

Texte intégral

Jean-Pierre Cavaillé, maître de conférences

Parcours du libertinage

1Cette année, nous nous sommes employés en premier lieu à envisager la culture libertine, considérée selon les acquis des années précédentes comme productrice d’un discours critique portant à la fois sur les principes de la religion et des mœurs, en adoptant une perspective européenne, contre la tendance de l’historiographie à définir cette culture comme un phénomène foncièrement français, et rayonnant à partir de la France. Il nous a semblé qu’il y avait d’abord là un problème dû à la fois aux mots (les noms pour désigner les incrédules dans les diverses langues européennes sont multiples), aux catégories consacrées par l’historiographie (libertins, Lumières radicales, Free thinkers, déistes...), aux clivages entre disciplines et entre histoires nationales. Si l’on récuse toutes ces limitations arbitraires apparaît l’existence de nombreuses voies de communication, à travers lesquelles les idées hétérodoxes se diffusent dans l’ensemble ou presque de l’espace européen, investissant de multiples lieux de sociabilité et institutions. Nous nous sommes concentrés, à titre d’exemple, sur les relations entre la France et l’Italie, à travers les pérégrinations de Jean-Jacques Bouchard et les activités de quelques-uns des membres de la fameuse académie des Incogniti de Venise (Loredan, Rocco, Pallavicino, Tarabotti...).

2Mais, en second lieu, l’examen rapproché de ces cas nous a amené à compliquer singulièrement et à mettre en fait en cause le modèle des réseaux intellectuels, comme le mieux à même pour rendre compte de la réalité et de l’extension du libertinage. La documentation biographique et les écrits à caractère autobiographique font en effet apparaître la diffusion et la dissémination sociales des éléments constitutifs des idéologies et des pratiques taxées, à l’époque même, de libertinage, d’impiété, etc. Contre l’idée reçue du cénacle secret, strictement élitiste des déniaisés, indéniablement produite par cette culture même à l’époque étudiée, les textes montrent en effet que les convictions intellectuelles, les comportements et les pratiques connaissent des interactions et une diffusion sociales déterminantes, sans lesquelles le développement et l’existence même de cette culture seraient inconcevables. Ainsi, par exemple, est-il absurde de parler d’exception pour rendre compte du cas Jean-Jacques Bouchard : celui-ci révèle son athéisme et ses penchants sodomites dans les récits secrets qu’il a laissé de certains épisodes de sa vie ; or ces écrits montrent que l’identité libertine de l’auteur est inséparable des modes de discours et des types de pratiques (les réseaux sodomites par exemple) auxquels l’intellectuel se trouve confronté, à Paris d’abord et dans ses voyages ensuite, et qui mobilisent de nombreux acteurs d’un bout à l’autre de l’échelle sociale, des grands ecclésiastiques à de simples servantes.

3En relation étroite avec cette double enquête le séminaire a bénéficié des communications de Michèle Fogel (« Marie de Gournay et les libertins ») et de Jérémie Barthas (sur les Les libertini florentins du XVIe siècle).

Publications

  • L’Antre des Nymphes, transcription, présentation annotation de textes de François La Mothe Le Vayer, Adrien de Monluc, Claude Le Petit, Toulouse, Anacharsis, 2004.
  • Dir., Cahiers du CRH, 33, « Stratégies de l’équivoque », avril 2004.
  • « Libertinage et allégorie sexuelle », op. cit., L’Antre des Nymphes, p. 7-62.
  • « Histoires d’équivoques », Cahiers du CRH, op. cit., p. 155-174.
  • « Pourquoi les libertins ne sont pas des classiques : réflexion critique sur la naissance d’une catégorie historiographique à partir des ouvrages de Pierre Brun », XVIIe siècle, 224, 2004, 3, p. 29-45.
  • « Socrate libertin », dans Socrate in Occidente, E. Lojacono (éd.), Grassina, Le Monnier, 2004, p. 33-65.
  • « Secrets du pouvoir et pouvoir du secret dans quelques textes de Louis Marin », dans Signes, histoires, fictions. Autour de Louis Marin, F. Pousin et S. Robic (éd.), Paris, Arguments, 2003, p. 108-135.
  • « “Veillé-je ou si je dors ?” une question sceptique, entre théâtre et philosophie », dans Songes et songeurs (XIIIe-XVIIIe), N. Dauvois et J.-R Grosperrin (éd.), Presses universitaires de Laval/Les Belles lettres, 2003.
  • « Contre la censure des livres. Deux textes extraits d’œuvres italiennes traduites en 1644 : Le Courrier dévalisé de Ferrante Pallavicino (Lettre contre ceux qui défendent les livres) et le Divorce céleste », La Lettre Clandestine, 12, 2003, p. 225-236.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Cavaillé, « Histoire intellectuelle de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 305-307.

Référence électronique

Jean-Pierre Cavaillé, « Histoire intellectuelle de l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16884

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Cavaillé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals