Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la Révolution française

Patrice Gueniffey
p. 319-320

Texte intégral

Patrice Gueniffey, directeur d’études

Du Directoire au Consulat (1795-1804) : terminer la Révolution

1Le séminaire (dans le prolongement de celui de l’an dernier, consacré principalement aux crises politiques de l’époque du Directoire et au 18 brumaire) a porté cette année sur l’établissement du régime consulaire.

2Il a été divisé en quatre parties qui ont eu pour objets respectifs :

  1. L’héritage constitutionnel de la Révolution française du point de vue de l’organisation des pouvoirs, et plus particulièrement du statut et des fonctions du pouvoir exécutif.
  2. Le « mouvement révisionniste », dans ses différentes composantes, puisque c’est seulement dans les semaines qui précèdent le coup d’État du 18 brumaire qu’on peut parler de la formation d’un véritable « mouvement » poursuivant, de façon concertée, des objectifs politiques communs. On en a étudié les principaux protagonistes, de Sieyès et Roederer à Benjamin Constant et Mme de Staël, et les principales lignes de force : d’une part la rupture avec le principe de l’exercice du pouvoir constituant par une assemblée représentative, au profit d’une procédure autoritaire (celle qui sera employée après le coup d’État) ; d’autre part la réflexion sur les institutions, qui se déploie dans deux domaines principaux : les élections, le pouvoir exécutif. La reconstitution de ces débats esquisse, pour reprendre une formule de l’ancienne (1912) mais toujours précieuse étude de R. Guyot, « une série de transitions » de la Constitution de l’an III à celle de l’an VIII, conjointement avec les expérimentations constitutionnelles qui furent conduites, essentiellement entre 1797 et 1799, dans les Républiques sœurs (Hollande, Italie, Suisse).
  3. La Constitution de l’an VIII.
  4. Les origines et les formes de la légitimité personnelle conquise par Bonaparte depuis 1797 (puisque l’essentiel, à cet égard, se joue en Italie), et qui non seulement lui a permis de s’emparer du pouvoir en 1799, par ce qui fut à peine un coup d’État, mais qui, surtout, confère au régime fondé en décembre 1799, non son apparence juridique, mais sa réalité, telle que la révèlent le fonctionnement matériel des institutions consulaires (machine gouvernementale et Conseil d’État) et les premiers affrontements avec les assemblées (dès janvier 1800) et les partisans du gouvernement représentatif (Constant). La défaite de ces derniers, consommée avec l’épuration du Tribunat en 1802, révèle les ambiguïtés du régime consulaire : héritier et continuateur de la Révolution du point de vue de ses réalisations et de ses fins ; mais rupture avec l’héritage révolutionnaire et même la plupart des dogmes politiques hérités du XVIIIe siècle du point de vue de ses moyens.

Publications

  • « Généalogie du terrorisme contemporain », Le Débat, 126, sept-oct. 2003, p. 157-173.
  • « La Terreur : circonstances exceptionnelles, idéologie et dynamique révolutionnaire », Historical reflections, 2003, 29, 3, p. 433-450.
  • « Les Considérations sur la France : Joseph de Maistre et la Révolution française », Annuaire d’études françaises, Moscou, 2003, p. 75-119.
  • « La volonté dans l’histoire », Mexico, Istor, printemps 2004, 17, 5e année, p. 3-20.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Gueniffey, « Histoire de la Révolution française », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 319-320.

Référence électronique

Patrice Gueniffey, « Histoire de la Révolution française », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16891

Haut de page

Auteur

Patrice Gueniffey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals