Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Économie et société dans le monde romain

Jean Andreau
p. 331-333

Texte intégral

Jean Andreau, directeur d’études

Comptabilité antique : le livre de comptes de Kellis et les registres des Verrines. Recherches sur l’esclavage

1Nous n’avons abordé cette année que l’un des deux thèmes qui avaient été annoncés dans le Programme des enseignements, celui concernant l’esclavage ; il n’a pas été question des « Notions romaines sur l’économie ».

2Quant aux esclaves, j’ai commencé par récapituler brièvement ce à quoi nous étions parvenus au cours des années précédentes. Ensuite, nous avons abordé de nouveau le domaine démographique, pour évoquer les diverses sources de l’esclavage à l’époque romaine, pour expliquer de quel type de documentation nous disposons sur chacune d’entre elles et pour montrer en quoi les conclusions démographiques sur les esclaves et sur l’ensemble de la population dépendent de l’importance qu’on attribue à chacune de ces sources. À ce propos, les recherches les plus récentes sont celles de W. Scheidel, que nous avons examinées en détail. Enfin, nous avons consacré plusieurs séances au rôle des esclaves dans l’agriculture et l’élevage. Ce rôle a fait l’objet de vifs débats au cours des années 1970 et au début des années 1980, en relation avec les controverses sur l’économie esclavagiste : faut-il, ou non, insister sur l’importance centrale de la main-d’œuvre agricole servile, en Italie d’abord, et même dans d’autres régions de l’Empire ? Au centre de ces débats, il y a eu notamment la fouille de la villa romaine de Settefinestre (près d’Orbetello) et toutes les conclusions que A. Carandini s’est efforcé d’en tirer. Vingt ou vingt-cinq ans après, nous avons essayé de faire le point.

3Par ailleurs, nous avons traité de documents financiers. J’ai présenté un certain nombre de remarques sur les registres, les livres de comptes et les documents financiers dont parle Cicéron dans les discours contre Verrès, et surtout dans le De frumento, discours sur lequel je travaille avec quatre collègues, dans le cadre d’un groupe de recherche faisant partie du Centre Gustave Glotz (UMR 8585). D’autre part, nous sommes revenus sur le livre de comptes agricole de Kellis, trouvé dans l’oasis de Dakhleh, à l’ouest du Nil, et datant du IVe siècle, – probablement des années 361-364 après J.-C. C’était un registre comptable fait de huit feuilles de bois reliées entre elles, et portant en tout 1 874 lignes d’un texte écrit à l’encre. Tenu par un intendant de domaine agricole, ce registre mentionne les redevances en nature qu’au cours de trois années consécutives les tenanciers devaient lui verser (blé, orge, paille, foin, figues sèches, navets, vin doux, poulets, huile, olives, etc.), ainsi que les dépenses engagées par lui dans le cadre de son travail et les stocks dont il disposait. Nous nous sommes consacrés cette année au fonctionnement des entrepôts où se trouvaient les stocks, et aux autres documents qu’utilisait l’intendant pour établir ce registre, ainsi qu’à l’utilisation qu’il pouvait faire du registre. Nous avons discuté en détail les conclusions du papyrologue qui a publié, en 1997, une remarquable édition du texte, R. S. Bagnall.

4Nous avons eu le plaisir d’entendre cinq conférences, présentées par quatre collègues invités par notre École : Cecilia D’Ercole (Université Paris-I) a traité de la dynamique des échanges et des formes d’intégration culturelle dans l’Adriatique préromaine, du VIe au IVe siècle avant J.-C. ; Emma Dench (Université de Londres, Birkbeck College), des « Myths of Roman multiculturalism » ; Arnaldo Marcone (professeur à l’Université d’Udine), de la Figure du politor dans le traité agronomique de Caton et des Progrès dans l’agriculture romaine ; enfin, Rudolf Haensch (Université de Cologne) a traité de la Familia Caesaris et des Caesariani dans les derniers siècles de l’Empire.

5En outre, deux auditeurs du séminaire, François Lerouxel et Janne Pölönen, ont présenté un exposé, dans le cadre de leur travail de thèse, le premier sur « Le Marché du crédit en Égypte romaine », le second sur « La Juridiction des Tribuns de la Plèbe ».

Publications

  • Mentalités et choix économiques des Romains, sous la dir. de J. Andreau, J. France et S. Pittia, Bordeaux, Ausonius, 2003.
  • « Conclusions », dans Credito e moneta nel mondo romano, sous la dir. de Elio Lo Cascio, Bari, Edipuglia, 2003, p. 281-288.
  • « Présence des cités et hiérarchies civiques dans les tablettes de Pompéi », dans Tâches publiques et entreprise privée dans le monde romain, sous la dir. de J.-J. Aubert, Genève, Droz, 2003, p. 229-248.
  • « Les commerçants, l’élite et la politique romaine à la fin de la République (IIIe-Ier siècles av. J.-C.) », dans Mercanti e politica nel mondo antico, sous la dir. de C. Zaccagnini, Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 2003, p. 217-243.
  • « Une cité prospère de Campanie », L’Histoire, 288, juin 2004, p. 52-55.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 331-333.

Référence électronique

Jean Andreau, « Économie et société dans le monde romain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16902

Haut de page

Auteur

Jean Andreau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals