Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen

Paolo Odorico
p. 335-338

Texte intégral

Paolo Odorico, directeur d’études

1Une histoire des réseaux culturels à Byzance est largement à écrire. On a étudié les auteurs, leurs œuvres, leur contribution à la politique culturelle ou sociale, mais le problème des rapports entre l’écrivain et ses lecteurs, entre les commanditaires et les producteurs de littérature, entre les attentes du public et les modes d’expression n’ont jamais fait l’objet d’études systématiques. Cependant, toute œuvre littéraire est insérée dans un processus défini qui va du commanditaire au public : à l’intérieur de ce processus, l’auteur choisit les modalités expressives dictées par la tradition et par son goût personnel. Les séminaires de cette année ont examiné à la fois le rôle joué par la littérature dans la construction de l’idéologie politique, les contraintes dictées par l’usage des œuvres littéraires, le rapport entre l’auteur et le public auquel les ouvrages ont été adressés, les modalités de circulation du produit littéraire.

2Le premier volet des séminaires portait sur la littérature et la circulation des idées à Byzance.

3Nous avons essayé de présenter deux recherches en cours de réalisation pour montrer la façon avec laquelle on peut aborder le sujet de l’utilisation de la littérature par le circuit des lecteurs. Nous nous sommes d’abord penchés sur les gnomologes sacro-profanes byzantins en essayant de reconstruire une histoire de ce type de production érudite. Après avoir identifié les modèles et les précédents anciens, nous avons considéré l’évolution des gnomologes sacro-profanes de la fin du VIIIe au XIe siècle. Nous avons ainsi pu constater que ces ouvrages étaient d’abord conçus par des savants à des fins personnelles, parfois adressés à un circuit restreint de lecteurs, mais qu’ils étaient toujours le résultat d’une activité primaire d’extrapolation. Par la suite, les gnomologes sont devenus des produits d’atelier ; les auteurs ont utilisé des recueils précédents et l’insertion de nouvelles sentences était faite d’après des ouvrages à large circulation ; le public pour lequel ils avaient été conçus était différent par rapport à la première phase gnomologique et constitué par des lecteurs non spécialisés. La seconde recherche a porté sur les vêtements et les couleurs à la cour de Byzance. Après avoir essayé de tirer des sources historiques les renseignements sur les vêtements avec lesquels s’habillaient les princes et avoir constaté que ces renseignements sont souvent contradictoires, nous avons travaillé sur le sens profond de chaque renseignement pour démontrer que le vêtement est parti d’un système de référence utilisé comme symbole par les auteurs pour soutenir les différentes interprétations de l’histoire et de la contemporanéité de Byzance.

4Le deuxième volet portait sur l’interaction entre production historiographique et classes sociales à Byzance. Cette partie a été notamment développée par Ricardo Maisano, professeur invité à l’École.

5Il est possible de revendiquer pour l’historiographie byzantine un rôle bien précis dans la société. À des moments où de brusques bouleversements politiques et économiques se sont avérés, le recours à l’étude du passé permet de rétablir des liens avec une réalité autrement incompréhensible. Les moines défendent leurs positions aux moments de crise avec le pouvoir politique : par exemple, durant la querelle iconoclaste, les fonctionnaires laïcs répondent au besoin de continuité suscité par les brusques changements en récupérant le passé. Leur tentative est celle de comprendre et de renforcer le présent en faisant revivre les expériences du passé, c’est-à-dire de rendre le passé important pour le présent, en soignant l’aspect artistique de l’écriture historiographique. Psellos et Anne Comnène, ainsi que Nicétas Choniates et, par certains aspects, Georgios Sphrantzès, sont autant d’exemples d’historiographes ayant un profil intellectuel et culturel de haut niveau : cela est dû à leur milieu d’appartenance, très proche de la cour impériale. Nous voyons comment leur origine sociale et le milieu dans lequel ils ont vécu et auquel ils s’adressent ont été déterminants dans leurs activités. En ce qui concerne les chroniques monastiques byzantines, elles nous donnent souvent des informations douteuses et rarement fidèles à la réalité historique ; toutefois ces informations ne méritent pas pour autant d’être négligées ou jugées insignifiantes, bien au contraire, on peut observer combien les choix de la composition, les thèmes privilégiés et le style du récit, sont importants et fournissent des éléments utiles pour comprendre le milieu et l’époque de rédaction de ces œuvres. Les événements grands et nobles seront représentés dans un style élevé, tandis que l’apparente pauvreté des chroniques doit permettre de transcrire, avec clarté et sans aucune ambiguïté, le désordre humain au milieu d’un ordre cosmique : l’ordre provient de Dieu, le désordre de l’homme.

6Le troisième volet portait sur la littérature de la périphérie byzantine, sujet traité en particulier par Vassilis Katsaros, professeur invité à l’École.

7Nous avons examiné l’activité littéraire dans des régions de l’Empire byzantin autres que la capitale, particulièrement au moment où cette périphérie était séparée du point de vue administratif et géographique du centre de l’Empire, Constantinople, qui depuis très longtemps avait représenté le seul lieu privilégié de production intellectuelle. Nous avons pris en considération l’espace de l’Asie mineure orientale, qui avait produit une civilisation aux caractères autonomes en Cappadoce et qui s’ouvrait aux régions côtières ouest de l’Asie mineure. Ce courant culturel passait à travers la mer Égée dans l’espace de la Grèce du Nord et dans les régions de la Thessalie. Lorsque le centre de l’Empire byzantin connut sa dernière expression culturelle et qu’en même temps la force de l’Empire fut ébranlée, des centres périphériques se développèrent en ayant comme modèle Constantinople.

8Nous avons vu les étapes de cette progression culturelle intra-régionale et transversale qui nous ont fourni des renseignements précieux sur la production littéraire en dehors de la Capitale.

9Enfin, nous avons voulu étudier les rapports culturels et politiques entre Byzance et le monde arabe, en confiant la tâche à Alexander Beihammer, professeur invité à l’École.

10Les sources littéraires byzantines ont été interrogées pour étudier la « réalité » du monde musulman vue par les écrivains grecs. Nous avons vu quels étaient les rapports diplomatiques entre Byzance et les Arabes, quel formulaire a été mis en place par les intellectuels grecs pour communiquer avec l’administration musulmane. Une importance particulière a été attachée à la transmission du savoir grec dans la culture arabo-islamique.

11Les résultats des recherches qui ont fait l’objet des séminaires ont été présentés aux colloques internationaux suivants : Spoleto, avril 2004 « Habiller le Prince. Vêtements et couleurs à la cour de Byzance » ; Nicosie, mai 2004 « L’écriture de la mémoire. La littérarité de l’historiographie » ; Sienne, juin 2004 « La théâtralité à Byzance ».

Publications

  • Nicandre de Corcyre. Le voyage d’Occident, Toulouse, Anacharsis, 2003, 284 p.
  • « La construction de la figure du pirate dans le roman byzantin du XIIe siècle », dans Pirates et corsaires, actes du Xe symposiym d’histoire et art, Monemvasia 20-22 juillet 1997, Athènes, 2003, p. 253-265.
  • Avec C. Messis, « L’anthologie comnène du cod. Marc. Gr. 524 : problèmes d’édition et problèmes d’évaluation », dans L’épistolographie et la poésie épigrammatique, sous la dir. de W. Hörandner et M. Grünbart, Actes de la 16e table ronde du xxe Congrès international des Études byzantines, Dossiers byzantins, 3, Paris, Centre d’Études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes-EHESS, 2003, p. 191-213.
  • Avec P. A. Agapitos, « Les vies des saints à Byzance. Genre littéraire ou biographie historique ? », Actes du IIe colloque international philologique « ΕΡΜΗΝΕΙΑ », Dossiers byzantins, 4, Paris, Centre d’Études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes-EHESS, Paris, 2004, 432 p.
  • Avec C. Maltezou, « Nécessité et technique des regestes », Actes du séminaire de travail Méthodologie d’édition, état et perspectives de la recherche des archives post-byzantines, Venise, 2003, 176 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 335-338.

Référence électronique

Paolo Odorico, « Histoire culturelle du monde byzantin, néo-hellénique et sud-est européen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16904

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals