Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens

Maurice Aymard
p. 339-344

Texte intégral

Maurice Aymard, directeur d’études

1. Économie, société et culture du monde méditerranéen, XVIIe-XXe siècle

1La ville a constitué cette année le fil conducteur de notre présentation critique des travaux récents sur le monde méditerranéen entre le XIIIe et le XXe siècle, dont la règle est restée la même que les années précédentes. L’objectif est, en effet, de se laisser conduire par les questions posées, les méthodes de travail proposées, les documents mobilisés, les convergences entre les recherches effectuées dans des pays très différents. Et d’essayer de cerner ce qui est à l’arrière-plan de ces questionnements, pour en mettre en évidence les apports et les limites, et tenter de redéfinir un programme de travail à plus long terme, qui expliciterait et justifierait ses ambitions et ses buts.

2Derrière la multiplication récente des recherches sur la ville méditerranéenne, on peut observer un double déplacement, chronologique et géographique, par rapport à la Méditerranée braudélienne. Déplacement chronologique de l’époque moderne vers les XIXe et XXe siècles, qui sont marqués par une redécouverte par l’Europe de la Méditerranée, et par l’établissement d’une domination politique et économique qui oriente les premières étapes de la modernisation du réseau urbain dans son ensemble et de chaque ville prise séparément et favorise la circulation des innovations concernant tous les aspects de la vie urbaine. Déplacement géographique de la Méditerranée du Nord-Ouest vers le Levant et la rive sud, qui se trouvent du même coup réintégrées dans une histoire comparative réunifiant l’ensemble de la mer dans une perspective globale et proposées comme points d’observation d’autant de réponses locales à une exigence générale : la Méditerranée vit à nouveau à la même heure.

3Ce double déplacement s’accompagne d’un renouvellement des questionnements, qui conduit à faire de la monographie urbaine le cadre d’analyse de référence, pour une enquête qui se veut à la fois totale et attentive aux spécificités de chaque cas particulier. Seule une connaissance minutieuse du terrain, du milieu social et de son histoire permet de comprendre de l’intérieur tous les changements (qu’il faut toujours localiser et dater), et d’en lever toutes les ambiguïtés.

4Ces questionnements sont centrés sur :

  • les processus de transformation volontaire du cadre urbain : processus de modernisation et d’intervention sur la ville, circulation culturelle des modes et des modèles, communauté des besoins, etc. La ville sert à désigner le secteur le plus réactif de sociétés et d’économies dont les campagnes incarnent les différents « retards » ;
  • les acteurs sociaux de ces différents niveaux de la production du bâti urbain, et notamment le rapport qui s’établit, directement ou à travers des médiations, entre le(s) pouvoir(s) et les élites locales et/ou étrangères ;
  • les modalités d’appropriation réelle et symbolique de l’espace urbain par les différents groupes sociaux et politiques : mosquées, fondations pieuses, noms et toponymes, une inscription dans la durée ;
  • la multiplicité et la diversité de ces formes d’appropriation : privé et public, le tissu des rues, le lotissement du sol, les modes de construction (maisons individuelles, immeubles de rapport). Mais aussi les distinctions nouvelles qui s’établissent entre lieux de résidence, sièges des nouvelles activités économiques (commerciales, financières et industrielles), lieux eux aussi codés de sociabilité (ouverte ou sélective) et de loisirs ;
  • la dynamique de ces modes d’appropriation et d’utilisation de la ville sur le moyen et le long terme : des lieux dont la sensibilité est encore accentuée par les mutations politiques (conquête, indépendance, changements de régime) et les événements militaires (Beyrouth, Jérusalem).

5La conséquence en est l’affirmation de thématiques nouvelles, liées elles-mêmes au profond renouvellement amorcé depuis vingt ou vingt-cinq ans des études sur la ville et l’urbain. La ville s’impose comme le lieu de lecture complexe du social dans tous ses contenus, mais aussi dans toutes ses modalités : faussement transparente, la ville cache autant qu’elle donne à voir. Elle associe étroitement continuités et ruptures, permanences, renouvellements et réinterprétations, liens sociaux inscrits dans la logique du quartier et du voisinage et réseaux à longue distance, travail et loisir, affichage des solidarités collectives entre les habitants et maintien ou accentuation des hiérarchies et des clivages entre groupes de toute nature. Elle est toujours un enjeu de pouvoir, pour tous ceux qui, de façon officielle ou officieuse, prétendent parler et décider pour elle : mais le pouvoir ne cesse jamais d’y être partagé et redistribué, au gré des rapports de force entre les différents acteurs sociaux, dont les microdécisions individuelles remodèlent en permanence le tissu et le vécu du bâti, mais aussi de l’émergence de nouvelles compétences techniciennes (architectes, urbanistes, ingénieurs), porteuses d’une exigence de rationalisation de l’espace.

6Chaque ville, même envisagée dans son « quant-à-soi », reste à la fois une et plurielle, mais elle parle rarement pour les autres, et se refuse à la généralisation. Ce qui met en évidence les limites de toute enquête centrée de façon trop exclusive sur la ville. Toujours située à la frontière de la réalité et de la représentation, de l’objet et du discours, celle-ci ne peut être, quelle que soit sa fécondité heuristique, que l’un des niveaux et des angles d’analyse du social.

2. Critique de l’économie historique : l’esclavage (avec Jean-Yves Grenier, Gilles Postel-Vinay, directeurs d’études, et Alessandro Stanziani, chargé de recherche au CNRS)

7Cette année, le séminaire a été consacré à l’esclavage, envisagé dans ses réalités concrètes, sociales et économiques autant que juridiques. Les exemples ont été multipliés dans le temps et dans l’espace (Rome ancienne, esclavage au Zanzibar au XIXe siècle, Afrique noire, monde islamique ancien, Moyen Âge anglais, etc.) avec un double objectif.

8Le premier était de prendre ses distances par rapport à la lecture dominante parmi les historiens, qui privilégie, aujourd’hui encore, la seule expérience de l’Europe occidentale. Elle néglige à la fois la traite arabe (pourtant considérable et peut-être supérieure à la traite atlantique, mais beaucoup plus difficile à quantifier) et les esclavages africains, générateurs de guerres intestines, qui n’ont pas disparu avec la colonisation dont l’action s’est surtout exercée sur la traite. Frederick Cooper (Université de l’État de New York) a étudié l’esclavage dans les plantations de clous de girofle à Zanzibar qui prennent leur essor après 1840 et se maintiennent jusqu’à la colonisation, avec près de cinq mille planteurs arabes et de cent mille à cent cinquante mille esclaves. La réflexion a, en particulier, porté sur l’origine des esclaves, en général des régions lointaines (Grands Lacs) car le dépaysement, comme le notait déjà Finley à propos de la Grèce ancienne, était un élément clef de la discipline. L’intervention de Claude Meillassoux (CNRS) sur l’Afrique a permis d’approfondir ce thème, en particulier à propos des « venacles », c’est-à-dire des esclaves nés en captivité. La question de la distance entre l’esclave et son lieu d’origine est importante puisque les révoltes dépendent du degré de servitude, souvent lié à un aspect géographique : les venacles (comme les Mamelouks en Égypte) et les captifs (encore proches de leur région d’origine) ont ainsi tendance à se révolter plus que les autres esclaves. Le cycle africain du séminaire s’est achevé avec un exposé de Bogumil Koss consacré aux différentes mémoires de l’esclavage et de la traite, leurs apports mais aussi leurs occultations.

9Le second objectif était de décrire l’extrême variété de l’esclavage, phénomène presque universel mais très diversifié dans ses manifestations. La réflexion a en particulier porté sur la dialectique statut-condition qui caractérise chaque situation concrète. Claude Meillassoux a insisté sur les questions de vocabulaire, comme la distinction entre « congénères » (ceux qui sont nés et ont grandi ensemble) et étrangers (ceux qui peuvent être asservis) faite par les Bambara, ou celles entre servage et esclavage, venacles et esclaves, affranchissement et manumission... La dimension religieuse doit également être prise en compte. En Afrique orientale, Frédérick Cooper a montré que, malgré la forte présence de l’islam et les liens forts qui existent entre islam et esclavage, il est difficile de parler d’esclavage « islamique », pas plus qu’il ne serait légitime d’évoquer un esclavage « africain », car les types de servitude sont très variés, les coutumes jouant un rôle prédominant.

10Les considérations sur l’Europe ont pris plusieurs formes. D’abord, une étude dans la longue durée. Mireille Corbier (CNRS) a analysé l’esclavage romain, insistant sur son hétérogénéité dans l’espace et dans le temps, avec comme conséquence une relativement faible reproduction. Mathieu Arnoux, à partir du cas anglais, a proposé une chronologie fine de l’essor puis de la disparition de l’esclavage, associée à une réflexion sémantique (par exemple quant au vocabulaire utilisé au Moyen Âge pour traduire les textes grecs évoquant l’esclavage). Ensuite, une réflexion sur les limites entre esclavage et salariat, avec deux dossiers portant sur le XVIIIe siècle : l’analyse économique du passage de l’un à l’autre (Melon et Smith), et la question des mineurs écossais qui connaissent, avant 1775, une forme de servitude (ils peuvent être vendus) mais volontaire (motivée par un salaire deux fois supérieur à celui des mineurs anglais). Un passage par les États-Unis a permis d’approfondir l’aspect économique avec une lecture critique d’auteurs américains (Williams, Fogel, Domar, Conrad, Meyer...) sur la profitabilité de l’esclavage. Enfin, une évocation, à partir d’exemples européens, des liens problématiques qui existent entre l’esclavage, le travail forcé et l’apparition, au cours du XIXe siècle, du contrat de travail.

3. La formation des nouveaux États méditerranéens, XIXe-XXe siècles (avec Georges B. Dertilis, directeur d’études et Gilles Pécout, professeur à l’ENS et directeur d’études cumulant à l’ΕΡΗΕ)

11Le séminaire a, pour cette troisième année, mis l’accent principal sur la formation de l’appareil d’État, sur la mise en place des différents organes de l’administration publique, et sur les efforts de rationalisation dont l’État lui-même a fait l’objet dans son fonctionnement au quotidien. À l’exemple de l’Italie, qui sert en ce domaine de banc d’essai, et qui oscille entre la fusion ou la convergence dans un ensemble unifié de différentes traditions étatiques et administratives, et l’imposition aux autres régions du modèle piémontais (ce qui explique l’absence de texte constitutionnel remplaçant le Statuto pour servir de base au nouvel État), le nouvel État grec permet d’opposer des tentatives successives pour créer, en s’inspirant de modèles extérieurs, mais aussi en laissant à la société une certaine marge de manœuvre et de proposition, une construction originale, adaptée aux besoins, aux possibilités et aux traditions du pays.

12Pas d’État sans armée et sans police, sans une connaissance du pays appuyée sur un appareil statistique (cadastres, recensements démographiques, agricoles et industriels) et sur des enquêtes visant à analyser et expliquer les différences régionales et les résistances rencontrées, sans un ensemble de codes juridiques fixant les normes à respecter au civil comme au criminel, sans un quadrillage du territoire appuyé sur une administration censée faire appliquer les ordres du pouvoir central et informer celui-ci des difficultés de leur mise en œuvre, ni non plus sans une langue unifiée que l’école se voit confier la responsabilité de diffuser et enseigner. Pas d’État non plus sans une redéfinition de la place de la religion dans la société civile, et des rapports avec l’Église, sur la base d’une forme plus ou moins poussée de sécularisation, qui permette aux autorités politiques d’imposer leurs objectifs et de légitimer leurs décisions. Pas d’État enfin sans des institutions scientifiques comme les universités, où des disciplines comme notamment l’histoire, l’anthropologie, le droit, et une science politique à ses débuts, sont appelées à élaborer et faire passer dans le public un certain nombre d’idées incarnant et justifiant les choix effectués et les objectifs fixés, et donc à jouer un rôle éminemment politique. D’où l’importance des débats publics mêlant étroitement science et politique, et révélant au grand jour les clivages qui traversent l’ensemble de la société et, en particulier, ses différentes élites ; d’où le rôle joué par des historiens comme, en Grèce, K. Paparrigopoulos, étudié par Stella Manet ; d’où également les luttes d’influence, toujours dans le cas grec, entre les grandes puissances étrangères, dont la politique culturelle, en cours de définition pendant cette période, est mise au service de leurs objectifs diplomatiques, politiques et militaires.

13Sur tous ces plans, les expériences italienne et grecque sont appelées à servir de référence lors de la création des nouveaux États de la péninsule balkanique, nés du démantèlement de l’Empire ottoman.

14Cinq conférenciers extérieurs sont venus enrichir la réflexion : Marco Meriggi du côté italien, et, du côté grec, Evthymios Papataxiarchis (Université égéenne), P. Kimourtzis (Archives historiques de Université d’Athènes), Hagen Fleischer, (Université d’Athènes) et Niki Maroniti (Archives historiques de l’Université d’Athènes).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Aymard, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 339-344.

Référence électronique

Maurice Aymard, « Histoire moderne et contemporaine des pays méditerranéens », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16906

Haut de page

Auteur

Maurice Aymard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals