Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire et archéologie de l’Italie médiévale

Jacques Chiffoleau, Étienne Hubert et Jean-Michel Poisson
p. 356-357

Texte intégral

Jacques Chiffoleau et Étienne Hubert, directeurs d’études
Jean-Michel Poisson, maître de conférences

1Ce séminaire collectif se propose d’examiner les grandes tendances de l’historiographie italienne actuelle dans les domaines de l’histoire politique, économique et sociale et de l’archéologie médiévales. Les séances ont été consacrées cette année particulièrement à l’urbanisation, à l’histoire économique et à l’histoire du droit au Moyen Âge central et à la fin du Moyen Âge.

2Les recherches en cours d’Étienne Hubert, qui a proposé un essai de bilan sur les processus de l’urbanisation italienne médiévale ainsi que les perspectives de recherche qui s’en dégagent, ont été présentées et discutées. Partant du constat initial de l’expansion urbaine extraordinaire qu’a connue la Péninsule entre le XIe et le XIVe siècle qui a porté à près de 25 % la part des citadins dans l’ensemble de la population, les modalités de cette croissance ont été examinées successivement. Après avoir défini la base juridique et contractuelle qui en a été le support, on a cherché à apprécier le rôle respectif des différents acteurs urbains : place sans doute mineure de l’initiative individuelle dans le processus ; importance majeure des établissements ecclésiastiques et des grands propriétaires laïcs dans l’organisation de l’urbanisation qui conduit à réévaluer le rôle des classes dirigeantes dans la prise en charge de l’expansion ; part enfin des autorités citadines dans le contrôle, voire la programmation, du phénomène qui ont cherché à réduire ou à empêcher la formation des seigneuries foncières afin d’assurer le plein exercice du pouvoir communal sur la totalité du territoire citadin et mettre en œuvre les grands travaux d’urbanisme et de décor urbain qui ont modifié le paysage de la plupart des villes italiennes pendant les derniers siècles du Moyen Âge.

3Luciano Palermo, professeur d’histoire économique à la Libera Università internazionale di scienze sociali (Rome), a présenté ensuite ses recherches sur le marché et la consommation des biens agricoles en Italie à la fin du Moyen Âge. Il s’est attaché d’abord à définir les facteurs qui caractérisent les crises préindustrielles en prêtant une attention particulière à l’exemple des disettes dont il a analysé les mécanismes typiques entre 1250 et 1350. Le terme italien « carestia » pour désigner la disette met en avant moins le manque de produits que leur cherté : c’est en effet le prix du grain qui crée la disette. En définissant les mécanismes du marché pendant les siècles du bas Moyen Âge, Luciano Palermo a démontré que la demande, « anélastique » dans la mesure où tous les produits mis sur le marché étalent vendus parce qu’indispensables, n’avait aucune influence sur la détermination des prix qui dépendait uniquement de l’offre. En dépit des structures visant à contrôler l’approvisionnement mises en place par les autorités politiques dans toutes les villes entre 1250 et 1280, la fin du XIIIe siècle voit se multiplier partout les épisodes de disettes provoquées par l’augmentation des prix. Luciano Palermo en a analysé les raisons principales – crise de la productivité agricole après une période pluriséculaire de croissance, baisse de la rente et augmentation des salaires – qui ont fait l’objet de discussions.

4Emanuele Conte, professeur d’histoire du droit à l’Université Rome-III, a présenté une partie de ses recherches récentes sur Rolando da Lucca, juriste toscan pro-impérial de la fin du XIIe siècle, qui, à côté de traces nombreuses concernant son activité de juge, a laissé aussi un extraordinaire, très neuf et très difficile, traité sur le fisc. À partir de quelques extraits significatifs, où pullulent les allégations, et en résumant l’enseignement qu’il a donné cette année à Paris à l’École, où il était directeur d’études invité, E. Conte a insisté sur la méthode et les références de ce praticien qui, tout en s’appuyant sur le droit justinien le plus classique, cherche avant tout à construire une nouvelle conception des res publicae. Ce séminaire a permis de mettre en évidence le renouvellement rapide et profond de l’histoire du droit médiéval italien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Chiffoleau, Étienne Hubert et Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie de l’Italie médiévale », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 356-357.

Référence électronique

Jacques Chiffoleau, Étienne Hubert et Jean-Michel Poisson, « Histoire et archéologie de l’Italie médiévale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16916

Haut de page

Auteurs

Jacques Chiffoleau

Articles du même auteur

Étienne Hubert

Articles du même auteur

Jean-Michel Poisson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals