Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études juives

Histoire socioculturelle du judaïsme médiéval et moderne

Maurice Kriegel
p. 359-360

Texte intégral

Maurice Kriegel, directeur d’études

Juifs et chrétiens aux XIIe-XIIIe siècles : images réciproques

1Il s’est agi cette année de contextualiser les circonstances de la « découverte » de la littérature talmudique dans l’Europe des XIIe-XIIIe siècles, et de prendre la mesure du renouvellement ou des déplacements introduits, dans la thématique de l’hostilité antijuive, par la mise en cause des textes de la Loi orale.

2Dans un premier temps, on a analysé les textes talmudiques utilisés pour la première fois, ou presque, par Pierre le Vénérable, et cherché à comprendre comment s’opérait chez lui la collation de sens détachée de la problématique originelle informant les textes. Une sorte de pause a été observée, pour situer, dans la ligne de discussions devenues classiques, les politiques à l’égard des Juifs et les images du judaïsme qui ont été celles, respectivement, d’Abélard, de saint Bernard et de Pierre le Vénérable.

3On s’est ensuite attaqué au dossier de la controverse sur le Talmud qui s’est déroulée à Paris en 1240 et des épisodes (brûlement des livres de la Loi orale, revirement de la politique pontificale) qui l’ont suivie. L’objectif a d’abord été de disséquer le plus soigneusement possible la relation hébraïque de la controverse, en analysant sur le plan à la fois philologique et historique les sources talmudiques incriminées (selon le témoignage de la relation, dont la comparaison avec les différents documents latins a d’ailleurs établi la fiabilité), et le système de défense mis en place par les protagonistes juifs du « procès ». On a, en chemin, voulu faire le point des recherches les plus récentes sur l’évolution de l’image de Jésus dans les sources hébraïques associées ou non à l’élaboration du factum Toldot Yeshu (« Histoire de Jésus »). Après avoir passé en revue la riche production historiographique consacrée à la controverse de 1240 dans les vingt dernières années (Boureau, Chazan, Jeremy Cohen, Dahan, Funkenstein, Jordan, Kedar, Rembaum), on s’est attaché à en dégager la signification essentielle : la montée en puissance du thème de l’insociabilité juive, repiquage christianisé du thème antique de l’odium humani generis.

4Restait alors à situer la notion dans l’évolution sur le long terme des images du judaïsme, par rapport à ses formulations dans l’Antiquité (en montrant l’intérêt de l’approche de Peter Schäfer, dans son livre à la fois très clair et très pénétrant, Judeophobia. Attitudes toward the Jews in the Ancient World, 1997), et, surtout, en aval : la controverse de Tortose (1412-1414), concomitante de l’effondrement du judaïsme espagnol, combine les thématiques des controverses de Paris (1240) et de Barcelone (1263) ; de façon bien plus ample, c’est une même constellation d’images autour du judaïsme et des Juifs qui est véhiculée sur cinq siècles sans réaménagement décisif, nous a-t-il semblé, depuis sa cristallisation à l’occasion de la controverse de Paris et jusqu’à la veille des Lumières.

Publications

  • « Isaak Abrabanel », dans Metzler Lexikon jüdischer Philosophen, Metzler-Verlag, 2003, p. 114-116.
  • « Leo Strauss, la stratégie de la tension », Critique, 682, mars 2004, p. 163-180.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Kriegel, « Histoire socioculturelle du judaïsme médiéval et moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 359-360.

Référence électronique

Maurice Kriegel, « Histoire socioculturelle du judaïsme médiéval et moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16918

Haut de page

Auteur

Maurice Kriegel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals