Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Histoire de l’Espagne

Bernard Vincent
p. 369-370

Texte intégral

Bernard Vincent, directeur d’études

Les minorités dans l’Empire espagnol à l’époque moderne

1Nous avons dans un premier temps cette année longuement examiné deux ouvrages, celui d’Israël Revah, Antonio Enriquez Gomez, un écrivain marrane (v. 1600-1663), Paris, 2003, remarquablement présenté par Carsten L. Wilke et celui de Mercedes Garcia Arenal et Gérard Wiegers, Entre el Islam y Occidente, Vida de Samuel Pallache judio de Fez, Madrid, 1999. Les deux livres ont en commun la reconstitution de l’itinéraire de juifs liés étroitement à l’Espagne, soit qu’ils y sont nés, soit qu’ils appartiennent à une famille qui en est originaire. Le premier est fondé sur une étude du réseau familial d’Antonio Enriquez Gomez, qui a vécu entre l’Espagne et la France, étude d’autant plus remarquable qu’elle a été conduite entre 1963 et 1968. La seconde est plus impressionniste mais, chemin faisant, confronte la trajectoire du marchand et diplomate Samuel Pallache, né à Fez à la fin du XVIe siècle et ayant évolué entre le Maroc, l’Espagne, les Pays-Bas et l’Angleterre, avec celle d’autres juifs ou musulmans du même milieu.

2Deux questions nous ont plus particulièrement retenus, celle de la variété des postures et des stratégies de ces individus et celle des limites de la confessionnalisation dans l’Espagne du temps. Les réflexions que nous avons développées à cet égard prolongeaient celles exposées l’année précédente à propos du cas du médecin marrane Juan de Prado, sujet des recherches de Natalia Muchnik, ou de celui des communautés juive et musulmane des villes d’Afrique du Nord sous tutelle espagnole illustrées en particulier dans le livre de Jean-Frédéric Schaub, Les juifs du Roi, Paris, 1999. Dans les possessions de la Monarchie catholique, et plus particulièrement en Espagne, des juifs et des musulmans ont pu, aux XVIe et XVIIe siècles, librement circuler et résider.

3L’examen du dossier du rachat des captifs – chrétiens aux mains de musulmans, musulmans aux mains de chrétiens – permet d’envisager les mêmes problèmes sous d’autres angles tant juifs et morisques espagnols ayant ou non émigré, et avec eux tous les hommes de la frontière ont joué un rôle essentiel dans le trafic des hommes. Nous nous sommes donc intéressés à tous les types d’intermédiaires, officiels (ordres religieux, archiconfréries, etc.) et non officiels et à toutes les modalités de rachat. En ce domaine l’enquête ne fait que commencer et sera donc reprise l’année prochaine.

4Nous avons abordé aussi une nouvelle fois la part qu’a pu représenter l’islam dans les activités inquisitoriales. Celle-ci a été traditionnellement considérée comme mineure par les chercheurs, or il nous semble qu’elle a été sous-évaluée. À condition de prendre en compte toutes les catégories (morisques, barbaresques, renégats) et tous les tribunaux, de Malte aux Canaries, on s’aperçoit que les manifestations d’adhésion ou d’intérêt pour l’islam ont été l’objet d’une préoccupation constante et d’un traitement attentif et singulier.

5Béatrice Perez, maître de conférences à l’Université de Rennes, a présenté un exposé à partir de sa thèse sur les conversos du ressort du tribunal inquisitorial de Séville à la fin du XVe siècle.

Publications

  • « Les missions du royaume de Grenade », dans Iglesia y Sociedad en el reino de Granada (siglos XVI-XVIII), A. L. Cortes Peña, M. L. Lopez-Guadalupe Muñoz, A. Lara Ramos (éd.), Grenade, Université de Grenade, 2003, p. 149-158.
  • « La iglesia y los toros », dans Fiestas de toros y sociedad, Actes du congrès international, A. García-Baquero González et P. Romero de Solís (éd.), Séville, Fundación Real Maestranza de Caballería de Sevilla et Université de Séville, 2003, p. 337-351.
  • « Juifs et esclavage à Oran », dans Entre el Islam y Occidente, los judíos magrebíes en la Edad moderna, M. Garcia Arenal (éd.), Madrid, Casa de Velázquez, 2003, p. 245-252.
  • Avec C. C. Boschi, « Introducao » a Os espacos de sociabilidade ne Ibero-América (Sécs – XVI-XVII), M. da Graça, A. Mateus Ventura (éd.), Lisbonne, Colibri, 2004, p. 7-11.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Vincent, « Histoire de l’Espagne », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 369-370.

Référence électronique

Bernard Vincent, « Histoire de l’Espagne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16925

Haut de page

Auteur

Bernard Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals