Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire des images et des représentations dans l’Occident médiéval

Jean-Claude Schmitt
p. 387-389

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jean-Claude Schmitt, directeur d’études

1Le séminaire a permis de recentrer et d’approfondir notre réflexion sur la nature, les significations et les fonctions des rythmes dans la société et la culture médiévales. On a cherché d’abord à apprécier la place accordée à cette question dans les sciences sociales depuis le début du XXe siècle (É. Durkheim, M. Mauss, K. Bücher, G. Simmel), en revenant entre autres à un article fondamental d’É. Benveniste. Le travail empirique s’est développé autour de trois axes : on s’est penché d’une part sur les « rythmes fondamentaux », tels ceux de la parole, de l’élocution et du chant. Sans se dissimuler les difficultés de l’enquête, puisque nous sommes privés d’enregistrements directs de la parole médiévale, on a étudié des jugements contemporains sur les modes d’élocution, latins ou vernaculaires, depuis l’époque carolingienne, puis analysé la « performance » (suivant les propositions fécondes de P. Zumthor) dont témoignent les premiers textes « littéraires » d’oïl ou d’oc, telles la Cantilène de Sainte-Eulalie ou la Chanson de Sainte-Foy. Plus encore, le séminaire s’est consacré à l’écoute et à l’étude du chant grégorien, à travers des séquences et leur notation neumatique. On a pu ainsi poser, avec l’aide de Marie-Noëlle Colette (EPHE), la question de la notation du rythme dans les premiers manuscrits musicaux.

2Un deuxième axe de recherche a porté sur l’« ordre rythmique » codifié par la liturgie de la messe. Le rituel a été étudié dans sa totalité, à travers le textes et l’iconographie d’un manuscrit unique, le Missel de Stammheim réalisé à Hildesheim vers 1160 (Los Angeles, J. Paul Getty Museum, ms 97 MG 21). On a été sensible à l’articulation du temporal et du sanctoral dans les chants d’entrée et dans la collecte, à la manière dont les images en pleine page scandent les principales parties de la messe (en particulier le canon), et aux variations chromatiques du décor architectural des chants de l’ordinaire (Kyrieleison, Sanctus, Agnus Dei, Gloria) et des séquences (ff. 60v-74v). On a ainsi montré comment le rythme visuel du manuscrit fait écho à la modulation des voix durant le rite.

3Un troisième axe de recherche concerne l’imposition des rythmes sociaux et les résistances qu’elle a pu susciter. On a considéré à cet égard des censiers français et allemands prescrivant la nature, les montants et le calendrier des redevances paysannes, pour noter l’extrême « personnalisation » de la situation de chaque tenancier. Une autre question concerne l’obligation du repos dominical, évoquée à travers la littérature des exempla, dont le rappel récurrent démontre sans doute qu’elle ne fut guère respectée. Cette étude a débouché sur une réflexion plus générale sur les notions de « temps » et d’« espace » au Moyen Âge, notions auxquelles on a préféré celles d’« heures » (horae) et de « lieux » (loci), qui traduisent le caractère profondément discontinu de l’expérience spatio-temporelle médiévale, dans un itinéraire ou la composition hiérarchisée d’une miniature en pleine page ou d’un tympan roman, comme dans la succession des heures et des pratiques sociales que chacune d’elles commande.

4Plusieurs invités sont intervenus dans le séminaire : les professeurs Giovanni Paolo Maggioni (Milan), « L’histoire de l’hagiographie et l’hagiographie dans l’histoire, chez Jean de Mailly et Jacques de Voragine », Jean-Jacques Vincensini (Corte), « Mélusine de Jean d’Arras », Hedwig Röckelein (Göttigen), « Éducation, érudition et carrière à l’aube du mouvement scolastique, d’Otloh de Saint-Emmeran à Guibert de Nogent », et « Le culte de la Vierge et l’anti-judaïsme au Moyen Âge », John W. Baldwin (Baltimore), « Paris, 1200 », Jure Mikuz (Ljubljana), « Les glagoljasi et les arts plastiques », Hilario Franco (Sao Paulo), « Métaphore visuelle et résistance culturelle : le cloître de San Juan de la Pena », Michele Ferrari (Erlangen), « Un nouveau document sur un miracle du Volto Santo de Lucques ». Par ailleurs, le séminaire a accompli en mai 2004 son voyage d’étude annuel à Dijon, avec la collaboration du professeur Daniel Russo (Université de Bourgogne).

Publications

  • « Les suppliques dans les images », dans Suppliques et requêtes. Le gouvernement par la grâce en Occident (XIIe-XIVe siècle), H. Millet (éd.), Rome, École française de Rome (« Collection de l’École française de Rome », 310), 2003, p. 77-87.
  • « Jacques Le Goff e la storia dei sogni », dans Il Medioevo europeo di Jacques le Goff, a cura di D. Romagnoli, Milan, Silvana, 2003, p. 355-361.
  • Dir., Femmes, art et religion, Strasbourg, Presses universitaires de l’Université de Strasbourg/Colmar, Musée Unterlinden, 2004, 240 p.
  • Le Saint Lévrier. Guinefort guérisseur d’enfants depuis le XIIIe siècle, 2e éd. augmentée, Paris, Flammarion (« Champs »), 2004, 282 p.
  • « La musique des images », dans Moyen Âge entre ordre et désordre, Paris, Cité de la musique, 2004, p. 44-51.
  • « Conclusions du colloque », Unverwechselbarkeit. Persönliche Identität und Identifikation in der vormodernen Gesellschaft, sous la dir. de P. von Moos, Cologne, Weimar, Vienne, Böhlau Verlag, 2004, p. 429-437.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Schmitt, « Histoire des images et des représentations dans l’Occident médiéval », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 387-389.

Référence électronique

Jean-Claude Schmitt, « Histoire des images et des représentations dans l’Occident médiéval », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16942

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals