Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire symbolique des sociétés européennes

Michel Pastoureau
p. 394-395

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Michel Pastoureau, directeur d’études suppléant

De l’image héraldique à l’héraldique de l’image

1Apparues au milieu du XIIe siècle, les armoiries constituent probablement les images romanes les plus pures et les plus fortement théorisées. Le séminaire a d’abord tenté d’en cerner les principaux caractères : un espace limité et orienté ; une construction de l’image en épaisseur et non pas en profondeur ; une syntaxe élaborée organisant le jeu des axes et des plans ; des règles contraignantes concernant le nombre et l’association des couleurs ; des possibilités infinies pour découper l’armoirie en de multiples quartiers à l’intérieur desquels peuvent prendre place d’autres armoiries ; enfin, presque dès l’origine, l’emploi d’une langue spécifique pour décrire de telles images.

2Dans un second temps, c’est la structure même de l’armoirie qui a été analysée en profondeur. À l’origine, l’image héraldique, faite pour être vue de loin, est simple : une figure d’une couleur posée sur un champ d’une autre couleur ; le dessin de la figure est schématisé et tout ce qui peut aider à l’identifier est souligné ou exagéré : lignes de contour des figures géométriques, tête, pattes ou queue des animaux, feuilles et fruits des arbres. Par la suite, au fil des siècles, la composition des armoiries a tendance à se charger et à se compliquer. Dans les armoiries d’une famille, par exemple, des figures secondaires viennent souvent s’ajouter à la figure de départ ; ou bien l’écu se divise et se subdivise en un nombre de plus en plus grand de compartiments pour associer à l’intérieur d’un même périmètre plusieurs armoiries différentes. C’est un moyen d’exprimer la parenté, les ascendances et les alliances, ou bien de mettre en valeur la possession de plusieurs fiefs, titres ou droits. Certaines armoiries de l’époque moderne, à force d’être ainsi découpées et redécoupées en de multiples quartiers, finissent par devenir illisibles, voire irreprésentables. Mais pas « imblasonnables », car la langue du blason permet de tout dire, de tout décrire, si besoin est au moyen d’une phrase longue et tortueuse mais toujours précise et rigoureuse.

3L’armoirie apparaît ainsi comme une image d’une extrême originalité : elle peut être irreprésentable, parce que trop complexe ou trop chargée, mais jamais indescriptible. Par là même, elle peut être conçue, pensée, énoncée, racontée, détaillée avec une minutie extrême, sans pour autant avoir besoin d’être représentée ni matérialisée.

4Dans un dernier temps, on s’est efforcé d’étudier comment l’armoirie, qui est souvent une image dans l’image, a peu à peu étendu ses principes de construction et de fonctionnement à d’autres catégories d’images. Pour ce faire, l’étude a porté sur les portraits de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, sur les emblèmes baroques et néoclassiques, sur les drapeaux modernes et sur la signalétique des sociétés contemporaines, en Europe et hors d’Europe, notamment sur les panneaux de signalisation du code de la route.

Publications

  • Avec M. Popoff, L’Armoriai Bellenville, Annecy-Lathuile, Éditions du Gui, 2004, 2 vol., 388 p. et 150 pl.
  • Avec M.-T. Gousset, Lancelot du Lac et la Quête du Graal, Paris, BNF et Arcueil, Éditions Anthèse, 2003, 95 p.
  • Une histoire symbolique du Moyen Âge occidental, Paris, Seuil, 2004, 450 p.
  • « Ivanhoé. Un Moyen Âge exemplaire », dans Le Moyen Âge à livres ouverts, Actes du colloque de Lyon (24-25 sept. 2002), Lyon, Arald, 2003, p. 15-24.
  • « L’incolore n’existe pas », dans Points de vue. Mélanges pour Philippe Junod, sous la dir. de D. Chaperon et P. Kaenel, Paris, 2003, p. 21-36.
  • « Vedere i colori del medioevo », dans Il medioevo europeo di Jacques Le Goff, sous la dir. de D. Romagnoli, Milan, Silvana Ed., 2004, p. 371-377.
  • « Le Moyen Âge et l’animal », dans Bestiaire du Moyen Âge, Th. Delcourt et M.-H. Tesnière (éd.), Paris, Somogy, 2004, p. 9-15.
  • « Quel est le roi des animaux », ibid., p. 33-44.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Pastoureau, « Histoire symbolique des sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 394-395.

Référence électronique

Michel Pastoureau, « Histoire symbolique des sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16945

Haut de page

Auteur

Michel Pastoureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals