Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie historique et iconographie médiévale

Jérôme Baschet
p. 395-397

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jérôme Baschet, maître de conférences

Corps et âmes : personne et société dans l’Occident médiéval

1On a prolongé cette année l’enquête déjà engagée sur les conceptions de la personne humaine dans l’Occident médiéval. Au-delà de leur caractérisation comme dualité non dualiste, on a cherché à repérer les modalités d’expression d’une dynamique anti-dualiste à l’œuvre dans l’histoire des conceptions médiévales de l’homme. À cet égard, l’affirmation d’une anthropologie musicale, fondée sur la notion de « musica humana », s’est révélée un objet pertinent. On en a suivi les développements à partir du texte fondateur de Boèce et à travers l’abondante littérature des traités médiévaux sur la musique. On a alors pu constater que la notion de musique de l’homme – non pas celle qu’il produit, mais la musique qui est dans l’homme – n’est pas le topos inlassablement repris au fil des siècles que l’on décrit parfois. Elle connaît un effacement relatif durant plusieurs siècles avant de bénéficier d’une efflorescence dans la première moitié du XIIe siècle, et en particulier chez Hugues de Saint-Victor. S’avançant bien au-delà du legs boécien, celui-ci insiste avec vigueur sur la musique qui unit l’âme et le corps, ce qui témoigne en toute clarté de la recherche d’une définition positive des relations entre le spirituel et le corporel et d’un effort pour penser l’unité harmonieuse de la personne humaine. Il donne ainsi toute son ampleur à une anthropologie traversée par l’ordre musical du monde. On s’est alors demandé ce qu’il pouvait en être de la musica humana en image et on a cru pouvoir en saisir une manière de transfiguration visuelle dans un manuscrit du De laudibus sanctae crucis copié vers 1170. Une miniature extraordinaire y définit, sous les espèces d’une rigoureuse géométrie, l’unité harmonieuse de l’âme et du corps qui se fondent dans le cercle de la personne humaine, ainsi que ses justes rapports avec l’unicité parfaite du Créateur et avec les quaternités de la croix et du monde créé. Il a fallu, pour fonder cette interprétation, faire un détour par les représentations de l’homme-microcosme, qui appellent aussi une lecture musicale. En effet, la dignité qu’elles confèrent au corps humain tient au fait qu’il partage avec l’univers « le nombre harmonieux de la musique céleste ». C’est ainsi que l’on a pu esquisser les diverses modalités d’expression géométrico-musicale de l’unité de la personne au XIIe siècle.

2Par ailleurs, on a ouvert un second volet de l’enquête en se demandant quelle était la place de la distinction des sexes dans l’anthropologie médiévale. Au lieu d’aborder la question du genre de manière isolée, on a cherché à entrelacer la dualité du masculin et du féminin et celle du corporel et du spirituel. Il s’est donc agi de cerner un rapport entre deux rapports (âme/corps ; homme/femme), en premier lieu tel qu’il est formulé par les auteurs médiévaux, mais aussi parfois mis en réserve ou contrebalancé par des énoncés concurrents. Plus largement, on a cru pouvoir repérer, au sein de chacune de ces deux relations, un double aspect : l’un instituant une hiérarchie, ou du moins un ordre de gouvernement ; l’autre de nature égalitaire, ou du moins unitaire. Cette matrice, qui conjoint principe d’équivalence et principe de subordination, peut donner lieu à des configurations multiples, et ce sont ces variations, à la fois coordonnées et différenciées, dans le cas de la distinction des sexes comme dans celui de la constitution de la personne, qu’il convient d’étudier.

3Enfin on a conclu l’année par l’esquisse d’un comparatisme lointain avec des conceptions de la personne attestées dans le monde mésoaméricain (notamment maya) et dans le domaine océanien. Le séminaire a également accueilli deux collègues de l’Université de Poitiers, Isabelle Marchesin, qui nous a guidés dans l’approche de la géométrie musicale des images, et Marcello Angheben, qui a présenté un exposé sur « les deux jugements du portail de Conques ».

Publications

  • La civilisation féodale. De l’an mil à la colonisation de l’Amérique, Paris, Aubier, 2004, 565 p.
  • « ¿ Más allà de la lucha por la humanidad y contra el neollberalismo ? », Chiapas (UNAM), 16, 2004, p. 31-50.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Baschet, « Anthropologie historique et iconographie médiévale », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 395-397.

Référence électronique

Jérôme Baschet, « Anthropologie historique et iconographie médiévale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16946

Haut de page

Auteur

Jérôme Baschet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals