Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance

Alain Boureau
p. 397-399

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Alain Boureau, directeur d’études

Le Saint-Esprit : histoire doctrinale et sociale d’une dévotion au Moyen Âge central

1Cette année, notre travail a porté sur une histoire de la dévotion au Saint-Esprit dans l’Occident médiéval : il s’agissait, notamment, de tenter de comprendre le développement des confréries du saint Esprit, des dissidences qui se réclament de l’Esprit ou du libre Esprit, des mystiques de l’union avec l’Esprit. Nous avons d’abord analysé le culte, en examinant un certain nombre de sermons du XIIIe siècle prononcés le jour de la Pentecôte (sermons de Jacques de Voragine, de Federico Visconti, de saint Bonaventure). Nous en avons tiré la conclusion que la prédication sur la descente de l’Esprit importait moins que celle qui traitait de l’annonce par le Christ d’une venue future du Paraclet. La Pentecôte apparaissait alors moins comme un événement singulier que comme le terme du cycle pascal. Nous avons cherché confirmation de cette hypothèse dans des exégèses des Actes des Apôtres et de l’Évangile de Jean (textes de Bède, de Robert de Liège, de Pierre de Jean Olivi, de Thomas d’Aquin, de Maître Eckhart). Il est difficile de tirer de cette observation des conséquences univoques, puisque cette orientation peut aboutir à la fois à une exaltation du rôle de l’Église et à une attente eschatologique de la venue du Paraclet.

2Nous avons donc poursuivi la recherche du côté d’implications pratiques et doctrinales du culte, selon trois axes. En premier lieu, nous avons considéré une notion mal explorée, celle de « péché contre l’Esprit », péché irrémissible dont il est fait mention dans l’Évangile. Nous en avons reconstruit le dossier médiéval à partir de Pierre Lombard, Hugues de Saint-Victor et Thomas d’Aquin. Cette notion peu précise aurait pu constituer un terrain de négociation entre l’Église et les monarchies, en vue de dépasser l’opposition entre la rémission sacramentelle des péchés et la répression judiciaires des crimes énormes. Grâce à Corinne Leveleux (Université d’Orléans), qui a présenté un exposé sur « le blasphème au Moyen Âge » à partir de ses recherches de juriste et d’historienne, nous avons vu l’échec des tentatives cléricales et surtout monarchiques pour établir le blasphème comme crime irrémissible contre l’Esprit (du moins avant le XVIe siècle où la notion de blasphème prend un tout autre sens).

3En deuxième lieu, nous avons repris le dossier des confréries du Saint-Esprit. Catherine Vincent (Université Paris-X) a montré les étrangetés de la distribution géographique et sociale de ces confréries, tandis qu’Angelo Torre (Université d’Alessandria), à propos des confréries du Piémont de l’âge moderne, lançait l’hypothèse d’un fondement trinitaire de cette dévotion, lui-même relié à une affirmation de la souveraineté locale, multiple et une.

4Enfin, nous avons fait porter l’analyse sur les appopriations escha-tologiques et mystiques du Saint-Esprit, en examinant trois doctrines de la manifestation historique de la troisième personne au XIIe siècle chez Robert de Liège, Anselme de Havelberg, et Joachim de Flore. Nous avons repéré chez le franciscain Pierre d’Auriol (début du XIVe siècle) les éléments d’une doctrine forte de l’appropriation individuelle de l’Esprit. Puis, nous avons rouvert le dossier de la dissidence du Libre Esprit et de sa répression inquisitoriale, naguère constitué par Robert Lerner. Le cas de Maître Eckhart a permis de poser à nouveau la question du lien entre la dévotion à l’Esprit et l’individualisme religieux.

5En marge de ces thèmes, trois collègues nous ont apporté un appui précieux : Francois Boespflug (Université de Strasbourg) a présenté ses recherches sur les images du saint Esprit dans l’art médiéval et notamment dans les Bibles moralisées. Georges Gereby (Université de Budapest) a évoqué « la question du Filioque et la révolution de Duns Scot ». Enfin, Jacques Berlioz (CNRS) a rassemblé et commenté un riche dossier sur « les sept dons du saint Esprit ».

6Deux collègues étrangers ont présenté leurs travaux récents : Alex Baumgarten (Université de Cluj) a présenté des « notes sur le vocabulaire anselmien », Giovanni Paolo Maggioni, récent éditeur de la Légende dorée, a donné un exposé intitulé « Mots omis, mots retrouvés. Les légendiers abrégés du XIIIe siècle entre ancienne tradition et nouveaux destinataires ».

7Trois doctorants qui travaillent sous la direction du directeur d’études ont présenté le dernier état de leur recherche : Petre Guran (« Sainteté royale et pouvoir universel en terre d’Orthodoxie [fin du Moyen Âge et début de l’époque moderne] »), Dan Muresan (« Le patriarcat œcuménique et les pays roumains. Droit canonique et idéologie politique. XIVe-XVIe siècle ») et Béatrice Delaurenti (« Virtus verbo-rum. Débats doctrinaux sur le pouvoir des incantations aux XIIIe et XIVe siècles »).

8Enfin, selon une ancienne coutume, deux séances croisées avec le séminaire de Yan Thomas ont été organisées ; cette année, elles ont eu lieu après la fermeture des séminaires, lors d’une journée sur le statut de la personne avant la naissance, dans le droit médiéval (Yan Thomas) et dans la théologie et la science (Alain Boureau et Maaike van der Lugt, dont le livre sur les générations extraordinaires au Moyen Âge vient de paraître).

Publications

  • Avec M. Goullet, P. Collomb, L. Moulinier, S. Mula, dir., traduction française annotée de Jacques de Voragine, La Légende dorée, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 2004, CXI-1549 p.
  • Satan hérétique. La naissance de la démonologie dans l’Europe médiévale (1260-1350), Paris, Odile Jacob, 2004, 318 p.
  • Le Pape et les sorciers. Une consultation de Jean XXII sur la magie en 1320 (manuscrit B.A.V. Borghese 348), texte édité, annoté et présenté par A. Boureau, Rome, École Française de Rome, 2004, LIII-145 p.
  • « Hugues de Saint-Cher commentateur des Sentences. Le cas du sacrement du mariage », dans Hugues de Saint-Cher, bibliste et théologien, G. Dahan, Turnhout, Brepols, 2004, p. 427-464.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 397-399.

Référence électronique

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16947

Haut de page

Auteur

Alain Boureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals