Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle)

Pierre-Antoine Fabre
p. 400-402

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Pierre-Antoine Fabre, directeur d’études

1Сомме lors des années précédentes, le séminaire s’est distribué sur deux cycles de séances, conduits en alternance.

2Le premier cycle s’est lui-même ordonné selon deux axes, « L’image dans l’Europe post-tridentine » et « L’écriture spirituelle à l’époque moderne ». Selon le premier, le séminaire a accueilli Walter Melion (Johns Hopkins, Baltimore), pour deux séances consacrées aux relations entre pratiques dévotionnelles et conceptions figuratives et formelles dans la gravure flamande au XVIe siècle ; Frédéric Cousinié (Université Aix-Marseille-I), pour la présentation d’une enquête en cours sur le genre des « Tableaux de la Croix » ; Agnès Guiderdoni (Université de Louvain), pour un exposé sur l’emblématique sacrée. J’ai par ailleurs poursuivi l’étude, amorcée l’année précédente, du système décoratif du corridor d’accès aux appartements romains d’Ignace de Loyola, en essayant de comprendre le sens et la légitimité spirituelle du geste artistique dans une culture dominée par le soupçon à l’égard des images matérielles. Selon le deuxième axe, j’ai ouvert cette année un nouveau champ de recherches pour le séminaire, avec la question : pourquoi la fin du XVIe et le XVIIe siècle européens sont-ils le temps du développement singulier d’une littérature « spirituelle » qui ne se confond ni avec le discours philosophique, ni avec le discours théologique, ni avec les institutions religieuses, qui entretient un rapport particulier avec le modèle de la conversation et avec la circulation manuscrite, qui s’ouvre aussi bien sur la sphère des conduites privées que sur celle de l’action publique ? Comment réfléchir l’histoire de la spiritualité moderne dans le champ des sciences sociales ? Nous nous sommes intéressés, d’une part, à une « méditation écrite » de Louis Richeome, dans Le pèlerin de Lorette, en tentant de définir la place d’une méditation de lecture face à cette méditation écrite ; et nous avons ouvert le dossier de l’œuvre de Catherine de Jésus, carmélite parisienne (1589-1623), œuvre anthume-posthume, parlée-écrite, autorisée-réécrite (par Pierre de Bérulle et Madeleine de Saint-Joseph). Une partie de ces analyses a été proposée en mars 2004 au WissenschaftKolleg de Berlin, à l’invitation d’Ines G. Zupanov.

3Le second cycle, conçu en collaboration avec Antonella Romano, chargée de recherche au CNRS – « Recherches sur l’ancienne Compagnie de Jésus : sources, histoire, historiographie » –, a poursuivi l’entreprise, commencée en 1999-2000, d’une présentation des recherches en cours sur la Compagnie de Jésus entre le XVIe et le XVIIIe siècle, qui mettent en œuvre de nouvelles formes d’interrogation des sources liées à l’histoire des Ordres modernes, en rapport avec de nouveaux objets et de nouveaux horizons de recherche. Après une première séance consacrée aux « généralats » jésuites comme objets historiographiques, et aux conditions de leur pertinence, et en particulier au généralat d’Acquaviva (1581-1615), le séminaire a essentiellement exploré un certain nombre de marges de la Compagnie de Jésus, marges spatiales, avec deux séances centrées sur l’histoire des missions jésuites, en Amérique et en Asie (avec Catherine Jamie, CNRS), marges temporelles, avec une séance sur les « ex-jésuites » après la Suppression (avec Maria Pia Donato, Université de Cagliari), marges intellectuelles, avec une réflexion sur le conflit entre l’enseignement et la recherche (scientifique et spirituelle) dans la Compagnie, marges artistiques, avec la reprise d’une interrogation ancienne sur l’« art jésuite » et sa spécificité incertaine (avec Alain Tapié, conservateur, directeur du musée de Lille et Pascal Dubourg, CNRS), marges sociales enfin, avec le dossier des confréries et des congrégations (avec Bernard Dompnier, Université de Clermont-Ferrand et Maria Lucia Copete, Université de Nancy) et une table ronde, en collaboration avec le Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire, sur les religieux dans les institutions littéraires et savantes.

Publication

  • « Les voies d’une canonisation : écriture, portrait et récits de vie dans l’invention flamande d’Ignace de Loyola », dans Confessional Sanctity, A. Burkardt, M. Wingens (éd.), Mainz, Verlag Philipp von Zabern, 2003, p. 133-148.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 400-402.

Référence électronique

Pierre-Antoine Fabre, « Pratiques spirituelles, régimes discursifs et rapports sociaux à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16950

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals