Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire des pratiques corporelles

Georges Vigarello
p. 404-406

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Georges Vigarello, directeur d’études

Les enjeux de l’apparence

1L’année a été consacrée à la poursuite de l’investigation sur le thème de l’apparence. La période de la fin du XIXe siècle et celle du XXe siècle ont été plus particulièrement au centre des préoccupations.

2C’est sur un changement de silhouette par exemple que s’inaugure la beauté du XXe siècle, « métamorphose » amorcée entre les années 1910 et les années 1920 : lignes étirées, gestes allégés. Les jambes se déploient, les coiffures se relèvent, la hauteur s’impose. Les effigies de Vogue ou de Femina, en 1920, sont sans rapport avec celles de 1900 : « Toutes les femmes donnent l’impression d’avoir grandi ». Leur allure glisse de l’image de la fleur à celle de la tige, de la lettre « S » à la lettre « I ». Cette gracilité n’est pas seulement formelle. Elle prétend révéler l’autonomie dans les lignes du corps, illustrant une profonde transformation de la femme. Ce que les revues des années folles disent en toute ingénuité : « La femme éprise de mouvement et d’activité exige une élégance appropriée, pleine de désinvolture et de liberté ». Rêve, bien sûr, mais il marque une différence décisive et une originalité.

3Restent des conditions concrètes qui ont favorisé ces changements et qui ont été particulièrement étudiées cette année : celles portant sur le statut de la femme, la montée du travail féminin, l’importance plus grande donnée aux activités du « dehors », loisirs longtemps embryonnaires, temps pour soi. L’interrogation, autrement dit, a porté sur la manière dont le temps historique, la transformation des relations entre les genres plus particulièrement sont venus s’inscrire très « directement » dans la forme des corps.

4Autre interrogation, la manière totalement nouvelle dont l’individu d’aujourd’hui a le sentiment de pouvoir modeler et même « remodeler » son apparence. L’explosion brutale de l’embellissement, ses variétés, son extension, touchent aussi aux modifications intimes de l’identité. Plus que jamais cette identité se réduit aujourd’hui à l’individu lui-même, sa présence, son corps. La « grande société » ne dit plus à chacun ce qu’il doit être. Les institutions ne gouvernent plus l’allure et la tenue comme l’ont fait longtemps les métiers, les géographies, les communautés. Elles n’obligent plus aux signes d’appartenance. Vertigineux éloignement des vieux traités de costumes où se catégorisaient les cités, les ordres, les professions. L’individu, et lui seul, est aujourd’hui comptable de ses manières d’être, de ses « images ». Il « est son apparence », et il l’est même exclusivement, toujours plus identifié à ce qu’il manifeste quasi physiquement, comme à ce qu’il dit. D’où cet enjeu de « montrer » porté au plus loin : l’ambition accrue de promouvoir le visible, ce travail sur la beauté comme achèvement du sujet.

5Une ère naît où convergent le sentiment de pouvoir maîtriser l’apparence et celui de pouvoir la transposer en signe le plus marquant d’un soi individualisé. D’où enfin un nouveau type de conflit, un obstacle décisif même quelquefois, entre les deux versants traditionnels de la beauté : celui le plus éminemment individuel, celui le plus éminemment collectif.

6Ont apporté des contributions importantes à la réflexion : Gérard Salem (Paris-X) a parlé d’une sociologie et d’une géographie de l’obésité, Serenella Nonnis (Paris-XIII) nous a entretenu de la fin du modèle rural féminin et Nilufer Gole des « enjeux de la visibilité islamique ».

Publication

  • Histoire de la beauté, le corps et l’art d’embellir, de la Renaissance à nos jours, Paris, Seuil, 2004.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Vigarello, « Histoire des pratiques corporelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 404-406.

Référence électronique

Georges Vigarello, « Histoire des pratiques corporelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16952

Haut de page

Auteur

Georges Vigarello

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals