Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps

Jean-Pierre Peter
p. 407-409

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Peter, directeur d’études

Médecine, malades, maladie : une histoire revisitée

1Avançant dans sa quatrième année d’un parcours renouvelé d’histoire de la médecine occidentale, le séminaire s’est principalement consacré cette année à la seconde moitié du XVIIIe siècle. Nous avons examiné d’abord les problèmes d’approche que l’objet médecine pose à l’historien. Du champ considéré, où il s’agit de vie, mort, santé et maladie, nous avons voulu analyser ce qu’en traduisent les témoignages des médecins à travers les diverses clés dont ils usent dans l’élaboration de leurs textes. Tantôt ils se placent, et nous placent, au niveau immédiat de leur pratique, dont ils rendent compte avec divers degrés de précision ; tantôt ils en aménagent les éléments dans l’abstraction de la doctrine. Nous ne saisissons donc jamais nos objets qu’à travers les cadres de pensée au gré desquels les médecins les constituent et nous les rendent. Ainsi restons-nous parfois en suspens dans l’entre-deux d’un espace de l’irreprésentable, où la médecine des Lumières échouait à surmonter l’opposition entre la surcharge archaïque de ses systèmes théoriques d’interprétation, et l’acuité croissante de ses capacités modernes d’observation. Nous avons travaillé ce terrain où l’on voit ne pas réussir à se concilier, bien qu’elles marchent empiriquement de concert, mais en boitant, une médecine des espèces nosologiques closes et une médecine de l’espace social. La construction nosologique (la classification des maladies) avait visé une réorganisation très rationnelle du savoir sur le modèle des sciences naturelles, tant la pratique médicale (examen clinique, diagnostic, traitement) nécessitait un ensemble de lignes de reconnaissance, un champ épistémologique inscrit dans un langage et porté par lui. Mais, par leur labilité même, chaque maladie et le cas de chaque malade résistent à se laisser aisément mouler dans une essence. La maladie, en effet, est un déroulement dans le temps, c’est une histoire, la succession des phases d’un réel singulier qu’il faut déchiffrer dans ses données empiriques d’expressions successives, puis ordonner. En fin de compte c’est l’expérience pratique, « au lit du malade », qui plus que tous les raisonnements savants a guidé une activité médicale dessinant les prodromes d’une pensée expérimentale, encore bégayante et souterraine. Soit une médecine des malades, qui double la médecine des doctrines et des classifications. Au-delà, dans le droit fil des conceptions anti-doctrinaires du vitalisme et porté par le contexte fulgurant des années révolutionnaires, le basculement du regard et de l’intellection vers la lésion scelle l’avènement de la grande méthode clinique (Bichat, Corvisart, Laennec) fondée sur l’anatomo-pathologie, la reconnaissance des propriétés vitales, l’auscultation médiate et la détermination d’un diagnostic anatomiquement ajusté.

2Parallèlement à ces analyses (analyses dont les leçons nous ont indiqué l’importance pour le chercheur d’avoir à considérer dans ses objets les angles morts et ce qui se tient sur les bords, de mettre ainsi les doigts dans les cassures), nous avons travaillé plusieurs dossiers relatifs à l’évolution des savoirs médicaux au XVIIIe siècle : physiologie de la reproduction, de la digestion, développement des idées et connaissances sur la respiration, prodromes de la naissance d’une médecine alléniste, débuts de l’électrothérapie. Nous avons consacré une séance au geste médical et chirurgical, une autre aux rapports du médicament (pharmakon) et des poisons, ainsi qu’aux fonctions respectives des plantes et minéraux – de l’herboriste et du chimiste.

3Réservant comme chaque année une place à l’étude de certains états dits de « conscience modifiée », nous sommes revenu sur les circonstances d’apparition du somnambulisme artificiel (1784 – on dira plus tard hypnose) liées aux expérimentations thérapeutiques du marquis de Puysegur. Celui-ci a été amené à devoir constamment défendre et justifier sa découverte face au doute, à la défiance ou même au soupçon qui lui furent vivement opposés, particulièrement par la médecine officielle. Il demande qu’on le croie. C’est sur cette question de la confiance et de la crédibilité, du fiduciaire (ici, touchant le domaine de la découverte), que nous avons travaillé, en rapport avec ce qu’ont été, au XVIIIe siècle en France, et depuis 1720, les conséquences traumatiques de la faillite de Law et de la banque royale (avec la tromperie du papier monnaie) sur la conscience et les espaces mêmes de la vérité, du faillible et du fiduciaire. Concernant la lucidité somnambulique, le rapport au savoir (sur la nature, et sur la nature de l’homme) en a là été éprouvé, subverti et adultéré.

4Au cours de l’année, nous avons reçu Rafael Mandressi, professeur d’épistémologie à l’Université de Montevideo, pour une conférence intitulée « Lecture de la dissection – Les textes d’anatomie comme récits du corps ». Hervé Huot, psychanalyste, nous a parlé des « Rêves et hallucinations dans les ouvrages de théologie aux XVIe et XVIIe siècles », Gilles Barroux, professeur agrégé de philosophie a, concernant la médecine des Lumières, ouvert la question « Nommer, classer, est-ce déjà commencer à guérir ? » Enfin, Jean L’Yvonnet, professeur agrégé d’histoire, a traité de « L’opium, préparation et usages médicaux contre la douleur sous l’ancien Régime ».

5Certains des thèmes évoqués ci-dessus, comme d’autres hérités des travaux du séminaire ces dernières années, ont fait l’objet de communications du directeur du séminaire en diverses instances extérieures : conférence d’ouverture à la cérémonie d’installation de la Soda Collection (Bibliothèque de 3000 ouvrages de médecine occidentale ancienne) à l’International Research Center for Japonese Studies (Nichibunken), Kyoto, 4 déc. 2003 ; leçon inaugurale au séminaire 2004 du Groupe de recherches et applications hospitalières, 8 mars 2004 ; Ve Journée scientifique de l’AML Soins intensifs, hôpital Cochin, 27 mars ; cycle « L’idée de science au XIXe siècle – Claude Bernard et l’expérience en médecine », 25 mai ; colloque « L’impensé et l’impensable dans l’histoire de la pensée », Amiens, Université de Picardie, 4-5 juin.

Publications

  • « La médecine et la douleur du malade. Histoire d’une esquive savante », dans Douleur et Hypnose, sous la dir. de D. Michaux, Paris, Imago, 2004, p. 60-76.
  • « Douleur et souffrance. Équivoques dans le continent de la douleur », Gestion hospitalière, 435, avril 2004, p. 290-300.
  • « Médicaments, drogues et poisons : ambivalences », Ethnologie française, XXXIV, 2004, 3, p. 407-410.
  • « Constitution médicale », Dictionnaire de la pensée médicale, sous la dir. de D. Lecourt, Paris, PUF, 2004, p. 279-282.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 407-409.

Référence électronique

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16954

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals