Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Sociologie historique de l’Islam

Houari Touati
p. 415-417

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Houari Touati, maitre de conférences

1Le séminaire nous a permis de continuer l’enquête lancée, il y a deux ans, sur les mutations graphiques que la culture islamique a connues au cours de ses deux premiers siècles, ce qui correspond aux VIIe et VIIIe siècles de notre ère. L’enquête a permis de vérifier l’hypothèse suivante : dès que la patrimonialisation de l’héritage poético-narratif du paganisme arabe est devenue une nécessité – dictée par toutes sortes de considérations –, la question de sa littérarisation s’est posée. L’entreprise a contaminé l’Islam en son cœur, donnant du coup à sa littérature une origine tragique. La nouvelle culture islamique ne pouvait scripturaliser le legs du paganisme arabe qu’en se scripturalisant elle-même.

2Certes, l’Arabie païenne et des premiers temps islamiques connaissait l’écriture, mais elle en restreignait l’usage dans les rares centres urbains – le reste de la Péninsule où vivaient les Bédouins demeurant confiné à la tradition orale. Or c’est précisément aux nomades du désert qu’on attribue la création de l’expression esthétique la plus inouïe des Arabes : la poésie dont la sophistication se reflète dans le modèle de composition, celui de la qasîda caractérisée par l’usage de mètres complexes, d’une rhétorique d’une grande densité et d’un vocabulaire aussi riche que précis.

3Pourtant cette société bédouine a tourné le dos à la mise par écrit de ses productions poétiques et narratives. L’a-t-elle fait à cause de la difficulté de transmettre une copie exacte ? Connaissant l’existence de l’écriture, elle a pu y recourir en certaines circonstances. Sauf que ces dernières étaient plus rituelles que culturelles stricto sensu. La ville, non plus, n’a pas manifesté sa volonté de se donner une littérature, alors qu’elle exigeait de manier l’écriture dans certaines de ses sphères d’activité. Qu’est-ce qui est en cause ici et là ? Le faible intérêt que citadins et bédouins ont porté à une transmission verbatim. Chez citadins et bédouins, le produit d’une remémoration exacte y paraît avoir été moins recherché que celui d’une évocation inexacte. Pourquoi ce choix d’une mémorisation plus générative – jusqu’à un certain point – que mécanique ? Pourquoi, malgré l’existence d’un instrument graphique, y a-t-il eu refus de l’appliquer à la conservation de productions langagières dont personne ne contestait l’intérêt ? Lorsque les tribus commencent à se soucier de leur poésie comme d’un patrimoine, elles la mettent par écrit. Mais elles ne s’y emploient pas avant 700. Encore le font-elles sous l’influence de la ville.

4En effet, en s’emparant des mots de la tribu pour en faire un objet d’intérêt socioculturel et de curiosité scientifique, la ville leur a fait subir ce qu’elle avait fait subir un demi-siècle plus tôt au Coran : les consigner par écrit. Pourquoi cette mise par écrit ? Au contraire de la culture bédouine, la nouvelle culture arabe citadine avait besoin du mot à mot, de la copie fidèle. Pour y parvenir, ulémas, scribes, connaisseurs et politiques sont convenus qu’il n’y avait que l’instrument graphique pour réaliser une telle prouesse technologico-cognitive. À la mémoire « créatrice » de l’ancienne culture arabe ils ont substitué une mémoire fixe.

5La conséquence est qu’en faisant connaissance des notions d’authenticité et de stabilité textuelles, la culture arabo-islamique découvre dans l’urgence la nécessité épistémologique de fonder des savoirs dont elle avait ignoré jusque-là l’existence : grammaire, philologie, lexicographie et critique poétique. C’est alors que, sans renoncer à être ce qu’il était, l’Islam s’hellénise, subissant de nouveau les effets du paganisme. Les formes de l’écrit qu’il adopte avaient une histoire, elle devient la sienne.

6Le responsable du séminaire a donné, en avril 2004, un mini cours de quatre séances intitulé « Histoire et anthropologie de la mutation graphique aux premiers temps de l’Islam » au Centre national de recherche en préhistoire, histoire et anthropologie (Alger). De même qu’il a organisé à Alger, en juin 2004, une session doctorale autour du thème : « Les sciences sociales et le Maghreb, les sciences sociales au Maghreb ».

Publication

  • L’Armoire à sagesse. Bibliothèques et collections en Islam, Paris, 2003, Aubier (« Collection historique »), 346 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Houari Touati, « Sociologie historique de l’Islam », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 415-417.

Référence électronique

Houari Touati, « Sociologie historique de l’Islam », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16958

Haut de page

Auteur

Houari Touati

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals