Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles

Jocelyne Dakhlia
p. 417-418

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jocelyne Dakhlia, directeur d’études

1Outre son analyse des sources de la lingua franca méditerranéenne, entamée depuis trois années, le séminaire a été centré sur la question, fort mal connue, de la présence musulmane en Europe aux périodes médiévale et moderne. La question des formes de la captivité et des structures du rachat occupe une place essentielle dans toute interrogation sur une présence séculaire de l’islam en Europe, les circulations « libres » laissant par ailleurs beaucoup moins de traces. La pression pour l’incitation au baptême et les changements onomastiques qui l’accompagnent seraient sensiblement plus rapides, voire immédiats, que dans la situation inverse, celle des captifs chrétiens en Méditerranée musulmane.

2Un premier point à souligner est le constat d’un certain tabou historiographique, car même si les études consacrées à ces questions n’ont jamais été abondantes, il s’avère que depuis la fin du XIXe siècle des historiens se sont intéressés à la présence de captifs musulmans en Europe, sans que cette question ait jamais émergé comme un thème fort de recherche et de réflexion. Si l’on peut aujourd’hui parler d’un certain renouveau de l’historiographie de l’esclavage en Méditerranée, on constate que le succès relatif d’un ouvrage tel que celui de Bartholomé et Lucille Benassar, Les Chrétiens d’Allah, Perrin, 1987, n’a pas d’équivalent dès lors qu’est en cause le processus inverse ou réciproque de celui que ces deux auteurs ont étudié, l’assimilation (par l’Europe du Sud principalement) de milliers de musulmans d’origine maghrébine, subsaharienne ou orientale. La figure de Léon l’Africain est ainsi systématiquement érigée en exception et non pas restituée dans sa banalité.

3Une cause possible de ce vide historiographique est la rareté des traces archéologiques et monumentales sur l’islam en Europe dans ces périodes. En France, à la différence du judaïsme qui a tant bien que mal laissé son empreinte, l’islam n’a pas laissé de mosquée visible dans le paysage, ni de cimetières, question lancinante dans les correspondances diplomatiques de l’époque moderne. Celle-ci atteste le refus d’une certaine officialisation des pratiques cultuelles musulmanes.

4Il n’en demeure pas moins que les galères, par exemple, étaient le lieu d’une forte interaction entre musulmans et chrétiens, laquelle interaction ne débouchait pas nécessairement sur une « évaporation » des musulmans, sur leur assimilation systématique, loin s’en faut. Les formes, y compris linguistiques, qui résultaient de cette cohabitation ne concernaient d’ailleurs pas seulement un univers restreint et fermé, puisque ces hommes étaient aussi employés à des travaux municipaux, par exemple, ou embauchés par des particuliers dans le cadre de manufactures ou pour des travaux domestiques.

5C’est donc un chantier à la fois ouvert de longue date et insuffisamment exploité que celui de la présence musulmane en Europe à l’époque moderne, la problématique de la langue franque et du métissage permettant de l’aborder dans une tout autre perspective que celle de l’histoire diplomatique ou politique.

Publications

  • Dir., Trames de langues. Histoire et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004, 560 p.
  • « Une vacance califale ? Hârûn-al-Rashîd dans les Mille et une Nuits », dans Les Mille et une Nuits en partage, sous la dir. de A. Chraïbi, Paris, Sindbab/Actes Sud, 2004, p. 168-181.
  • « Une altérité à revoir », dans Colonialisme et postcolonialisme en Méditerranée, sous la dir. de T. Fabre, Marseille, Parenthèses, 2004, p. 53-59.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 417-418.

Référence électronique

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16960

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals