Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

La question du relativisme linguistique

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel
p. 432-433

Texte intégral

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel, directeurs d’études

1Dans son travail sur les langues amérindiennes, Sapir s’est engagé en parallèle dans deux démarches qui, à son époque déjà, ne pouvaient qu’apparaître comme contradictoires. La première consistait à établir une classification des langues qui soit fondée sur une hypothèse génétique, et la seconde à promouvoir l’idée d’une adéquation profonde entre langue et culture. La contradiction provient du fait que les cartes linguistiques et culturelles ne correspondent pas entre elles. L’anthropologie américaine n’a toujours pas trouvé de solution à cette contradiction. Bien qu’ils ne l’aient jamais dénoncée comme telle, les linguistes américains semblent en avoir pris progressivement la mesure (les anthropologues de leur côté s’en sont littéralement désintéressés, se contentant de déclarer tantôt que Sapir et Whorf ont raison, tantôt qu’ils ont tort). Le résultat est pour le moins paradoxal : on aboutit à une remise en cause des macro-stocks imaginés par Sapir, donc au fond de la possibilité d’employer la méthode comparative de la linguistique historique, sans pour autant que soit avancé ni méthode d’ensemble cohérente afin de la remplacer, ni aucune nouvelle perspective.

2Cela étant, très peu de commentateurs ont remarqué que Sapir ne se contente pas d’appliquer avec la dernière vigueur la méthode comparative de la linguistique historique. Comme s’il se rendait compte des limites imposées par les données nord-américaines à son emploi rigoureux, il s’engage parallèlement dans une autre démarche. Celle-ci passe par un approfondissement des relations entre les divers systèmes grammaticaux généraux des langues. Le chapitre « Types of linguistic structures » de son célèbre livre Language témoigne de cet effort. Allant plus loin que Boas, Sapir élabore une typologie complexe sur la base des concepts grammaticaux qu’il avait cherché au préalable à redéfinir. Pour inaboutie ou insuffisante que soit cette tentative, il faut en mesurer la nouveauté : pour la première fois, une typologie des systèmes grammaticaux qui tient compte de ce qui fait l’innere Form des langues est élaborée sur une base sémantique. Cette typologie joue un rôle de premier plan dans la définition des macro-stocks de sa classification, puisque chacun d’entre eux subsume un ensemble de caractéristiques grammaticales précises. Même s’il semble affirmer le contraire, Sapir s’écarte ainsi radicalement de la méthode comparative en linguistique puisque cette dernière pose comme principe que l’établissement des parentés ne peut s’appuyer sur la comparaison des structures ou des procédés grammaticaux généraux et qu’elle doit s’attacher aux détails des formes.

3En bref, Sapir n’a su échapper à l’aporie dont il énonçait les termes avec une rare lucidité : comment une étude comparative des structures grammaticales sur une base sémantique serait-elle possible si, en vertu du relativisme linguistique, chacune de ses langues renvoie à un univers conceptuel bien différencié ? On l’a vu, aucune solution n’a émergé dans le cadre du culturalisme américain. En revanche, nous sommes convaincus que faire appel au structuralisme de Lévi-Strauss, inspiré de l’École de Prague et son profond sémantisme, permet d’imaginer une solution, celle de l’hypothèse de la transformationalité des langues américaines. Cela étant, c’est inspiré par Sapir que nous avons identifié la syntaxe comme le lieu crucial où doit se démontrer cette transformationalité. Nous avons commencé à développer devant les étudiants plusieurs exemples de cette transformationalité, notamment entre des langues sioux et algonquines. La position intermédiaire de l’Iroquois a aussi été envisagée dans ce contexte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel, « La question du relativisme linguistique », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 432-433.

Référence électronique

Emmanuel Désveaux et Michel de Fornel, « La question du relativisme linguistique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16969

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Désveaux

Articles du même auteur

Michel de Fornel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals