Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Logiques du familier

Michèle de La Pradelle
p. 436-440

Texte intégral

  • 1 Mme de La Pradelle est décédée le 9 décembre 2004.

Michèle de La Pradelle1, directeur d’études

Anthropologie des mondes urbains

1J’ai poursuivi en 2003-2004 la réflexion engagée depuis plusieurs années sur l’anthropologie et le monde urbain. Fidèle à sa tradition disciplinaire, l’ethnologie, quand elle est confrontée au monde urbain, semble souvent obéir à un double impératif : le choix d’unités sociales nettement délimitées, supposées stables et homogènes, où prédominent les relations d’inter-connaissance, et la volonté de reconstituer la totalité d’un univers social, de reconstruire l’ensemble des significations qui lui est immanent, ce qu’on appelle sa culture. Ainsi, à la ville comme situation d’ensemble à laquelle se trouvent confrontés des acteurs, elle substitue une série de petites entités locales hétéroclites de sorte que la ville constitue plutôt un cadre inerte ou un décor lointain. En fait, si l’on veut vraiment se donner pour objet la ville, il faut que la connaissance anthropologique, au lieu de s’épuiser en une représentation ethnographique de la réalité sociale, se donne pour tâche d’élucider les logiques implicites des acteurs dans une situation donnée.

2C’est à partir de la recherche que nous avons menée sur la deuxième édition de Paris-Plage, qu’Emmanuelle Lallement, maître de conférences à l’Université Paris-IV, et moi-même avons précisé cette perspective. Nous avons décrit l’opération en montrant comment elle est le produit d’actions multiples mises en œuvre par la mairie de Paris, les scénographes engagés pour réaliser l’événement et bien sûr tous ceux qui fréquentent le site. En analysant la situation il est apparu que le dispositif fonctionne autour d’un accord, le détournement des quais et leur transfiguration ludique, et que son efficacité repose sur l’absence de la mer. À Paris-Plage, les visiteurs jouent bel et bien à la plage. Ils ne sont pas là comme de simples usagers : ils sont en fait des sortes de « performers ».

3Giovanni Semi, de l’Université de Turin, a ensuite présenté ses recherches sur la transformation, et plus particulièrement sur la gentrification, d’un vieux quartier populaire de Turin, Porta Palazzo. En s’appuyant sur diverses situations d’échange marchand, il a proposé une analyse de ce qu’il appelle le « multiculturalisme quotidien ».

4Émilie Bajolet, doctorante, nous a ensuite parlé de son travail sur la friche ferroviaire de la Petite Ceinture à Paris. En envisageant cet espace comme un objet, elle a analysé les transformations de son statut au cours des quinze dernières années : « lieux de tous les possibles » dans un premier temps, la Petite Ceinture est plus tard constituée en patrimoine exceptionnel, puis en lieu du politique.

5Avec Jacques Donzelot, maître de conférences à l’Université Paris-X, nous nous sommes intéressés à ce qu’il appelle la « logique de séparation » à l’œuvre dans les villes aujourd’hui. Relégation, péri-urbanisation et gentrification produiraient une ville à trois vitesses. Il a ensuite proposé une analyse des politiques de la ville en France et aux États-Unis. Alors que chez nous on traiterait les lieux – en pratiquant un « cas-sage des ghettos » –, aux États-Unis, on s’efforcerait de traiter les gens.

6Enfin, Howard Becker nous a proposé de réfléchir avec lui à une question simple mais qui traverse la sociologie : « How much is enough ? ». Un débat très riche s’est ensuite engagé autour des notions de seuil, de série et de collection.

7Par ailleurs, j’ai organisé, en mai 2004, avec Sophie Corbillé, en collaboration avec le laboratoire d’anthropologie urbaine (CNRS), une journée d’étude intitulée « Questions à Howard Becker », au ministère de la Recherche. Des doctorants et des chercheurs qui travaillent avec moi sont intervenus autour d’un certain nombre de thèmes tels que la production de l’œuvre, la notion de « monde urbain », le travail de description, etc. J’ai également participé aux activités de la filière « Territoires, espaces, sociétés ». J’ai présenté avec Emmanuelle Lallement mes travaux en anthropologie urbaine au colloque « Being here and being there : fieldwork encounters and ethnographic discoveries », organisé à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie en novembre 2003. Invitée par le Centre interdisciplinaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT) à l’Université Laval (Québec), j’ai exposé mes perspectives de recherche sur les mondes urbains (novembre 2003). À l’occasion de l’invitation de Pierre-Paul Zalio au séminaire de sociologie économique de l’ENS-Cachan, j’ai présenté mes recherches sur l’échange marchand (décembre 2003). Enfin, le rapport de recherche intitulé « La fabrication des villes au quotidien. Espaces marchands, espaces festifs et formes de citadinité », que j’ai rédigé avec Sophie Corbillé, a fait l’objet d’une présentation au colloque de clôture de l’Action concertée incitative Ville (ACI-Ville) en mars 2004.

Le rapport social aux choses

8Dans ce séminaire, j’ai poursuivi le travail que je mène depuis plusieurs années autour des rapports que nous entretenons avec les objets. Partant de l’idée selon laquelle l’objet est au cœur des rapports sociaux, il s’est agi d’étudier les diverses opérations portant sur les objets (circulation, échange, exposition, mise en scène, conservation, mise au rebut, copie, restauration...) et de s’interroger sur les effets symboliques de leurs transformations.

9Octave Debary, maître de conférences à Paris-V, a présenté une recherche sur une « ressourcerie », un magasin à vocation environnementale, sociale et économique situé dans la banlieue de Québec où travaillent des gens en très grande difficulté. Dans ce magasin on pratique la collecte, le tri et la mise en vente d’objets donnés, pour l’essentiel des vêtements. À partir d’une description ethnographique du dispositif, Octave Debary a montré que dans cette situation d’échange marchand s’opère en fait un double recyclage : celui des gens (travailleurs et consommateurs) et des objets. Par diverses procédures, il s’agit de redonner de la valeur marchande à des objets dont la valeur d’usage est épuisée : sélection des articles jugés aptes à la vente, réparation, étiquetage, mise en rayon et mise en exposition dans un espace où tout est fait pour que le client se croie dans un magasin comme un autre.

10Laurier Turgeon, titulaire de la chaire de recherche du Canada en patrimoine, a engagé une réflexion sur les processus de patrimonialisation. Refusant une conception du patrimoine centrée sur l’idée de pérennité, d’authenticité et d’identité originaire, il a proposé de recourir à la notion de métissage. Son analyse s’est appuyée sur le cas du chaudron de cuivre, introduit au Canada par les Européens, utilisé dans les échanges avec les Indiens et réapproprié par ceux-ci de multiples manières.

11Avec Jean-Didier Urbain, professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, nous nous sommes interrogés sur « la mise en désir touristique de la ville ». Il a montré comment le désir pour la ville s’épuise par un excès de codification des signes (survalorisation culturelle, politique de l’événement, etc.) et par un excès de fluidité. Il a ensuite analysé les formes de tourisme alternatif qui se développent actuellement : un tourisme de l’invisible, de l’impalpable qui invite à explorer la complexité et l’étrangeté de l’ordinaire derrière l’apparente lisibilité de la ville.

12À la suite de ses travaux sur l’émergence des musées au tournant de la Révolution française, Dominique Poulot, professeur à l’Université Paris-I, a montré comment, en France, le XIXe siècle a proposé un traitement du passé par le biais d’institutions muséographiques, qui ont permis d’asseoir une véritable proposition anthropologique du projet de musée et de sa définition de l’histoire.

13Gateano Ciarcia, chercheur au LAHIC, a abordé la question de la fabrication ethnographique de l’exotisme dogon, ouvrant une réflexion plus large sur les processus d’exotisation. Après avoir retracé l’histoire de l’ethnologie des Dogons, il a montré comment cet héritage anthropologique, et en particulier celui de Marcel Griaule, est au cœur d’une politique de valorisation patrimoniale et touristique.

14Avec Gérard Wajcman, maître de conférences à l’Université Paris-VIII, psychanalyste et écrivain, il a été question du rapport que nous entretenons aux œuvres d’art. La réflexion s’est développée à partir d’une question : comment à la Renaissance les œuvres d’art, en particulier le tableau, sont entrées dans la chambre à coucher ? En suivant Alberti qui considère le tableau comme une fenêtre, Gérard Wajcman a suggéré que l’introduction du tableau dans la chambre à coucher, devenue lieu du secret de l’intime, doit être envisagée en relation avec la construction du sujet : la fenêtre qui ouvre sur le monde ferme notre monde, notre intérieur.

15Dans son intervention « Le déplacement des choses », Xavier Papaïs, philosophe, a présenté un travail qu’il mène depuis plusieurs années sur le fétichisme et la magie. Il s’est en particulier intéressé au trafic des reliques qui s’est développé à partir du IXe siècle dans le monde chrétien.

16Enfin, nous avons visité l’exposition de Sophie Call : « M’as-tu vue ? » au Centre Pompidou. Galia Tapiero a engagé une réflexion sur les procédures de mise en scène, sur la mise en exposition des installations et sur la relation entre objet, photographie et texte.

17En outre, j’ai continué mes travaux sur la maison et les rapports sociaux qu’elle cristallise, élargissant mon champ de recherche aux pavillons de lotissements qui laissent a priori peu de marge d’initiative à leurs acquéreurs et à leurs occupants. Ces travaux ont bénéficié du soutien du Plan urbain construction et architecture (PUCA) du ministère de l’Équipement dans le cadre du programme de recherche « Maison individuelle, architecture et urbanité ». Ils ont donné lieu à un rapport de recherche intitulé « Produire sa maison. Étude anthropologique de l’habitat individuel » en collaboration avec Emmanuelle Lallement et Sophie Corbilé (janvier 2004). Par ailleurs, j’ai présenté une communication au colloque « Objets et mémoire » organisé en novembre 2003 à l’Université de Québec à Montréal (UQAM) par le Centre interdisciplinaire d’études sur les lettres, les arts et les traditions (CELAT).

Publication

  • Avec E. Lallement, « The City is ours », The Annals of the American academy of political and social science, Sage, 595, sept. 2004, p. 134-145.
Haut de page

Note de fin

1 Mme de La Pradelle est décédée le 9 décembre 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle de La Pradelle, « Logiques du familier », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 436-440.

Référence électronique

Michèle de La Pradelle, « Logiques du familier », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16972

Haut de page

Auteur

Michèle de La Pradelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals