Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes

Agnès Fine
p. 443-446

Texte intégral

Agnès Fine, directrice d’études

Production du masculin et du féminin dans les sociétés occidentales contemporaines

1Dans les premiers séminaires, nous avons examiné en quoi la prévalence, depuis les années 1970, de la sociologie de la domination (de classe et de sexe) explique en partie le délaissement relatif de l’analyse de la production des sexes. Depuis les années 1990, la théorie queer, dont l’objet est de déconstruire les catégories de sexe, a renforcé ce désintérêt relatif. Nous avons fait un examen critique de ces théories mais aussi de celles qui s’y opposent en se fondant sur une représentation parfois réifiée et peu historique des différences biologiques ou psychiques entre sexes.

2Retournant aux travaux fondateurs d’Y. Verdier et de D. Fabre sur « l’invisible initiation » dans les sociétés européennes du passé, nous avons cherché à repérer les lieux et les formes de production de la masculinité dans nos sociétés contemporaines modernes, à partir de romans. Nous avons choisi ceux de Russel Banks, l’ensemble de son œuvre traitant en effet du destin masculin, en particulier des relations problématiques entre les pères et les fils (cf. l’article de Guillaume Le Blanc « Russell Banks ou le péché des pères », Esprit, 2001). Nous avons poursuivi cette année l’analyse du roman intitulé On the rule of Bone (Sous le règne de Bone). Publié en 1995 et traduit la même année en français, il narre l’itinéraire – entre 14 et 16 ans – d’un adolescent rebelle, issu d’un milieu pauvre et blanc du nord des États-Unis. Le succès populaire de ce roman de formation aux États-Unis et en Europe interroge l’anthropologue. Quelle « vérité » sur la jeunesse masculine américaine le romancier énonce-t-il pour trouver un tel écho chez ses lecteurs ?

3Bone, le héros et narrateur, quitte la maison de ses parents et erre à l’aventure en vivant quelque temps avec une bande de motards qui vit de trafic de drogue et de vols. Il partage donc le mode de vie des jeunes hommes que la sociologie de la délinquance saisit à sa manière en constatant la prédominance écrasante des jeunes garçons. Le récit de Bone permet de mettre au jour quelques pistes. Dans tout le roman, mais surtout dans la première partie, il s’interroge sur ce qui différencie actes délinquants et actes immoraux, affirmant ainsi les fondements de sa propre morale. Le roman répond de ce point de vue aux vœux de H. Becker dans Outsiders (1963) qui appelaient les sociologues à étudier les valeurs propres des milieux concernés de la délinquance pour déconstruire un objet construit par l’appareil d’État. Si l’on rapproche le récit romanesque concernant le comportement du jeune Bone et de son jeune entourage des recherches sociologiques sur les jeunes marginaux (cf. entre autres, Hugues Lagrange, David Lepoutre, Christelle Hamel [2003] en France, Philippe Bourgois, Loïc Wacquant, James W. Messerschmidt [1993] aux États-Unis), on peut repérer les valeurs et les codes de comportements producteurs de masculinité qui sont propres au monde de la marge dans les villes modernes. L’homme s’affirme comme tel par l’intelligence de la rue, la débrouillardise (cf. la figure du hustler dans les travaux de L. Wacquant), la maîtrise de la parole et du mensonge, l’expérience de la drogue et des armes, le rapport prédateur aux femmes et à la sexualité. S’agissant de l’art de la parole, la tradition anthropologique de l’étude des joutes oratoires aide à comprendre les formes de vannes et défis propres à ce milieu social.

4L’interrogation de Bone sur le partage entre actes délinquants et actes immoraux illustre également l’hypothèse centrale de Thomas Pavel qui, dans son essai, La pensée du roman, (Gallimard, 2003) fait de l’axiologie la question centrale du roman depuis ses plus lointaines origines. C’est cette « perplexité morale » qui passionnerait le lecteur et lui permettrait d’entrer en empathie avec des personnages très éloignés de son propre monde social.

5En contrepoint, la production du féminin a fait l’objet de plusieurs exposés : « Écritures féminines et rites de passage » (A. Fine), présentation de États de femmes. L’identité féminine dans la fiction occidentale, Paris, Gallimard, 1996 et de Les ambivalences de l’émancipation féminine (Nathalie Heinich, CNRS, Paris) ; « L’élaboration d’une “individualité qualitative” (cf. G. Simmel) des femmes en Occident » à travers l’analyse de quelques romans contemporains (Hermine Valois, doctorante). Enfin nous avons poursuivi notre réflexion plus générale sur le dialogue entre littérature et ethnologie en invitant Marie Scarpa et Jean-Marie Privat (maître de conférences et professeur à l’Université de Metz) à nous présenter leur lecture ethnologique de Le Colonel Chabert de Balzac.

La valeur des liens : hommes, femmes et comptes familiaux

6Séminaire interdisciplinaire « genre » de l’école doctorale TESC de l’Université de Toulouse-II (en collaboration avec Agnès Martial, ethnologue, chargée de recherches au CNRS, Centre d’anthropologie de Toulouse). Il a réuni une vingtaine de doctorants et de chercheurs (historiens, anthropologues, sociologues et juristes) dont les contributions vont faire l’objet d’une publication collective.

7Quels sont la place et le statut de l’argent et des biens dans la famille occidentale contemporaine, et comment peuvent-ils nous éclairer sur les relations qui en tissent la trame, notamment du point de vue de la distinction de sexe ? Les contributions peuvent être regroupées en trois axes.

8Le premier concerne les relations conjugales et la manière dont elles sont constituées, définies ou exprimées à travers l’argent et les biens familiaux avec Christine Dousset (maître de conférences à l’UFR d’histoire, Université de Toulouse-II) : « Fortunes et infortunes familiales des veuves (France, XVIIe-XVIIIe siècles) » ; Véronika Nagy (sociologue du droit, Marseille) : « L’adultère et l’argent » ; Anne Attané (docteur en anthropologie, Marseille) : « Argent et mutation des rapports de sexes, d’âges et de générations à Ouahigouya (Burkina Faso) » ; Jérôme Courduriès (doctorant, Centre d’anthropologie de Toulouse) : « Les biens matériels chez les couples gays ».

9Le deuxième axe concerne les relations parents-enfants et la recomposition des liens de famille. Ici la question du couple s’articule à celle de la filiation, et s’intéresse aux transmissions entre générations dans le cadre de la recomposition des liens familiaux après veuvage ou après divorce. Nous avons débattu avec Sylvie Perrier (professeur d’histoire à l’Université d’Ottawa) : « Recompositions familiales et circulation des biens sous l’Ancien Régime » ; Agnès Martial (chargée de recherche au CNRS, Centre d’anthropologie de Toulouse) : « Élever et nourrir : pères et mères, beaux-pères et belles-mères face à l’entretien de l’enfant dans les familles recomposées après divorce » ; Sylvie Cadolle (sociologue, maître de conférences à l’IUFM de Créteil) : « L’asymétrie du soutien intergénérationnel dans les familles recomposées : côté maternel et côté paternel ».

10Enfin le troisième axe concerne les relations aux ascendants avec Monique Membrado (sociologue, CIRUS-CIEU, Toulouse) : « L’aide des femmes aux personnes âgées » ; Florence Weber (anthropologue et sociologue, directrice du département des sciences sociales de l’ENS) : « Dépendance, parenté et genre dans la France contemporaine » ; Pierrette Aufière (avocate à Toulouse) : « Les obligations alimentaires familiales dans le droit français ».

Publications

  • « “Valence différentielle des sexes” et/ou “domination masculine” ? Controverse autour du livre de F. Héritier, “Masculin, Féminin II” », Travail, genre et société, 10, 2003, p. 174-180.
  • « Godparent », Encyclopedia of children and childhood, P. Fass (éd.), Macmillan Reference, 2, 2003, p. 392-393.
  • « Les nouvelles pluriparentalités », dans Histoires de sexe et désir d’enfant, P. Jouannet et V. Nahoum-Grappe (éd.), Le Pommier/Cité de la Villette, 2004, p. 86-95.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Fine, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 443-446.

Référence électronique

Agnès Fine, « Histoire et anthropologie des sexes dans les sociétés européennes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16975

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals