Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Données biologiques : imaginaire et identité

Mary Picone
p. 454-455

Texte intégral

Mary Picone, maître de conférences

Les peurs

1Cette année le séminaire a été consacré essentiellement aux méthodes utilisées pour observer et identifier la peur. Certaines disciplines, la physiologie, la psychologie cognitive, l’éthologie se servent de critères universaux : l’anthropologie remet partiellement en question l’uniformité de la définition et de l’expression des émotions. En outre, une analyse interdisciplinaire et diachronique rend l’identification des normes encore plus limitée.

2Le début de l’année a été consacré à quelques auteurs du XIXe siècle (Th. Ribot, J. McIntyre, Inoue Enryo). En particulier nous avons examiné un ouvrage, La peur (1880), du physiologue et psychiatre Angelo Mosso. Cette œuvre, qui eut un succès international, inclut une description détaillée des réactions du corps humain et animal soumis à des expériences de laboratoire. Le malaise, la gêne, la peur, la terreur, sont enfin transcrites sur un graphe en temps réel. Mosso fut à la fois un admirateur et un critique de Darwin et travailla avec le célèbre Carl Ludwig.

3S’inspirant de ce dernier, il inventa un « proto-polygraphe » (l’ancêtre du « détecteur de mensonges » actuel). À cette observation des émotions par l’intérieur, jusque-là non transcriptibles du corps, nous avons juxtaposé des considérations sur la recréation artificielle des émotions. L’exemple le plus connu est le recueil – dédié aux étudiants des Beaux-Arts – des photographies de Duchenne. Celui-ci, à l’aide de stimuli électriques, produisait des contractions musculaires emblématiques où chaque émotion était produite indépendamment de la volonté du sujet. Une reproduction mécanique plus actuelle et moins connue est en œuvre actuellement au Japon, où des experts de robotique font apparaître les « six émotions fondamentales » sur un visage en acier et latex.

4Ensuite nous avons considéré l’identification de la peur par l’extérieur, c’est-à-dire la reconnaissance des expressions naturelles du visage par des individus ou des groupes interculturels.

5Nous nous sommes fondés sur les travaux de P. Ekmann et sur une partie de l’immense corpus des photographies balinaises de Mead et Bateson.

6Avec l’apport important de Véronique Champion-Vincent (MSH), la seconde partie du séminaire a été centrée sur la transmission et la réception des peurs collectives, en particulier sur l’étude des rumeurs et des théories du complot. V. Champion-Vincent a analysé une série d’ouvrages anglo-saxons de la tendance cultural studies, traitant des textes conspirationnistes actuels. Ce débat a été enrichi par la vision d’un documentaire d’A. Vinkler, constitué d’entretiens avec des conspirationnistes français, tels que Meissan, et allemands, qui expliquent les « vraies causes » des événements du 11 Septembre. Un de mes élèves, Stéphane Heim, a présenté le travail de G. Simmel sur le secret. Un autre exposé sur la peur de l’hybridation homme-machine a été présenté par Hiroki Okazaki, de l’Université Kyotogakuen à Kyoto. Ensuite j’ai résumé les résultats, encore partiels, d’un terrain sur des milieux conspirationnistes franco-canadiens. Dans ce groupe, les théories purement politiques forment seulement une partie d’une vaste reconfiguration cosmique. Les extraterrestres sont censés être parmi nous et toute organisation est infiltrée par des puissances occultes. Leur action s’étend également à l’environnement (aucune catastrophe ou maladie n’est naturelle) et transcende les limites du passé et du futur.

7Avec J. P. Berthon (CNRS, CRJ) j’ai organisé la première journée-atelier d’un petit groupe de travail de spécialistes de l’Asie. Ce groupe est ouvert aux thésards et les rencontres se poursuivront jusqu’en 2005-2006. Le titre de la journée était « Dieu(x) et terreur ». À partir du cas exemplaire de Aum Shinri Kyo, nous nous sommes demandé quels sont les formes et les foyers des violences religieuses de l’Inde au Japon, c’est-à-dire en dehors de l’aire des prétendues « religions du livre ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 454-455.

Référence électronique

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16979

Haut de page

Auteur

Mary Picone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals