Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Sociologie, histoire, anthropologie de la santé

Jean-Pierre Olivier de Sardan, Marc-Éric Gruénais et Yannick Jaffré
p. 474-476

Texte intégral

Jean-Pierre Olivier de Sardan, directeur d’études avec Marc-Éric Gruénais, directeur de recherche à l’IRD et Yannick Jaffré, ingénieur d’études

1Par les thèmes débattus, mais aussi par les disciplines requises pour les aborder, la question des liens entre sciences sociales et sciences de la vie est au cœur de multiples débats : budget de la santé, place des « médecines parallèles », formes « religieuses » de la guérison, etc. S’attachant à rendre compte de ces multiples questions, les « sciences sociales de la santé » usent d’un ensemble de postures et d’analyses diverses allant d’approches ethnographiques à la mise en œuvre de vastes études économiques. Ces diverses formes de documentation et d’argumentation occupent largement l’espace public et organisent le débat sur les questions de santé. Mais tout ceci reste souvent confus et l’on peine à comprendre les apports de chacune de ces approches ainsi que les modalités de leur travail (concepts, types d’enquêtes, etc.).

2C’est pourquoi, le travail de ce séminaire a consisté à expliciter les variations entre ces diverses postures et à analyser comment l’usage réfléchi de ces méthodes diverses permettait d’analyser de manière complémentaire des objets et des pratiques appartenant au champ sanitaire. Trois approches, correspondant à trois types de confrontations entre différentes dimensions de la vie sociale (histoire politique, justice et religion), ont été privilégiées.

3On a tout d’abord interrogé la santé sous un angle historique et politique. Les positions de responsables politiques à propos de la prévention du sida, obligent à comprendre comment l’histoire, et une certaine configuration de l’espace politique peuvent expliquer de « l’inintelligible » et permettent d’appréhender ce « choc au sens commun » que constitue la dénégation de données épidémiologiques « scientifiques » par un État. À l’inverse, comment évaluer la part du singulier dans la mise en place d’une large politique de santé publique ? Cette question des liens entre État et santé, fut autrement documentée à propos de l’œuvre hygiéniste d’Hadrien Proust au début du XXe siècle. Enfin, les manières dont un État organise la complémentarité ou la concurrence entre des secteurs publics et privés ont été resituées dans une large analyse des rapports entre pouvoirs politiques et administrations.

4D’un autre point de vue, l’analyse des liens entre justice et santé a permis de comprendre les reconfigurations de certains « mondes de patients », comme celui des hémophiles, et comment la constitution de nouveaux collectifs a induit une autre forme de contrat entre patients et professionnels.

5Mais la santé « borde » aussi une souffrance qui s’exprime sur le mode d’une demande religieuse, et, en Afrique sahélienne, les églises pentecôtistes offrent à leurs fidèles un lieu pour effectuer diverses synthèses entre des normes collectives et de nouveaux projets individuels et résoudre ainsi des « pathologies du vivre en commun ».

6En résumé, ces trois « angles d’attaque » ont permis d’analyser quelques logiques induisant des reconfigurations du champ de la santé et de souligner des points d’articulation entre les domaines de l’anthropologie de la santé et des analyses relevant de l’anthropologie politique, juridique et religieuse.

7Ce séminaire a bénéficié des interventions de J. Barbot et D. Torny (CERMES), D. Fassin, F. Kone (ISH), P.-J. Laurent (UCL), M. Mebtoul (Université d’Oran), D. Panzac (CNRS), L. Vidal (IRD).

Publications

Yannick Jaffré

  • Le souci de l’autre. Audit, éthique professionnelle et réflexivité des soignants en Guinée, Paris, IRD (« Autrepart »), 28, 2003, p. 95-110.
  • « Le rapport à l’autre dans des services sanitaires d’Afrique de l’Ouest », Journal international de bioéthique, Lyon, Éd. Lacassagne, 14, 1-2, 2003, p. 101-119.
  • Avec J.-P. Olivier de Sardan, dir., « Une médecine inhospitalière » : les dysfonctionnements des services de santé en Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala, 2003.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Olivier de Sardan, Marc-Éric Gruénais et Yannick Jaffré, « Sociologie, histoire, anthropologie de la santé », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 474-476.

Référence électronique

Jean-Pierre Olivier de Sardan, Marc-Éric Gruénais et Yannick Jaffré, « Sociologie, histoire, anthropologie de la santé », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16990

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Olivier de Sardan

Articles du même auteur

Marc-Éric Gruénais

Articles du même auteur

Yannick Jaffré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals