Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe

François Pouillon
p. 479-481

Texte intégral

François Pouillon, directeur d’études

1Le travail de cette année a été centré significativement sur le Sahara. S’agissant de croiser à ce sujet réalités technologiques et utopies imaginaires, nous avons trouvé ample matière à réflexion avec le projet d’installation d’une « mer intérieure » dans l’Ouest saharien, grâce à Jean-Louis Marçot, auteur d’un ouvrage sur cette question (Éd. de La Différence, 2003) et, dans le même registre, avec le projet de chemin de fer transsaharien, bien dans l’esprit de ce temps de grands travaux, avec la présentation qu’en a fait Guy Barthélemy (Université de Caen). Nous sommes revenus, par ailleurs, sur le parcours hors du commun de quelques personnages qui se sont illustrés dans l’épopée saharienne : le rabbin Mardochée, par exemple, juif saharien devenu informateur de la Société de géographie de Paris, pour laquelle il repère la route de Tombouctou, avant d’accompagner le jeune Charles de Foucauld lors de son Exploration du Maroc – il a été restauré dans sa dignité grâce à l’enquête soignée de Jacob Oliel (Éd. Olbia, 1998). Des destins de femmes peu conformistes, dans cette région aussi, sur lesquelles on refait un bilan au-delà du mythe : Isabelle Eberhardt, grâce à Marie-Odile Delacour et Jean-René Huleu, qui assurent l’édition de ses œuvres complètes ; et Odette du Puigaudeau, exploratrice délurée du Sahara mauritanien qui fut aussi une ethnographe méticuleuse, grâce à Monique Vérité (BNF François-Mitterrand) qui assure également la réédition de ses œuvres (Ibis Presse, 2004).

2On est de la sorte passé constamment, sillonnant cet espace mythique qui est aussi le plus grand désert de la planète, de l’imaginaire au réel. Imaginaire, pour de bon, avec la présentation du roman saharien, comme genre d’époque coloniale, proposé par Jean-Robert Henry qui avait réalisé sur ce thème des travaux pionniers. Politique scientifique plus prosaïque, avec une institution majeure dans notre domaine, l’Institut de recherches sahariennes (1937-1968), grâce à Barkahoum Ferhati (CRAPE, Alger). Pragmatisme, avec les programmes de développement pastoral dans la steppe aride, analysés par Jeanne Chiche (Institut agronomique Hassan II, Rabat). À l’interface des questions positives, Corinne Cauvin Verner s’est attaché au tourisme saharien, « bon ou mauvais objet pour l’anthropologie », sur quoi elle achève une importante recherche.

3Au titre des variations sur les représentations artistiques, registre classique de ce séminaire, on a ouvert l’année avec une synthèse théorique par Todd Porterfield (Université de Montréal) sur « Hybridité artistique et discours de civilisation ». Toujours avec son concours, on s’est attaché successivement à une réflexion sur la peinture grand format – notamment l’immense Prise de la smala d’Abdelkader (1845), par Horace Vernet – réflexion reprise dans le cadre d’une journée organisée à l’IISMM sur la peinture grand format et les « politiques de la peinture monumentale » (décembre 2003). Portant sur un autre Orient, celui de la Russie conquérante des steppes musulmanes, on s’est intéressé, grâce à Frédéric Bertrand (Université Bordeaux-II), au parcours du peintre Verechtchaguine (1842-1904) et au « réalisme ethnographique russe face à l’Orient ». Image toujours, on a tenté, grâce à Bernard Traimond (Université de Bordeaux), une réflexion critique globale sur la photographie comme sources iconographiques. Au titre des questions d’actualité, on s’est arrêté, avec la généreuse participation de Jean-Yves Tréhin (auteur de Gauguin, Tahiti et la photographie, musée de Tahiti, 2003), sur la grande exposition du Grand Palais sur Gauguin à Tahiti.

4Retour sur anthropologies administrées au monde arabe, on a repris divers dossiers, classiques ou contemporains, à la lumière de travaux récents : la figure d’un « fondateur », Silvestre de Sacy (1758-1838), grâce à Sylvette Larzul (CHSIM) ; les travaux contemporains d’anthropologie politique sur le monde des Arabes bédouins, grâce à Gianni Albergoni (Université Paris-X, CHSIM) ; les questions anthropologiques soulevées par la parade vestimentaire des gouvernants dans le Maghreb contemporain, grâce à Omar Carlier (Université Paris-I, CHSIM) ; celles posées par une expérience de photographe en Arabie Saoudite, grâce à Thierry Mauger ; enfin, retour sur l’année de l’Algérie, celles posées par Citoyenneté et nationalité dans l’Algérie coloniale grâce à Dominique Colas (IEP, Paris) qui y a consacré un récent ouvrage (Folio-Gallimard, 2004). Croisement avec des actualités éditoriales, on est revenu sur les contributions « marocaines » de Gellner et de Geertz, à partir de la publication conjointe, par les soins de l’éditeur Bouchène, des traductions de deux textes classiques : Les Saints de l’Atlas et Le Souk de Sefrou – l’événement que constituait cette édition a donné lieu à une présentation à l’Institut du monde arabe ainsi qu’à un colloque organisé à Tanger, en collaboration avec le Centre Jacques-Berque.

5Certains de ces thèmes ont été repris dans des communications à l’occasion de séjours dans des universités canadiennes (Montréal, Laval) et américaines (Duke University, Davidson College).

Publications

  • « Images orientalistes. Histoire iconographique de l’Algérie, de la conquête à l’Indépendance », Beaux Arts Magazine (« L’Algérie des peintres, de Delacroix à Renoir »), 2003, p. 6-13.
  • « Une année de l’Algérie en peintures », Qantara (« L’Algérie des peintres et des écrivains »), 49, 2003, p. 41-43.
  • « Les lectures du voyage de Fathallah Sayigh chez les Arabes du grand désert », dans Al-Rihla (récit de voyage) entre l’Orient et l’Occident, sous la dir. de M. Hammam, Rabat, Publication de la FLSH, 2003, p. 185-192.
  • Collaboration à Savoirs du lointain et sciences sociales, sous la dir. d’A. Mahé et K. Bendana, Paris, Bouchène, 2004, p. 69-71, p. 156, p. 193.
  • « Abd el-kader, icône de la nation algérienne », dans La guerre d’Algérie dans la mémoire et l’imaginaire, sous la dir. d’A. Dayan Rosenman et L. Valensi, Paris, Bouchène, 2004, p. 87-102.
  • « Le tchador est toujours debout », dans La laïcité dévoilée, sous la dir. de J.-M. Helvig, Paris, Éditions de l’Aube (« Les dossiers de Libération »), 2004, p. 17-21.
  • « Bernardino Drovetti (1776-1852), consul de France et pilleur de tombes », Qantara (« l’Égypte, une passion française »), 53, 2004, p. 39.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 479-481.

Référence électronique

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16993

Haut de page

Auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals