Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Organisations et transformations sociales en Australie

Laurent Dousset
p. 487-488

Texte intégral

Laurent Dousset, maître de conférences

La place des Aborigènes dans l’anthropologie et la nation

1En poursuivant les analyses entamées l’année dernière, le séminaire a eu comme vocation de nuancer les approches dites classiques et de détailler une anthropologie australianiste plus particulariste. En effet, l’année dernière, nous avions organisé nos analyses comme un exercice épistémologique lors duquel, en partant d’un événement qui s’était déroulé en octobre 2002, où un Aborigène fut d’abord condamné par un tribunal pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure, puis gracié parce que le juge estimait que cette pratique était acceptable selon « la culture traditionnelle », nous nous sommes placés dans la position de l’anthropologue auquel il avait été demandé de rédiger un rapport pour le tribunal. Nous avions choisi de répondre aux mêmes questions pour l’aire culturelle du Désert de l’Ouest en Australie centrale.

2Cet exercice a été poursuivi cette année, mais nous y avons discuté et analysé plus particulièrement la construction et la place de la personne au sein du réseau social et selon le modèle proposé par le discours ermic sur la « culture » et les normes culturelles. De la conception jusqu’à l’initiation masculine, toujours pratiquée dans cette région australienne, en passant par la naissance, les relations particulières établies dès le plus jeune âge (par exemple celle connue sous le nom de kalyartu), le système et l’attribution de la nomenclature personnelle ou encore les ressemblances physiques entre personnes, et entre personnes et les caractéristiques physiques présupposées des héros mythologiques, nous avons montré que la construction de la personne – l’initialisation de sa place dans la géographie sociale et territoriale – suivait, pour une grande partie, des trajectoires aléatoires, peu arbitraires et négociées.

3Nous avons alors entamé l’analyse de ces trajectoires négociées pour déboucher sur ce qui nous paraît être un concept phare, celui de l’incertitude, et nous posions l’hypothèse selon laquelle la culture n’est pas simplement (ou seulement) ce qui permet aux individus de revendiquer une croyance et un discours sur leur identité communautaire, mais qu’elle correspondait davantage aux manières et aux modes selon lesquels ces incertitudes sont gérées au quotidien. En effet, dès la naissance se posent des questions importantes aux parents proches et lointains du nouveau-né ; des questions qui seront transposées ultérieurement sur l’individu lui-même ; des questions qui sont déterminantes pour ce qui est de la place de la personne dans les réseaux sociaux, politiques, économiques et géographiques. Des questions que le discours général dit être résolues par le système « culturel », par des normes et règles que les individus prétendent être déterminantes. Pourtant, tel n’est souvent pas le cas, et le discours culturel se présente à nous principalement comme un formulaire vierge, indiquant les grandes lignes mais ne déterminant en aucune manière les réponses concrètes et pragmatiques dans la définition de l’individu et de sa trajectoire. Telles sont les incertitudes qui devront, l’une après l’autre, être effacées pour donner place à la construction effective de la personne.

4En parallèle au séminaire et à nos recherches sur la construction de la personne et sur le concept d’historicité parmi les Aborigènes d’Australie, nous avons poursuivi et terminé nos travaux au sein de l’équipe NECEP (Non-European components of European patrimony ; http://www.necep.net), un projet de base de données anthropologique en ligne financé par la Commission européenne. Au sein de cette équipe, nous avons conçu et réalisé les structures technologiques et logiques de cette base et avons programmé et mis en ligne son déploiement. Cette conception a été un défi particulièrement intéressant, car il fallait développer une logique d’insertion et d’exploitation des données ethnologiques, historiques et linguistiques qui soit suffisamment dynamique pour pouvoir satisfaire les exigences théoriques inconnues des chercheurs et des publics du futur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dousset, « Organisations et transformations sociales en Australie », Annuaire de l’EHESS,  | 2005, 487-488.

Référence électronique

Laurent Dousset, « Organisations et transformations sociales en Australie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2005, mis en ligne le 15 mars 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16998

Haut de page

Auteur

Laurent Dousset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals